La décision de procéder à cette grève est fondée sur "l'absence totale de dialogue de la part du ministère de la santé, qui ne veut pas entendre les revendications" de ces professionnels du NHS, a déclaré à Lusa Pedro Costa, président du syndicat des infirmières.

Selon le dirigeant syndical, les infirmières portugaises "ont été louées tout au long" de la pandémie de covid-19, étant "considérées comme des acteurs clés dans le processus de vaccination", mais "ne sont pas valorisées" dans leur carrière.

Pedro Costa a également estimé que les quelque 700 millions d'euros destinés à renforcer le NHS prévus dans le projet de budget de l'État pour 2022 "ne seront utilisés efficacement que si nous avons sur la table" les domaines auxquels cette augmentation budgétaire sera affectée.

"A quoi cela sert-il d'avoir de nouveaux hôpitaux si leur valeur humaine - leurs professionnels - sont fatigués, démotivés et ne pourront pas remplir leurs fonctions de la meilleure façon possible ?", a-t-il demandé.

Dans un communiqué, le Syndicat démocratique des infirmières et infirmiers du Portugal (Sindepor), qui a également participé à la réunion, a indiqué que la grève a été limitée à deux jours, en raison de la conscience qu'ont les structures syndicales des conséquences que cette forme de lutte a sur les usagers du NHS.

"Sans infirmières motivées, nous n'aurons pas un NHS en bonne santé. C'est pourquoi il est important que le gouvernement réponde à nos demandes, pour avoir un NHS robuste et efficace, comme les Portugais le méritent et en ont besoin", a estimé Carlos Ramalho, président du Sindepor.

Selon le syndicat, le marquage de cette grève ne s'applique qu'au territoire continental, puisque, aux Açores et à Madère, les infirmières ont déjà vu certaines de leurs revendications satisfaites.