Mais les fenêtres n'ont pas toujours été en verre, elles n'étaient que des ouvertures dans un mur pour laisser entrer la lumière, ouvertes aux éléments jusqu'à ce que quelqu'un accroche des sacs ou des peaux d'animaux pour bloquer le vent, la pluie ou la neige.

Le sable couramment utilisé pour fabriquer du verre est composé de petits grains de cristaux de quartz, appelés silice, de carbonate de soude et de calcaire. Au début, il était difficile de fabriquer du verre, car les fours de fusion du verre étaient petits et la chaleur qu'ils produisaient était à peine suffisante pour faire fondre le verre.

Il s'avère que les Romains ont trouvé la solution (si l'on peut dire) il y a bien longtemps, mais avant eux, le premier verre fabriqué par l'homme remonte à environ 3500 avant J.-C., avec des découvertes en Égypte et en Mésopotamie orientale. La découverte du soufflage du verre aux alentours du 1er siècle avant J.-C. a constitué une percée majeure dans la fabrication du verre. Ce sont des artisans syriens qui ont inventé le soufflage du verre, et cette découverte révolutionnaire a rendu la production du verre plus facile, plus rapide et moins chère.

La production de verre s'est épanouie et s'est répandue. Mais les premières vitres étaient petites et présentaient souvent des bulles d'air, des déformations et des ondulations courbes, dont certaines sont encore visibles aujourd'hui. Les premiers vitrages commençaient par un long ballon de verre soufflé, dont les extrémités étaient coupées et le cylindre obtenu divisé en deux. Le demi-cylindre était placé sur une plaque de fer et aplati. Les "fonds de bouteille" étaient les restes de verre les moins chers, que l'on peut encore voir aujourd'hui sur certaines fenêtres anciennes.

Alors que la Chine, la Corée et le Japon anciens utilisaient largement les fenêtres en papier, les Romains ont été les premiers à utiliser le verre pour les fenêtres vers l'an 100 de notre ère. En Angleterre, la corne d'animal était utilisée avant que le verre ne prenne le relais au début du 17e siècle. (Je ne le savais pas ! Moins coûteuses que le verre, les cornes de vache étaient largement utilisées au Moyen Âge pour fabriquer des fenêtres. Elles étaient trempées dans l'eau pour les ramollir, chauffées, puis coupées et roulées en bandes. Je doute qu'on puisse voir à travers !)
Malheureusement, l'introduction du vrai verre en Angleterre n'a pas été si bien accueillie, car, en 1696, Guillaume III a introduit une "taxe sur les fenêtres", et pour éviter de payer cette taxe, beaucoup de gens ont simplement muré leurs fenêtres. (L'impôt sur les fenêtres de Guillaume III est à l'origine de l'expression "vol en plein jour" !), et cet impôt est resté en vigueur pendant 156 ans, un chiffre incroyable.

Henry Bessemer a introduit une première forme de "verre flotté" en 1843, qui consistait à verser du verre sur de l'étain liquide. Ce procédé a été amélioré par Pilkington, qui a perfectionné le processus révolutionnaire du verre flotté au milieu du 20e siècle. Ce procédé a permis de créer des fenêtres de style moderne allant du sol au plafond. Avec ce procédé, le verre fondu est versé sur un lit d'étain fondu et, en flottant sur l'étain, le verre fondu s'étale pour former une surface plane, cette méthode étant encore aujourd'hui la norme industrielle.

À l'origine, le procédé de Pilkington ne permettait de fabriquer du verre que d'une épaisseur de 6,8 mm, mais aujourd'hui, il peut être aussi fin que 0,4 mm ou aussi épais que 25 mm. Si les principes du procédé restent inchangés, la qualité de la surface du verre s'est considérablement améliorée, offrant un produit final exempt de distorsions ou de défauts. Aujourd'hui, l'industrie du verre est florissante, avec de nombreux types différents pour de nombreuses utilisations différentes, notamment le verre feuilleté, le verre renforcé à la chaleur et le verre trempé.

Une avancée majeure a été l'invention révolutionnaire du double vitrage, appelé à l'origine "thermopane", où deux vitres sont prises en sandwich par une barrière de gaz sûr et non réactif, l'argon, qui est devenu une méthode efficace pour retenir la chaleur. On pense que le double vitrage moderne tel que nous le connaissons a été inventé en Amérique par C.D. Haven dans les années 1930, bien que les Romains aient inventé une idée similaire de rétention de la chaleur il y a plus de 2000 ans.

Aujourd'hui, nous avons même des fenêtres autonettoyantes - n'est-ce pas fantastique ? Il ne s'agit pas d'une simple vitre. Elle est recouverte d'une couche très fine d'oxyde de titane (d'une profondeur de 10 à 25 nanomètres) qui agit comme un "photocatalyseur", empêchant la formation de gouttelettes d'eau et répartissant l'eau comme un grand chiffon sur la surface du verre.