Deep Purple a vendu plus de 100 millions d'albums, avec des arènes à guichets fermés pendant des décennies dans le monde entier. Musiciens légendaires du hard rock, Ian Gillan, Roger Glover, Ian Paice, Steve Morse et Don Airey continuent d'inspirer les fans du monde entier avec leur vaste répertoire.

Leur dernier album "Whoosh !", qui a connu un énorme succès, est sorti l'année dernière et est considéré comme l'un des albums les plus polyvalents de l'histoire de Deep Purple.

Le groupe a récemment annoncé la sortie de "Turning to Crime", qui sortira le 26 novembre. Il s'agit d'un album de versions avec des morceaux d'artistes tels que Bob Dylan, Fleetwood Mac et Bob Seger.

Ils démarrent l'année 2022 avec une tournée très attendue pour leur 21ème album studio et ils sont plus que prêts à reprendre la route et à célébrer leur musique avec les fans. C'était fantastique de parler avec Ian Gillan, de Deep Purple, de ce que nos lecteurs peuvent attendre du concert de Lisbonne l'année prochaine et bien plus encore !

The Portugal News : Comment le groupe se sent-il à l'idée de se produire à Lisbonne l'année prochaine ?

Ian Gillan : "Nous nous sommes produits au Portugal assez souvent au cours des siècles, mais je pense que la dernière fois était en 2017, je crois. Je ne sais pas encore comment se sent le groupe parce que nous n'avons pas été vraiment ensemble depuis deux ans, donc tout cela va être très excitant ; ça va exploser d'énergie, j'en suis sûr !".

TPN : Que peuvent attendre nos lecteurs du concert de Lisbonne et de la set list ?

IG : "C'est difficile à dire, mais ce que je peux dire, c'est que nous avons sorti notre album "Whoosh !" l'année dernière et que nous n'avons joué aucune de ses chansons sur scène. Je pense qu'il y aura quelques chansons de cet album et que le nouvel album "Turning to Crime" fera inévitablement partie du spectacle. Bien sûr, des morceaux du nouvel album et des albums moins récents. Il y a déjà une certaine accumulation de chansons depuis 1969 et il est très difficile de décider du répertoire pour les concerts mais il faut constamment garder les spectacles frais et garder un équilibre car on ne veut pas enfoncer toutes les nouvelles chansons dans la gorge des gens, ils veulent entendre les anciennes chansons ainsi que l'improvisation. Je veux dire que 25% de nos concerts sont des jams et c'est pour cela que nos fans nous connaissent. Donc, un mélange d'ancien et de nouveau. C'est très amusant et parfois nous ne savons pas quelle est la set list jusqu'à la dernière seconde juste avant le concert ou nous décidons spontanément sur scène."

TPN : Quelle a été l'inspiration derrière "Turning to Crime" et la production du prochain album ?

IG : "Normalement, nous nous asseyons et écrivons, la musique nous vient et quand nous en avons assez, nous faisons un album, c'est à peu près comme ça que ça a toujours fonctionné. Le problème est qu'avec la quarantaine et les confinements, il est très difficile de réunir physiquement le groupe. Steve, notre banjoïste, vit en Amérique, Roger, notre bassiste, vit en Suisse et les autres gars vivent en Angleterre, donc c'était une opération militaire majeure pour avoir des répétitions. Nous avons besoin d'être ensemble pour écrire et pas nécessairement pour jouer, car nous avons découvert, comme tout le monde, qu'on peut le faire numériquement et à distance. C'était l'idée de notre producteur de faire "Turning to Crime" et nous avons toujours fait des reprises, les trois premiers grands succès de Deep Purple ont été en 1968/1969 Hush, Kentucky woman, River Deep, ils ont été d'énormes succès en Amérique et nous les avons joués sur scène mais nous n'avons jamais produit un album de reprises. La sélection a été une partie très importante de ce processus, nous avons dressé une longue liste avec notre producteur, Bob Ezra, et nous en avons discuté, nous avons fait une présélection, nous avons passé en revue les idées et nous avons commencé à travailler dessus", ajoutant avec humour que "pas une seule de mes suggestions n'a été utilisée sur l'album, mais c'est bien parce que les chansons qui ont été choisies sont fantastiques ! Le plus difficile n'a pas été de faire l'album, mais de décider de le faire et de choisir le répertoire."

TPN : Y a-t-il un titre en particulier sur "Turning to Crime" qui se démarque ou que vous êtes impatient de jouer en concert ?

IG : "En fait, il y en a 3, 4 ou 5... "7 and 7 is" est déjà sorti et c'est le morceau d'ouverture. C'est une chanson que j'adore et que je jouais dans les années 60 dans un groupe appelé Episode Six. J'aime aussi beaucoup le morceau intitulé "Rockin' Pneumonia And The Boogie Woogie Flu ", qui est très amusant et que j'ai hâte de chanter en concert. Un autre titre est un vieux morceau de Ray Charles avec un arrangement de Quincy Jones, Don l'a transformé en un morceau magique de blues jazz et c'est tellement amusant. Il s'appelle "Let The Good Times Roll" et ces trois titres sont ceux que je choisirais d'interpréter sur scène".

TPN : J'aimerais vous ramener au premier spectacle que vous avez donné ; qu'avez-vous ressenti en jouant en live pour la première fois ?

"Le premier concert que j'ai donné était dans un club de jeunes d'une église de l'ouest de Londres. Nous avons demandé si nous pouvions utiliser l'arrière-salle, où sont entreposées la table de ping-pong et les chaises, pour répéter mais le responsable nous a dit : "vous devez payer" et j'ai répondu : "Nous n'avons pas d'argent" et il a dit "vous n'avez pas à payer en argent, vous payez avec un concert, donc si vous vous répétez ici pendant la semaine, vous devrez vous produire le samedi soir." Donc, je pense que s'il ne s'était agi que de répéter, nous n'aurions peut-être jamais commencé, mais le fait d'être obligé de monter sur scène nous a poussé. Monter sur scène était juste terrifiant et excitant à la fois. L'équipement était hilarant, la sonorisation était en fait le magnétophone de mon père et il m'a acheté un ensemble de tambours qui étaient les tambours de base de l'Armée du Salut et qui roulaient sur la scène dès que le bruit commençait, j'avais une batterie primitive, c'était hilarant mais ça m'a permis de démarrer et puis on ne voit pas vraiment la foule augmenter. Puis, j'ai rejoint un autre groupe et nous avons eu un certain succès mais ensuite les foules ont commencé à affluer, nous étions toujours dans des clubs qui étaient pleins à craquer et l'excitation a commencé à monter et alors nous avons acheté un fourgon et nous avons commencé à voyager un peu et progressivement nous avons commencé à faire des bals, des universités et des théâtres.

J'ai fait ma première tournée professionnelle avec Dusty Springfield en 1965, c'était incroyable, c'était tellement excitant et ça s'est construit à partir de là. J'ai beaucoup appris des musiciens plus âgés et des gens avec qui j'ai travaillé dans la région, la musique était en plein essor à cette époque et devenait internationale aussi, j'ai donc eu beaucoup de chance et j'ai eu un manager fantastique au début, qui s'est occupé de nous pendant cinq ans et qui s'appelait Gloria Bristow, elle m'a beaucoup appris et aussi sur le professionnalisme et j'ai aussi beaucoup appris de Dusty".