Tous les membres de l'armée nationale afghane savent déjà que la guerre est perdue. Les rapports des services de renseignement américains prévoyant que le gouvernement fantoche (le terme n'est pas trop dur) d'Ashraf Ghani pourrait tomber dans les six à douze mois suivant le retrait des troupes américaines sont donc trop optimistes.

Les dernières troupes allemandes, italiennes et britanniques ont quitté l'Afghanistan la semaine dernière, et les dernières troupes américaines partent en ce moment même, à l'exception de quelque 650 soldats pour garder l'ambassade américaine et l'aéroport. (Il faut toujours garder l'aéroport, parce que les gens qui font la queue sur le toit de l'ambassade en attendant le dernier hélicoptère de sortie, ça fait mauvais effet).

Mais Kaboul pourrait tomber dans beaucoup moins de six mois. Les talibans tiennent déjà au moins la moitié du pays et ils prennent actuellement de nouveaux districts littéralement tous les jours, y compris des districts situés à seulement une heure de route au nord et au sud de la capitale. L'armée est en train de fondre, et l'armée de l'air sera clouée au sol en quelques semaines, une fois que le soutien technique étranger sera rentré chez lui.

Il a fallu près de trois ans après le retrait de l'Union soviétique d'Afghanistan en 1989 pour que le régime communiste local soit chassé du pouvoir par les moudjahidines (autrefois armés et payés par les États-Unis).

Les moudjahidines se sont ensuite divisés entre eux, et il y a eu quatre autres années de guerre civile avant que les talibans ne battent finalement les autres groupes et ne prennent le pouvoir à Kaboul en 1996. Et ils n'ont jamais contrôlé l'ensemble du pays : la plupart des talibans étaient des Pachtounes, et des milices ethniques rivales ont tenu bon dans les provinces du nord jusqu'à l'invasion américaine en 2001.

Le groupe de moudjahidines qui est devenu les Talibans a passé dix ans à combattre l'occupation russe, puis sept ans à combattre le régime local et les groupes de moudjahidines rivaux, puis cinq ans au pouvoir, et enfin vingt autres années à combattre l'occupation américaine. Il n'est pas surprenant qu'ils aient appris plusieurs choses au cours de cette période.

Le plus important, c'est qu'ils ont élargi leurs effectifs et leur influence parmi les groupes non pachtounes : les provinces du nord qui leur tombent maintenant si rapidement sont des zones qu'ils n'ont jamais contrôlées lors de leur dernière période de pouvoir. Cette fois, ils ne vont pas seulement gagner rapidement. Ils gagneront complètement.

Ensuite, il y aura une période de vengeance au cours de laquelle les "traîtres" qui ont travaillé pour les Américains ou d'autres pays de l'OTAN seront traqués et tués.

Les femmes seront chassées du marché du travail, les écoles de filles seront fermées, la musique sera interdite et les hommes seront battus s'ils ne portent pas la barbe. Les méchants comportements étrangers introduits par l'occupation russe et ramenés par l'occupation américaine seront supprimés, et la version extrême de l'islam des talibans régnera sans partage.

C'est une tragédie pour l'Afghanistan, mais cela n'aura pas vraiment d'importance pour le monde. Les Talibans n'ont jamais eu d'intérêt pour le reste du monde. Leur programme était et reste entièrement national et religieux : faire de l'Afghanistan un endroit où l'on craint Dieu et toutes les autres bonnes choses suivront automatiquement.

L'idée que l'Afghanistan redeviendra une importante base terroriste une fois que les talibans auront repris le pouvoir repose sur la croyance insensée qu'il s'agissait d'une base importante pour les activités terroristes la première fois. Les terroristes n'ont en fait pas besoin de "bases" ; l'essence même de l'entreprise est d'être invisible jusqu'à ce que vous frappiez, et les armes dont vous avez besoin ne sont ni grandes ni difficiles à obtenir.

La plupart des pirates de l'air du 11 septembre ont été "formés" dans le camp d'Oussama ben Laden, mais il s'agissait d'Arabes, pas d'Afghans, et de quelle formation a-t-on besoin pour détourner un avion ? Bon, d'accord, quatre d'entre eux ont eu besoin d'un entraînement au pilotage, mais ils l'ont fait aux États-Unis.

Ben Laden n'était en Afghanistan que parce que la pression américaine l'a fait expulser de sa précédente "base" au Soudan. Le chef des talibans, le mollah Omar, l'a laissé s'installer à Kandahar parce que les deux hommes étaient devenus des amis proches lorsqu'ils travaillaient dans les années 1980 dans le cadre du jihad contre les Russes en Afghanistan, soutenu par les Américains.

Mais Ben Laden a-t-il parlé à Omar de son projet de tuer des milliers d'Américains en détournant des avions commerciaux ? Le premier principe de tout travail secret est "le besoin de savoir", et Omar n'avait pas besoin de savoir. En fait, il aurait pu s'y opposer s'il l'avait su, car il aurait compris que l'Afghanistan serait envahi si l'attentat du 11 septembre était perpétré.

L'Afghanistan n'était pas une "base terroriste majeure" dans le passé, et il ne le deviendra probablement pas à l'avenir. Et si c'est le cas, alors quoi ? Au moins, vous saurez où ils se trouvent.