Mais ils ont échoué partout ailleurs, et l'idéologie islamiste dans son ensemble commence à avoir la dent dure.

Les idéologies révolutionnaires prospèrent rarement après avoir dépassé l'âge de cinquante ans.

Les médias parlent beaucoup en ce moment de la façon dont la victoire des talibans va inspirer des groupes similaires ailleurs et entraîner une forte augmentation des attaques terroristes. Il s'agit en partie d'une simple panique journalistique, mais divers groupes d'intérêts militaires et politiques vont également promouvoir cette notion à leurs propres fins.

Nous serons donc bientôt incités à nous engager dans une nouvelle "guerre contre le terrorisme". Elle ne sera pas aussi importante, longue et contre-productive que la première, mais beaucoup de temps, d'argent et de vies seront gaspillés si elle voit le jour. Considérez donc ceci comme un aide-mémoire expliquant pourquoi ce serait une chose très stupide à faire.

Les talibans sont afghans, bien sûr, mais le terrorisme islamiste est avant tout un phénomène du monde arabe. C'est la partie du monde musulman où les dirigeants sont les plus effrontément cruels et corrompus. De nombreux Arabes ont été attirés par l'islamisme comme moyen possible de remplacer ces régimes pourris - et certains d'entre eux ont conclu que seule la violence pouvait amener les islamistes au pouvoir.

Rien de remarquable à cela. Toute une génération de révolutionnaires anticoloniaux en Afrique et en Asie est arrivée à une conclusion similaire, en adoptant l'idéologie marxiste comme excuse à la violence et comme garant pseudo-religieux de la victoire. La grande différence est qu'ils ont gagné (et qu'ils ont ensuite abandonné le marxisme), alors que dans le monde arabe, les tyrans corrompus sont encore au pouvoir presque partout.

Les mêmes familles dirigeantes vendues règnent toujours en Arabie saoudite, dans les États du Golfe, en Jordanie et au Maroc. Des régimes militaires comme la Syrie, l'Égypte et l'Algérie, issus de coups d'État sanglants, étouffent résolument les protestations populaires. La frustration et la colère populaires sont intenses.

Une minorité d'Arabes adhère donc à l'argument islamiste selon lequel l'état déplorable du monde arabe est dû au fait que les musulmans ne parviennent pas à vivre leur vie comme Dieu le veut - dans la version radicale de l'observance de l'islam que les islamistes estiment être la seule interprétation correcte de la volonté de Dieu.

La solution à la situation critique actuelle du monde musulman consiste donc à mettre en place des régimes islamistes révolutionnaires qui imposeront cette version de la volonté de Dieu à la population, après quoi, avec l'aide de Dieu, ils commenceront à gagner. Un monde musulman uni naîtra, qui brisera ses chaînes actuelles, atteindra une grande puissance et une grande prospérité et, dans certaines versions, convertira le monde entier à l'islam.

Une vision séduisante pour de nombreux Arabes au bord du désespoir, et les années 1970, 1980 et 1990 ont été marquées par des tentatives de révolutions islamistes, de l'Algérie à l'Arabie saoudite, qui ont toutes échoué. Les islamistes n'ont jamais réussi à convaincre suffisamment de gens que cette chimère valait la peine de mourir pour elle. C'est pourquoi, vers 1999, un leader islamiste du nom d'Oussama ben Laden a élaboré une nouvelle stratégie.

La seule façon de mobiliser suffisamment de musulmans derrière le rêve islamiste, pensait-il, était de provoquer une attaque directe des infidèles contre l'islam. Et la seule façon de motiver les infidèles paresseux à jouer le rôle qui leur est dévolu dans cette stratégie était de les attaquer directement - non pas pour les conquérir, ce qui était impossible, mais pour les inciter à envahir les pays musulmans.

Telle était la stratégie qui sous-tendait les attentats du 11 septembre 2001, et elle a réussi au-delà même des attentes de Ben Laden. Les États-Unis, outrés, ont déclaré la "guerre contre le terrorisme" et ont envahi non pas un mais deux pays musulmans, l'Afghanistan et l'Irak. Le premier avait peu à voir avec le 11 septembre et le second rien du tout, mais les invasions ont eu l'effet recherché par Ben Laden.

Vingt ans plus tard, cependant, les bénéfices pour la cause islamiste ont été assez limités. Les talibans ont finalement repris le pouvoir en Afghanistan, et pendant un certain temps, l'"État islamique" (ISIS) a contrôlé une grande partie de l'Irak et s'est même étendu à la Syrie, mais il n'y a toujours pas un seul régime islamiste révolutionnaire dans le monde arabe.

La conclusion évidente est que cette stratégie a définitivement échoué. Même avec l'aide des invasions occidentales et de la "guerre contre la terreur", les islamistes n'ont pas réussi à convaincre suffisamment d'Arabes qu'ils sont la bonne solution aux problèmes du monde arabe.

Il y aura sans doute encore pendant de nombreuses années des attaques terroristes islamistes éparses, tant à l'intérieur qu'à l'extérieur du monde arabe, mais probablement pas aussi dramatiques que les événements du 11 septembre. Mais l'idée que la prise de pouvoir par les Talibans en Afghanistan conduira à une nouvelle vague énorme de terrorisme islamiste est absurde.

La victoire des Talibans a été écartée d'avance il y a des années, et l'idée de provoquer des invasions américaines comme outils de recrutement pour les révolutions islamistes est maintenant très ancienne. Même Washington peut s'en rendre compte.