Oui, je sais qu'elles ont le droit de vivre, mais pourquoi ne vont-elles pas s'envoler ailleurs ? Chaque fois que je m'assois dehors pour admirer la vue avec un café ou une tasse de thé, on dirait que toutes les guêpes du voisinage décident qu'il est temps qu'elles partagent ma compagnie. Elles bourdonnent autour de mon espace, se faufilant même dans un interstice de la fenêtre ou de la porte si j'abandonne et que je rentre à l'intérieur pour leur échapper. J'ai déjà été piqué par ces bestioles à rayures dans le passé et je tiens à éviter cela à nouveau. Ma maison avait un grand portail métallique et des guêpes avaient fait leur nid dans un petit trou du cadre du portail et, chaque fois que je claquais le portail, toute une bande en colère sortait à la recherche du coupable qui avait osé les déranger.

J'ai découvert des choses intéressantes. Appelées Vespae ici, elles sont normalement partout, vaquant à leurs occupations, et sont en fait les propres contrôleurs de nuisibles de la nature et ne s'intéressent normalement pas à nous - elles sont occupées à hacher les chenilles, les pucerons et même les araignées, qu'elles ramènent à la colonie pour nourrir les larves de la reine.

En raison d'une bizarrerie liée au sexe, il s'agit de guêpes femelles stériles, dont le seul travail consiste à collecter de la nourriture pour les jeunes. Bizarrement, elles peuvent avoir une naissance vierge d'œufs mâles, mais la reine mangera probablement ces œufs et attaquera également la pondeuse. Les ouvrières ne mangent que les sucres qu'elles trouvent dans le nectar des fleurs et le miellat produit par les pucerons, mais les larves de guêpes donnent aux ouvrières une sécrétion sucrée riche en glucides en échange de nourriture, et comme un drogué, les ouvrières seront poussées à aider à nourrir les plusieurs milliers de jeunes de la colonie.

À la fin de l'été, la colonie peut avoir atteint 10 000 individus, les larves étant entièrement nourries et certaines devenant elles-mêmes des guêpes adultes. Un léger changement se produit alors : moins de larves produisent la sécrétion sucrée pour les ouvrières, et ces dernières sont alors obligées de chercher leur dose de sucre ailleurs. La reine a pondu le dernier de ses œufs, qui donneront naissance à des guêpes mâles et femelles fertiles qui formeront leurs propres colonies l'année prochaine.

Il est intéressant de noter que la femelle est la seule à piquer, et que son dard est un dispositif modifié de ponte des œufs appelé "ovipositeur", dont les mâles sont dépourvus.

Je sais que l'on craint beaucoup que la guêpe asiatique ne se propage à travers l'Europe, mais je ne trouve pas beaucoup d'informations sur les autres guêpes au Portugal. Il existe des centaines d'espèces dans le monde, dont les plus communes ici sont probablement les guêpes jaunes allemandes, Vespula germanica, ou guêpe commune, avec un corps distinctif à bande jaune, et les guêpes européennes du papier, Polistes dominula, plus longues dans le corps avec une taille très mince et de longues pattes "pendantes".

Les guêpes à papier sont celles que je vois le plus, et elles construisent un nid à peu près n'importe où - sous l'avant-toit des terrasses, sous les chaises ou même à l'intérieur d'un parasol fermé, et un nid mature aura des " chambres " ouvertes pour environ 200 larves, le tout suspendu par un seul fil de papier appelé " pétiole ".

Les guêpes jaunes ont tendance à vivre sous terre dans des terriers, ou à l'intérieur de murs, de crevasses et de la base des arbres, avec des nids de la taille d'un ballon de basket à la fin de l'été. Ils peuvent également être agressifs, poursuivant tout ce qu'ils perçoivent comme une menace, et peuvent en fait mordre pour mieux saisir leur proie avant d'utiliser leur dard, et peuvent piquer à plusieurs reprises, de sorte que toute personne allergique aux piqûres doit faire attention.

Personnellement, je ne pense pas qu'ils soient pires cette année que les autres années, je crois que c'est juste parce que nous sommes plus souvent à la maison à cause de Covid-19, et peut-être que nous les remarquons plus !