Le couple, âgé de 82 et 93 ans, est arrivé à l'aéroport de Faro, le 2 octobre de cette année, à 8h15, avec une assistance spéciale nécessaire pour monter à bord de l'avion Ryanair à 10h15, à destination d'East Midlands, au Royaume-Uni. Cependant, l'attente a été longue et lorsque le moment est venu d'embarquer enfin, l'ascenseur n'est pas arrivé à temps.

"À 9 h 45, j'ai commencé à être mal à l'aise. J'ai demandé à la fille de My Way quand l'ascenseur arriverait. Elle m'a dit de ne pas m'inquiéter, qu'il arriverait bientôt. Elle a dit que le capitaine savait que nous venions. Vers10h20, ils nous ont fait monter dans l'ascenseur, ont déposé quelques passagers supplémentaires à Birmingham. Puis la fille a dit: "Désolé, le capitaine ne veut pas revenir." Puis l'avion a décollé, nous laissant en rade", a raconté le couple à The Portugal News.

Le couple regrette la façon dont il a été traité, car il a dû attendre 12 heures le prochain avion dans des conditions inconfortables. Pendant tout ce temps, le couple aux besoins spécifiques a réussi à parler au bureau de Ryanair et après avoir expliqué toute la situation, ils ont pu retourner à East Midland sur le vol de 21h00. Cependant, le couple est toujours très déçu et a exigé une compensation qui n'est jamais venue.

Au cours de ces 12 heures, la situation est devenue de plus en plus pénible pour le couple, qui a cherché à demander de l'aide : "J'ai dit à la fille de Ryanair : ma femme de 93 ans ne peut pas rester assise sur ces chaises métalliques inconfortables pendant 12 heures, pourrions-nous aller à l'hôtel pendant l'attente ? "Oui", a-t-elle répondu, "mais je ne peux pas le réserver". Ils se sont alors rendus par leurs propres moyens à l'hôtel le plus proche, mais celui-ci était complet et ils ont dû rentrer.

Ce n'est que 22 heures plus tard qu'ils ont pu rentrer en Angleterre. "Ryanair avait gentiment organisé un taxi pour nous ramener de l'EMA chez nous à Alfreton, mais nous ne sommes pas rentrés avant 1 heure du matin le lendemain. Cela a signifié un calvaire de 22 heures pour ma femme de 93 ans", a déclaré le passager dans une plainte qu'il a transmise à Ryanair.

Pendant plus d'un mois, The Portugal News a essayé de parler à toutes les entités impliquées dans cette affaire. En premier lieu, le service de presse de Ryanair a rejeté la faute sur My Way, car c'est My Way qui est l'entité responsable de l'assistance spéciale à l'aéroport de Faro. Cependant, My Way a également refusé de fournir des éclaircissements, affirmant que c'est à ANA de répondre à toutes les questions à ce sujet. En outre, The Portugal News a essayé de contacter ANA ; cependant, au moment de la mise sous presse, ANA n'avaient pas donné de réponse.

Bien qu'il incombe à l'aéroport de fournir une assistance aux personnes à mobilité réduite, le couple tient la compagnie aérienne pour responsable de ce qui s'est passé : "Le capitaine devait savoir que nous aurions dû être à bord, mais il a décidé sans ménagement de nous laisser en plan", concluent-ils.