L'échec fondamental du Parti est d'avoir créé une société, après soixante-dix ans de pouvoir absolu, qui est à peu près aussi inégalitaire que celle des États-Unis. L'égalité était l'objectif qui justifiait prétendument tous les meurtres et l'oppression, mais l'égalité est plus éloignée que jamais.

Les revenus par habitant sont encore beaucoup plus faibles en Chine qu'aux États-Unis, car le pays n'a commencé à se développer rapidement qu'il y a une quarantaine d'années (en termes de niveau de vie personnel, les trois premières décennies du régime communiste ont été complètement gâchées). Mais depuis lors, le fossé entre les riches et les autres s'est inexorablement creusé jusqu'à se rapprocher aujourd'hui de la norme américaine.

La mesure que vous utilisez n'a pas d'importance. Si l'on se base sur le coefficient de Gini, un modèle mathématique de l'inégalité dans une société, les États-Unis obtiennent un score de 47, tandis que la Chine obtient 46,5. (Plus il est élevé, plus l'inégalité est grande : la plupart des pays développés obtiennent un score compris entre le bas et le milieu de la trentaine). Mais les chiffres concrets sont en quelque sorte plus convaincants, et ils racontent la même histoire.

Si vous prenez les revenus des 20 % les plus élevés de la population américaine et que vous les comparez à ceux des 20 % les plus faibles, le cinquième le plus riche gagne 9,4 fois plus que le cinquième le plus pauvre. En Chine, le cinquième le plus riche gagne 10,2 fois plus que le cinquième le plus pauvre.

Si l'on va plus loin et que l'on compare les revenus des 10 % les plus riches à ceux des 10 % les plus pauvres, les différences de revenus sont encore plus spectaculaires. Le dixième le plus riche de la population chinoise gagne 21,5 fois plus d'argent que le dixième le plus pauvre. Aux États-Unis, c'est 18,5 fois plus.

Les Américains sont habitués à ces disparités et peuvent se consoler avec le mythe de "l'égalité des chances" (si vous n'êtes pas riche, c'est de votre faute. Vous ne faites pas assez d'efforts). Les Chinois ne connaissent pas cette situation, et l'idéologie officielle dit encore que les gens doivent être égaux. C'est l'objectif qui justifie soi-disant la dictature perpétuelle du Parti.

L'inégalité grotesque est donc embarrassante pour le Parti, et potentiellement très dangereuse. À l'époque où l'économie chinoise connaissait une croissance de 8 à 10 % par an, on pouvait l'ignorer - la marée montante soulève tous les navires, même les plus pauvres - mais l'ère de la croissance rapide est révolue. Tôt ou tard, les perdants de la course se rendront compte qu'ils ont définitivement perdu.

En mai dernier, le Premier ministre Li Keqiang a révélé que 600 millions de Chinois (environ 40 % de la population) gagnaient 5 dollars par jour ou moins. Ce n'est pas une bonne image dans un pays qui compte plus de milliardaires (1 058) que les États-Unis, et la direction du Parti n'est pas stupide. Il faut faire quelque chose.

C'est pourquoi le président Xi Jinping évoque une nouvelle politique de "prospérité commune", tout en imposant une censure plus stricte et d'autres contrôles sociaux. L'idée est d'éviter les problèmes en aplanissant les inégalités les plus criantes et en apprenant aux milliardaires les plus puissants un peu d'humilité : ne bloquez pas l'économie, mais répartissez un peu les richesses.

Le Parti savait que ce jour viendrait lorsqu'il a abandonné les idéaux communistes il y a quarante ans pour échapper à trois décennies de croissance nulle : "Que certains s'enrichissent d'abord", a dit Deng Xiaoping, et il a emprunté la voie capitaliste. Cela a fonctionné aussi, mais a entraîné les habituelles inégalités capitalistes dans son sillage.

Aujourd'hui, la Chine est suffisamment riche pour que le régime puisse commencer à répartir les richesses, mais il n'est pas certain que les communistes en place soient capables de le faire.

Ce n'est pas impossible. Les démocraties capitalistes riches comme la France, l'Allemagne, le Canada et le Japon parviennent à avoir des écarts de revenus entre les riches et les autres deux fois moins importants que les États-Unis et la Chine. Mais les plus grands pays développés, la Chine et les États-Unis, semblent incapables d'y parvenir. C'est peut-être simplement une question de taille.

Les disparités de revenus aux États-Unis se creusent depuis quarante-cinq ans maintenant, avec de graves conséquences sociales, mais le fait d'être démocratique ne permet pas aux États-Unis de mieux y faire face. Au contraire, la police américaine s'est transformée en une force militarisée qui gère essentiellement par la force les résultats sociaux de l'inégalité.

En 1970, il y avait 200 000 personnes dans les prisons américaines ; aujourd'hui, il y en a 2,3 millions. Plus d'un quart des Américains adultes (77 millions) ont un casier judiciaire. Quelles sont les chances que les autocrates vieillissants qui dirigent la Chine fassent mieux ?