Je pense que nous sommes gâtés dans le monde occidental en ce qui concerne l'endroit où nous vivons et que nous sommes devenus pointilleux sur ce que nos maisons devraient avoir - " elle doit avoir trois chambres, dont au moins une en-suite ", " un parking pour deux voitures ", " des vues à tomber par terre ", " un bureau et des toilettes au rez-de-chaussée ", " un terrain plat pour mon jardin/les légumes/les cabanes " - vous voyez le genre - vous voyez ce que je veux dire. Je ne dis pas que tout le monde veut cela, mais dans un monde idéal, c'est le genre de choses que nous rechercherions. Pour la plupart d'entre nous, la maison est un bâtiment à quatre murs sur un terrain fixe - mais ce n'est pas le cas, pas pour tout le monde.

J'ai jeté un coup d'œil à une sélection de maisons que les gens sont heureux d'appeler "maison" dans d'autres pays, et cela m'a ouvert les yeux. Dans certains endroits, les gens doivent construire leur propre maison - ce qui n'est pas inhabituel pour certains, me direz-vous - mais ils doivent fabriquer leurs propres briques de boue avant de commencer. La Grande Mosquée de Djenné, au centre du Mali, est certes faite de briques de boue et de paille, mais elle est assez grande pour accueillir plus de 3 000 personnes. Aujourd'hui classée au patrimoine mondial de l'UNESCO, elle a été construite en 1907 et, chaque année, la communauté se réunit pour réparer les dégâts éventuels.

Au Rwanda, les maisons sont aussi souvent faites de boue, d'herbe et de feuilles de bananier, avec des tuiles d'argile et des toits de chaume. Au Kenya, la tribu Maasai vit dans des manyatta, un regroupement de petites maisons faites de boue, de bouse de vache et de bâtons. Les maisons sont regroupées dans une enceinte pour les protéger des animaux sauvages. En Thaïlande, les maisons sont traditionnellement construites en bâtons et en bambou et sont surélevées au-dessus du sol par des poteaux. Au Sri Lanka, les gens tissent leurs maisons avec des feuilles de palmier et des bâtons, et dans les zones rurales de l'Équateur, les maisons sont faites de bois de mangrove et d'eucalyptus. Au fin fond du Cambodge, des villages entiers sont construits sur des plates-formes flottantes, et des bateaux sont nécessaires pour aller de l'un à l'autre.

Dans certaines régions d'Espagne, les maisons sont construites dans des grottes creusées à flanc de colline, mais elles disposent de tout le confort que l'on peut attendre du monde civilisé, et dans certaines régions du nord de la Chine, les gens vivent dans des grottes depuis des siècles. En fait, l'habitat troglodyte n'est pas aussi étrange que vous pourriez le penser : à Coober Pedy, en Australie, les "dugouts" sont des abris construits sous la surface de la terre pour protéger les habitants de la chaleur torride de l'été, entièrement équipés pour le monde moderne. En outre, la région est connue pour ses tempêtes de poussière, si bien que près de la moitié des habitants de cette ville australienne vivent sous terre, même les églises et les musées ont adopté cette idée. Il y a quelque chose que vous ne savez peut-être pas : la ville est également célèbre pour l'extraction d'opales et est parfois appelée "la capitale mondiale de l'opale".

Il existe encore dans notre monde des tribus qui évitent tout contact ou interaction avec la société, qui sont de véritables peuples indigènes, qui ignorent tout des États nationaux, de l'économie monétaire et qui ne connaissent personne d'autre que leur propre petite société. Ils chassent encore à l'aide d'arcs et de flèches, et verraient probablement un téléphone portable avec crainte. Ils ne sont pas non plus touchés par nos maladies, et le contact avec le reste de la vie humaine les ferait sans doute disparaître à cause de maladies que nous avons depuis longtemps éradiquées.

Je ne dis pas que nous devons revenir à la construction en briques et à l'utilisation de la paille pour nos maisons, ni que nous devons descendre sous terre. C'est juste ma façon de comparer notre mode de vie à celui des autres, et nous avons tant de raisons d'être reconnaissants, qu'il s'agisse de l'eau courante, de la lumière en appuyant sur un interrupteur ou d'un toit qui ne fuit pas. Mais ces gens en Afrique ou en Chine pensent peut-être la même chose - peut-être sont-ils eux aussi reconnaissants pour ce qu'ils ont, heureux et fiers d'avoir une petite maison pour élever leur famille - tout est relatif, n'est-ce pas.

Je me demande également si, si nous "modernisons" leur vie, ils seraient plus heureux ?

Je pense qu'ils dorment probablement assez bien avec ce qu'ils ont.