Dans un premier temps, la Fédération pulmonaire portugaise a lancé un appel en faveur du retour du port du masque en public, même en extérieur, puis le Président de la République a également déclaré que le retour des masques devait être repris.

S'adressant aux journalistes au Teatro Municipal São Luiz, à Lisbonne, interrogé sur les mesures à adopter au Portugal compte tenu de l'augmentation du nombre de cas et de décès par Covid-19 au Portugal, Marcelo Rebelo de Sousa a estimé qu'il fallait "attendre la réunion de l'Infarmed" avec les experts, qui est prévue le 19 novembre.

Interrogé, par la suite, sur le fait de savoir s'il comprend que l'utilisation obligatoire de masques dans la rue sera reprise, le chef de l'État a répondu : "Cela, bien sûr, c'est évident".

Tout en détaillant le nombre de cas de Covid-19 actuellement par rapport à la même période de l'année dernière, le Président a appelé au calme : "Considérons cela calmement, sereinement. Nous avons une vaccination que nous n'avions pas. Et nous allons agir en conséquence", a-t-il déclaré.


Travail à distance

La Fédération pulmonaire portugaise a demandé le retour de l'utilisation obligatoire de masques dans tous les espaces publics intérieurs et également le retour au travail à distance.

Dans une lettre adressée au ministre de la Santé et à la Direction générale de la santé (DGS), la fédération estime que la situation épidémiologique du Covid-19 "est à nouveau source de préoccupation", notant que l'indice de transmissibilité (Rt) reste supérieur à 1.

"A notre avis, ces mesures auraient déjà dû être adoptées. Il suffit de regarder le rapport de situation quotidien qui a été publié et de voir comment le Rt a augmenté pendant quatre semaines et sur deux de ces semaines, il a été supérieur à 1", a déclaré le vice-président de la Fédération pulmonaire portugaise (FPP), Jaime Pina.

Pina a averti que les cas vont continuer à augmenter et que la matrice de risque "est déjà à nouveau dans le rouge".

"Ces graphiques montrent que la situation du Covid-19 au Portugal se détériore et va se poursuivre pendant au moins deux semaines encore. À ce stade, des mesures doivent être appliquées", a-t-il défendu.

Pour inverser la croissance de la pandémie au Portugal, la FPP demande au gouvernement et à la DGS de rendre à nouveau obligatoire l'utilisation de masques faciaux, non seulement dans les espaces publics à l'intérieur, mais aussi à l'extérieur, lorsque la distance adéquate ne peut être garantie.


Vaccins

La fédération préconise également d'accélérer le processus actuel de renforcement de la vaccination (3e dose) aux groupes déjà sélectionnés (patients immunodéprimés et personnes de plus de 65 ans), d'étendre ce renforcement à tous les professionnels de la santé et d'accélérer l'administration de la deuxième dose de vaccin aux personnes ayant déjà eu Covid-19.

"Le fait que nous ayons eu un énorme succès dans la campagne de vaccination n'empêchera pas une augmentation des cas plus graves, qui impliquent plus d'hospitalisations, un plus grand recours aux soins intensifs et un taux de mortalité plus élevé", indique la lettre, soulignant l'urgence de prendre des mesures pour arrêter la progression de la pandémie.

La FPP défend également que "les recommandations publiques sur l'importance d'autres mesures de protection individuelle : la distanciation sociale et le lavage et la désinfection des mains" doivent être renouvelées.

S'adressant à Lusa, Jaime Pina a donné l'exemple du match de football entre le Portugal et la Serbie, le 14 novembre, avec plus de 60 000 personnes à l'Estádio da Luz : "Tout le monde était sans masque. Même dans un espace ouvert, les gens sont côte à côte et sans masque".

"C'est l'un des exemples d'endroits où le port du masque devrait redevenir obligatoire. C'est faire deux pas en arrière et pouvoir ensuite faire un pas en avant", a-t-il ajouté.

Le Premier ministre, António Costa, a convoqué pour le vendredi 19 novembre, à 15 heures, une nouvelle réunion de politiciens et de spécialistes à l'auditorium d'Infarmed à Lisbonne, concernant la situation du Covid-19 au Portugal. La dernière réunion de ce type a eu lieu il y a deux mois, le 16 septembre.