Casse-tête haïtien

Par Gwynne Dyer, in Opinion, Amériques · 17-07-2021 16:11:00 · 0 Commentaires

Les chiens présidentiels étaient encore en vie, ce qui signifiait que quelque chose n'allait pas du tout avec l'explication officielle de l'assassinat du président haïtien Jovenel Moïse le 7 juillet. Dans les pays très pauvres, même les personnes moyennement prospères dont les maisons contiennent des objets dignes d'être volés ont généralement de gros chiens, et ces chiens sont dressés pour attaquer les intrus.

Les chiens auraient certainement attaqué les agresseurs de Moïse s'ils ne les connaissaient pas, mais ils n'ont pas eu une seule égratignure. Ses gardes du corps non plus, qui, pour une raison ou une autre, n'ont pas entendu les douze coups de feu qui ont tué le président et les quelques autres qui ont grièvement blessé sa femme. En fait, ils n'ont rien entendu, rien vu et rien su.

Mais la police haïtienne a rapidement arrêté quinze ex-soldats colombiens et en a tué trois autres. Avec eux, il y avait deux Haïtiens-Américains, et six autres Colombiens sont toujours en fuite. "Des étrangers sont venus chez nous pour tuer le président", a déploré le chef de la police, Léon Charles.

Pourquoi importerait-on des étrangers blancs pour assassiner le président d'un pays noir ? Haïti a beaucoup de gangsters et de tueurs à gages, et deux douzaines d'étrangers blancs se distingueraient un peu. En fait, avez-vous déjà entendu parler d'une équipe de tueurs composée de plus de deux douzaines d'hommes ? Pourtant, c'est l'histoire à laquelle s'en tiennent les gens de Moïse - ce qui suggère qu'ils pourraient être impliqués.

Les assassins seraient arrivés en deux grands groupes en mai et juin, et auraient passé leur temps à traîner dans un hôtel de banlieue de Port-au-Prince. Puis, tôt un matin de la semaine dernière, ils se sont rendus au palais, ont tué le président - et sont retournés à leurs hôtels, où la plupart d'entre eux ont été arrêtés pacifiquement quelques heures plus tard.

L'histoire racontée par leurs épouses et leurs familles en Colombie est un peu différente. Ils disent que les mercenaires ont été engagés comme gardes du corps d'un Haïtien éminent (ils ne savent pas qui) pour 2 700 dollars par mois.

Ils se sont présentés en Haïti et ont été payés, mais ils n'ont pas eu de travail réel à faire avant le 7 juillet. Ils ont alors reçu un mandat d'arrêt d'un juge et ont reçu l'ordre de se rendre au domicile de Moïse, de l'arrêter et de l'amener au Palais national, où il serait vraisemblablement mis en accusation.

Cela aurait pu être une tâche délicate, puisqu'il fallait passer les gardes du président, mais curieusement ce ne fut pas un problème. Les dirigeants colombiens sont entrés dans les chambres du président, ont trouvé Moïse mort et sa femme blessée, et ils sont tous repartis, sans doute en avertissant les gardes au passage.

Cette histoire implique une incroyable naïveté de la part des mercenaires colombiens, mais en fait toutes les explications proposées sont incroyables. Des assassins sans plan de fuite, qui, selon les caméras de sécurité, sont arrivés à 2 h 40 du matin, une heure et demie après la mort de Moïse ? Un politicien d'opposition de premier plan affirme que ce sont les propres gardes de Moïse qui l'ont fait.

Oh, et maintenant les "autorités" ont arrêté Christian Emmanuel Sanon, un oligarque haïtien de 63 ans qui est entré dans le pays en jet privé début juin avec des "motifs politiques". Ont-elles arrêté l'"auteur intellectuel" de la tuerie ? Est-il juste un autre bouc émissaire ? Et qui est "ils" de toute façon ? Ne perdez pas de temps à vous demander. Cela n'a pas d'importance.

Haïti a la politique vicieuse, alambiquée et finalement dénuée de sens d'une cité-État italienne du XVIe siècle, avec à peu près le même niveau de vie (60 % de la population vit sous le seuil de pauvreté, soit 2,41 dollars par jour). On y trouve la même caste dirigeante, rivale et impitoyable, et les mêmes niveaux d'analphabétisme, de travail des enfants et de violence générale. Ce n'est qu'un nouveau tour de roue.

L'énigme de savoir qui a tué Moïse et pourquoi ne sera peut-être jamais résolue, même si le candidat qui sortira vainqueur du groupe actuel de trois rivaux qui revendiquent la présidence sera une indication de la bonne direction. Aucun d'entre eux ne changera le fait que le pays est réellement dirigé par les riches et les gangs, souvent en partenariat.

Haïti n'est pas un pays "en développement". C'est une société où deux élites riches, l'une noire et l'autre mulâtre, se disputent le pouvoir mais coopèrent pour opprimer et exploiter tous les autres. Ensemble, ils représentent environ 3 % de la population ; presque tous les autres vivent dans la pauvreté, et la plupart dans l'ignorance. Et il n'y a pas de développement.

Ursula Le Guin a écrit une nouvelle sur une ville extraordinairement riche et saine, où tout le monde vivait dans la paix et la félicité, et dont la pérennité était garantie tant qu'un seul enfant restait emprisonné dans la saleté, l'obscurité et la misère. Haïti est comme cela, sauf que dix millions de personnes doivent vivre dans une misère perpétuelle pour garantir le bonheur d'environ 300 000 personnes.
________________________________



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires