Il y a cinq ans, le Liban ressemblait encore à un pays de classe moyenne avec beaucoup de pauvres. Aujourd'hui, il ressemble à un pays très pauvre avec quelques riches. Si vous voulez des chiffres, la proportion de personnes vivant sous le seuil officiel de pauvreté est passée de 30 % il y a deux ans à 80 % aujourd'hui.

En fait, même la guerre civile de 1975-1990 a fait moins de dégâts à l'économie, bien qu'elle ait détruit plusieurs centaines de milliers de vies et une grande partie des infrastructures du pays : "Même pendant la guerre civile, il y avait de l'argent et personne ne mourait de faim", comme le disait un chauffeur de bus de Beyrouth.

La catastrophe actuelle trouve ses racines dans cette guerre. Elle a poussé les Libanais à se replier sur la sécurité relative de leurs propres communautés sectaires, chrétienne, musulmane sunnite et musulmane chiite, et des seigneurs de la guerre se sont levés pour protéger ces communautés,

Certains de ces seigneurs de guerre étaient des chefs traditionnels prospères, d'autres étaient des hommes rendus puissants par la guerre. Pour financer les milices qu'ils dirigeaient, ils ont créé des systèmes de "taxation" qui n'étaient rien d'autre que de l'extorsion, et ce sont leurs parents et amis qui ont organisé et géré ces systèmes.

À la fin de la guerre en 1990, ils constituaient la nouvelle élite politique et financière, avec des milices bien payées pour imposer leur volonté à leurs propres communautés - et ils ne sont pas retournés à leur travail quotidien. Ils sont devenus un club corrompu et népotique dont les membres coopèrent toujours pour s'approprier les richesses de l'État libanais, même s'ils se détestent.

Ce système a fonctionné sans problème dans les années 1990 et 2000, mais il s'est visiblement effondré dans les années 2010. Il n'y avait tout simplement plus assez d'argent à répartir entre les élites (poliment appelées "classe politique"). Le Liban ne produit presque rien, pas même assez de nourriture pour sa propre population, et ses importations sont payées par les transferts de fonds, l'aide étrangère et les prêts.

Ne recevant pas assez d'argent pour soutenir leurs immenses réseaux de patronage, les élites ont commencé à taxer plus lourdement la partie la plus pauvre de la population, et en 2019, quelque chose a craqué. Soudain, les rues de Beyrouth se sont remplies de manifestants réclamant un changement fondamental.

Le Liban est une ancienne colonie française, alors le président français Emmanuel Macron s'est envolé et a offert au gouvernement libanais 11 milliards de livres sterling en échange de réformes structurelles qui éradiqueraient la corruption au cœur du gouvernement. Mais les élites qui bénéficient de ce système sont en pratique les membres du gouvernement, alors bien sûr, ils ont dit non, merci.

Les manifestations se sont poursuivies pendant près d'un an, car les coupures d'électricité étaient devenues quotidiennes. Les familles appauvries avaient du mal à se procurer suffisamment de nourriture - l'inflation annuelle est maintenant de 138 % - et la malnutrition était répandue.

Puis est survenue l'explosion massive dans le quartier portuaire de Beyrouth l'année dernière. Le Fonds monétaire international s'en est mêlé, offrant au Liban des prêts considérables à condition que le système corrompu soit réformé, mais il est probable que le gouvernement les refuse à nouveau. Si l'égoïsme obstiné était une épreuve olympique, la classe politique libanaise remporterait l'or.

Elle se rapproche de la limite. Jeudi dernier, le Hezbollah a organisé une manifestation de masse à Beyrouth, exigeant la révocation du juge présidant l'enquête sur l'identité des responsables de l'importation des 2 750 tonnes d'engrais qui ont provoqué l'explosion du port l'année dernière. (Le Hezbollah est l'un des principaux candidats responsable).

Lorsque la marche est entrée dans un quartier chrétien, au moins un sniper a ouvert le feu. Sept chiites sont morts, et la foule (dont certains étaient armés) a tenté de prendre d'assaut les quartiers chrétiens en représailles. Et pourtant, la classe politique libanaise refuse de plier.

Alors pourquoi cette classe politique ressemble-t-elle au capitaine du HMS Victoria, le défunt cuirassé qui a piqué du nez en 1893 ? Parce que l'officier commandant la flotte britannique de la Méditerranée, le vice-amiral Sir George Tryon, était l'un des hommes les plus têtus de l'histoire.

Il a ordonné une manœuvre très complexe au cours de laquelle deux lignes parallèles de cuirassés devaient faire des demi-tours simultanés l'une vers l'autre, pour finir dans la direction opposée, mais avec des lignes parallèles beaucoup plus rapprochées. Et il s'est trompé dans la distance.

Tous les autres sur le pont pouvaient voir que les navires allaient entrer en collision, et plusieurs d'entre eux en ont parlé à Tryon, mais il a ignoré leurs conseils. Le navire qui allait le percuter a également contesté ses ordres, mais il a persévéré. Ils sont donc entrés en collision, et l'amiral a coulé avec son navire.

Imaginez la classe politique libanaise comme l'amiral Tryon, et le pays comme le HMS Lebanon. Plongeurs techniques uniquement.