Au départ, j'allais écrire sur le "problème arabe", car il n'y a pas une seule démocratie qui fonctionne dans le monde arabe. Le coup d'État présidentiel de cette semaine en Tunisie a probablement mis fin à la démocratie dans le seul pays qui y était parvenu pendant le "printemps arabe" de 2010-2011.

L'Égypte est devenue démocratique pendant un certain temps, mais les mêmes personnes qui ont fait la révolution non violente au Caire en 2011 ont salué le coup d'État du général Sisi en 2013 parce que le candidat des Frères musulmans a remporté la présidence. Ils n'ont pas non plus protesté lorsque les troupes de Sisi ont ensuite massacré dans les rues quelque 4 000 partisans pacifiques du président Morsi.

En Syrie, au Yémen et en Libye, les tentatives de révolutions démocratiques ont débouché sur de terribles guerres civiles - et aujourd'hui, le Liban, ce qui s'est rapproché le plus d'une démocratie arabe pendant la majeure partie du siècle dernier (bien que toujours dysfonctionnel) est en train de s'effondrer. Dans un pays autrefois prospère, de nombreuses personnes sont au bord de la famine et des réfugiés syriens désespérés retournent vivre sous le régime d'Assad.

Je suppose que c'est le Liban qui m'a mis sur cette piste. Nous y sommes allés il y a quelques années parce que je voulais que ma femme voie l'ancien Liban avant que l'ISIS ne franchisse les montagnes et ne le détruise, mais cela n'a finalement pas eu lieu. Ils l'ont fait eux-mêmes à la place. Pourquoi le monde arabe est-il maudit ?

Mais c'est trop mélodramatique. Le monde arabe est une aberration, mais pas très loin. Prenons les Philippines, héritières non pas d'une mais de deux révolutions démocratiques non violentes et d'une véritable démocratie aujourd'hui - avec un président qui a été légalement élu il y a cinq ans et qui quittera bientôt ses fonctions de manière pacifique à la fin de son mandat autorisé.

Rodrigo Duterte est aussi, de son propre aveu, un meurtrier de masse dont les escadrons de la mort ont tué des milliers de personnes. Certains étaient de vrais trafiquants de drogue, d'autres de "faux positifs", mais comme il le dirait probablement, on ne peut pas faire d'omelette sans casser des œufs.

Et pendant tout ce temps, la cote de popularité de Duterte n'est jamais descendue en dessous de 70 %. Nombreux sont ceux qui admirent un dirigeant "fort", même si c'est un tueur.

Si l'on fait abstraction des tueurs, le modèle de leadership du "mâle alpha" est encore efficace dans de nombreux pays officiellement démocratiques : Poutine en Russie, Orban en Hongrie, Erdoğan en Turquie. En effet, même les démocraties authentiques de longue date peuvent être séduites par un "grand" leader, comme De Gaulle en France. (Non, je ne sais pas où se situe Trump dans ce Panthéon).

Et pourtant, dans le même temps, nous avons des pays qui restent démocratiques même sous une grande pression, comme la démocratie du Brésil attaquée par Bolsonaro, l'Afrique du Sud sous Zuma (et pendant son récent assaut contre l'État de droit), ou l'Indonésie depuis Suharto. La question n'est pas de savoir pourquoi la démocratie échoue ou pourquoi elle réussit. Il s'agit de savoir pourquoi elle fait les deux ?

Les seules personnes qui ont des réponses plausibles sont celles qui étudient la nature humaine : les psychologues et les sociologues, bien sûr, mais surtout (parce qu'ils s'attaquent à la racine du problème) les anthropologues, les primatologues et les éthologues. Et nombre d'entre eux soutiendraient que la race humaine a un double héritage.

Nous sommes membres de la famille des primates et particulièrement proches des chimpanzés, dont les petites sociétés sont généralement des tyrannies dirigées par un mâle alpha. Les autres membres du groupe ont de forts réflexes de soumission pour les protéger de ses brimades (mais en même temps les mâles subalternes font constamment des alliances et cherchent à le détrôner).

Mais notre propre espèce, l'homo sapiens, a probablement passé la majeure partie de sa carrière à vivre dans des groupes entièrement égalitaires de moins de cent personnes. Ils n'avaient pas de chefs officiels, ils prenaient leurs décisions par consensus et ils partageaient presque tout. Comment le savons-nous ? Parce que tous les groupes de chasseurs-cueilleurs qui ont survécu dans un passé récent vivaient de cette façon.

Deux héritages : l'autocratique et l'égalitaire. Nous avons les deux, et nous pouvons passer de l'un à l'autre, mais le mode par défaut est probablement égalitaire (c'est-à-dire démocratique), car c'est ainsi que nous avons vécu la majeure partie de notre passé humain.

Lorsque nous avons commencé à vivre dans des sociétés de masse il y a environ cinq mille ans ("civilisation", comme nous l'appelions), nous avons dû adopter un mode autocratique pendant un certain temps, parce qu'il était impossible de diriger un groupe de milliers ou même de millions de personnes, par consensus. Il n'y avait même pas moyen d'inclure tout le monde dans la discussion.

Ainsi, cinq mille ans de tyrannie - mais dès que nous avons eu des communications de masse (juste l'impression, pour commencer), le modèle égalitaire a commencé à revenir, parce que nous sommes plus à l'aise avec lui.

Nous l'appelons aujourd'hui démocratie, et il ne s'agit certainement pas d'une égalité absolue. Cela signifie que les différences de richesse et de pouvoir ne doivent pas devenir trop importantes, sinon toute la structure de consentement s'effondrera et nous reviendrons à l'autocratie. Néanmoins, la démocratie est le mode par défaut.