"Mon accouchement ne devrait pas être le pire souvenir de ma vie" est l'une des phrases que l'on peut lire sur les affiches que plusieurs femmes ont portées lors de la manifestation du 6 novembre contre l'avis de l'Association médicale qui affirmait que la violence obstétricale n'existe pas au Portugal.

Après toutes les plaintes à ce sujet, "personne ne s'attendait à un avis de cette nature de la part de l'Association médicale. Ils ont complètement ignoré les chiffres", a déclaré Carla Santos, l'une des porte-parole du mouvement contre la violence obstétricale à l'origine de la manifestation.

Selon elle, se rendre à une manifestation de ce type signifie pour beaucoup de ces femmes deux choses : la peur et la tristesse : "Certaines ont dû revivre des moments traumatisants, ce qui en a fait pleurer certaines lors de la manifestation - c'était très émouvant. En outre, certains professionnels de la santé ont déclaré ne pas être venus par crainte de représailles".

Si, d'un côté, le Portugal a un faible taux de mortalité, tant pour les femmes enceintes que pour les nouveau-nés, révélateur d'une bonne prise en charge médicale, de l'autre, il présente des taux élevés de césariennes et d'épisiotomies inutiles.

En quoi consiste la violence obstétricale ?

Si ce terme ne vous est pas familier, la violence obstétricale se produit lorsqu'une personne en travail ou en couches subit des abus ou un manque de respect de ses droits, notamment des violences physiques, sexuelles ou verbales, des intimidations, des humiliations et des agressions de la part de l'équipe médicale, à savoir les médecins et les infirmières.

Il peut s'agir d'être contraint à des procédures sans consentement éclairé, telles que des touchers vaginaux inappropriés ou excessifs, des césariennes forcées, des sutures du périnée, des agressions sexuelles pendant les examens ou les procédures, le déclenchement du travail, l'épisiotomie sans raisons médicales et le fait d'être traité de manière irrespectueuse.

La souffrance dans la communauté des expatriés

Sara do Vale, fondatrice de l'Association portugaise pour les droits des femmes pendant la grossesse et l'accouchement, qui depuis 2014 lutte contre la violence obstétricale et aide les femmes, a déclaré à The Portugal News que la violence obstétricale est une réalité qui ne touche pas seulement les Portugaises, ayant aussi un impact très fort sur la communauté étrangère.

Sara do Vale est également doula à Lisbonne et, comme 70 % de ses clients sont des étrangers, elle est très consciente de cette réalité : " Au-delà de la barrière de la langue, comprendre comment fonctionne le système au Portugal n'est pas toujours facile, surtout lorsqu'il s'agit de femmes qui viennent de pays d'Europe du Nord où, en général, on est beaucoup plus aligné sur les recommandations de l'OMS, avec des sages-femmes qui s'occupent des naissances à faible risque et une idée que l'accouchement est plus physiologique. Et quand ils arrivent au Portugal dans un système où l'obstétricien est au sommet de la pyramide, cela peut être difficile à comprendre et même à accepter", a déclaré Sara do Vale.

Un problème qui s'est encore aggravé avec la pandémie : "Malheureusement, la pandémie a entraîné de nombreuses restrictions qui tardent à être assouplies, par exemple le droit d'avoir un partenaire de naissance, qui est une partie très importante de l'expérience féminine de la naissance. Il est important de réaliser que l'expérience de la naissance d'une femme restera gravée en elle toute sa vie."

La violence obstétricale touche aussi les hommes

Si les femmes sont les principales victimes, les hommes souffrent également des violences obstétricales, ce qui a été constaté lors de la manifestation par le nombre d'hommes présents pour soutenir la cause.

"Les hommes en souffrent aussi, ils voient la personne qu'ils aiment être humiliée et maltraitée, on les empêche d'entrer et cela fait mal de voir le bébé naître dans ce contexte", a déclaré Cláudia Santos.

En outre, "dans la salle de travail, elles sont souvent traitées comme si elles avaient une sorte de déficience cognitive ou comme si elles étaient des enfants. Elles ont entendu des commentaires tels que "regarde, ce n'est pas bon pour toi, ce n'est pas bon pour ta vie intime parce que tu ne la verras plus jamais de la même façon".

Options pour une naissance humanisée

En fait, selon Cláudia, il n'y a pas beaucoup d'options pour les couples qui veulent quelque chose de différent pour l'accouchement. Au Portugal, il n'y a pas de maisons de naissance et les sages-femmes appartiennent presque au passé. Les accouchements se font principalement à l'hôpital, y compris pour les grossesses à faible risque.

Lorsque je lui ai demandé pourquoi, Cláudia m'a expliqué que : "L'association médicale restreignait indirectement les maisons de naissance comme option pour les femmes, comme elle interdisait aux médecins de pratiquer des accouchements dans l'eau et à domicile, en effet les obstétriciens ont été informés qu'ils auraient une procédure disciplinaire et pourraient perdre leur licence professionnelle. Et pour créer une maison de naissance, il faut un obstétricien qui soit cliniquement responsable. Donc, si les médecins sont interdits par leur association professionnelle, les maisons de naissance ne peuvent pas exister au Portugal".

Toutefois, pour les couples qui cherchent un soutien supplémentaire à ce stade de leur vie, Doula Sara recommande d'établir un plan de naissance, de trouver une doula et de prendre toutes les dispositions possibles. En outre, la Pregnancy and Childbirth Association est disponible pour vous aider, y compris en anglais, par téléphone ou par e-mail, sur ce que vous pouvez attendre du NHS portugais.

Pour de plus amples informations, veuillez consulter le site https://associacaogravidezeparto.pt/ ou envoyer un courriel à geral@associacaogravidezeparto.pt.