Mais l'histoire originale a encore des jambes. L'éruption a maintenant plus de deux semaines, mais les explosions et les coulées de lave continuent de se multiplier. Une partie du cône principal du Cumbre Vieja ("vieux sommet") s'est effondrée le week-end dernier.

La Palma et sa voisine El Hierro, les îles les plus à l'ouest des Canaries, sont tellement volcaniques que des effondrements de cônes similaires ont fait disparaître environ la moitié de leur masse émergée au cours du dernier million d'années. Le plus grand glissement de terrain, survenu il y a environ un demi-million d'années, a déversé environ 200 kilomètres cubes de roche dans l'Atlantique. C'est l'équivalent d'une montagne entière.

Les volcans reconstruisent constamment les îles, de sorte que les glissements de terrain massifs font partie intégrante de leur géologie. Il y en a eu au moins dix dans le dernier million d'années. C'est pourquoi le volcanologue Joan Martí, lorsqu'on lui a demandé si le flanc du Cumbre Vieja pouvait glisser dans la mer et provoquer un énorme tsunami, a répondu que "c'est possible, mais peu probable".

Les chances sont fortement contre le fait que cela se produise cette fois-ci, car Cumbre Vieja est en éruption en moyenne une fois par siècle depuis le début des enregistrements, et il n'y a pas eu de grand glissement à cet endroit depuis au moins 125 000 ans.

Mais il finira par y avoir un autre effondrement sur La Palma, puis un tsunami, peut-être demain, peut-être dans 100 000 ans environ. C'est comme ça que ces îles fonctionnent. Ce que nous ignorons, c'est la taille et la portée du tsunami qui en résultera.

L'article scientifique original mettant en garde contre un possible méga-tsunami en provenance de La Palma a été rédigé par Steven Ward et Simon Day en 2001. Ils ont estimé que les vagues géantes générées par l'effondrement d'un flanc toucheraient les côtes marocaines et espagnoles en deux ou trois heures, et traverseraient l'Atlantique pour atteindre les côtes brésiliennes, américaines et canadiennes en neuf heures.

Hautes de plusieurs centaines de mètres au départ, les vagues du tsunami ne feraient probablement plus que cent mètres lorsqu'elles atteindraient l'Espagne, et peut-être seulement 25 mètres lorsqu'elles toucheraient les côtes nord-américaines, de la Floride à Terre-Neuve. Mais c'est encore beaucoup.

Le point le plus élevé du sud de la Floride n'est qu'à environ 25 mètres au-dessus du niveau (normal) de la mer. Il y a suffisamment de terres basses, y compris des centres urbains, le long des 3 500 km de la côte est de l'Amérique du Nord pour garantir la mort d'un grand nombre de personnes.

C'est du moins ce qu'ont estimé Ward et Day, après quoi d'autres scientifiques ont immédiatement insisté sur le fait qu'ils s'étaient trompés dans la géologie, la volcanologie ou la vitesse à laquelle les vagues des tsunamis perdent de leur hauteur sur de longues distances. C'est ainsi que fonctionne la science : un groupe de chercheurs lance une nouvelle idée, et d'autres tentent de la réfuter.

C'est ce qu'ils ont fait dans l'esprit du public et des médias, et certains des calculs de Ward et Day étaient certainement contestables. Ce qui a échappé aux médias, c'est que tous les faits de base étaient corrects : les glissements massifs relativement fréquents (un tous les 100 000 ans aux Canaries, en moyenne), les tsunamis qui s'ensuivent et les immenses dégâts qu'ils provoquent.

Les chances que cette éruption volcanique particulière provoque un méga-tsunami sont inférieures à une sur cent, peut-être une sur mille. Même si un tsunami provenant de La Palma atteignait les Amériques, la hauteur des vagues pourrait être inférieure à un mètre. Mais le risque d'événements imprévisibles qui bouleversent la vie des gens est réel.
.
Nous ne pouvons rien faire contre les effondrements de flancs d'îles volcaniques, à part disposer d'un bon système d'alerte précoce, mais ils ne sont fréquents que dans les îles Hawaï, les îles Canaries et l'archipel indonésien. Il y a aussi les frappes d'astéroïdes, les pestes mondiales et les hivers nucléaires, bien sûr, mais restons-en aux volcans.

Situé à l'est des montagnes Rocheuses, dans le centre-ouest des États-Unis, le Yellowstone a connu trois "super-éruptions" de longue durée, il y a 2,1 millions, 1,3 million et 631 000 ans.

À chaque fois, il a recouvert les États environnants de cendres volcaniques d'un mètre d'épaisseur, a recouvert l'ensemble du continent d'une quantité de cendres suffisante pour tuer la plupart des plantes vertes et a propulsé plus de mille kilomètres cubes de roches et de gaz pulvérisés dans l'atmosphère.

Cela a bloqué une grande partie de la lumière solaire entrante pendant les six à dix années suivantes et a provoqué un "hiver volcanique", avec une température moyenne mondiale inférieure de 3 ou 4°C. Si cela se produisait aujourd'hui, cela entraînerait des pertes de récoltes et des famines massives dans le monde entier.

Il y a eu au moins 47 "super-éruptions" de ce type dans l'histoire du monde.