Cette année, les résultats du Portugal ont été meilleurs que ceux de la Suède (8e), de la Finlande (9e) et de la Croatie (10e), selon le rapport EF English Proficiency Index (EF EPI) - qui analyse les données de deux millions de non-anglophones dans 112 pays et régions.

Dans un classement mené par les Pays-Bas pour la deuxième année consécutive, le Portugal n'est devancé que par l'Autriche (2e), le Danemark (3e), Singapour (4e), la Norvège (5e) et la Belgique (6e). Dans le sud de l'Europe, les Portugais restent les meilleurs anglophones, laissant derrière eux la Grèce (19e), la France (30e), l'Espagne (33e) et l'Italie (35e).

Les 625 points obtenus par les Portugais constituent le meilleur résultat jamais enregistré par le Portugal dans ce classement, alors qu'il y a deux ans, le pays était entré dans le groupe des pays à "compétence élevée".

En outre, Porto est, pour la troisième année consécutive, la ville portugaise où l'on parle le mieux l'anglais, Coimbra est en deuxième position et Lisbonne occupe la troisième place.

À l'opposé du classement mondial, aux dernières places, on trouve la République démocratique du Congo (110e), le Soudan du Sud (111e) et le Yémen (112e).

"Malgré la baisse du nombre de voyageurs dans le monde, l'anglais continue de faciliter la communication en plus de permettre de nouvelles façons de travailler. L'IPE EF de cette année est plus réparti que jamais, fournissant des informations précieuses aux gouvernements pour évaluer leurs politiques d'apprentissage des langues et mettre en évidence les domaines stratégiques à améliorer", a déclaré Kate Bell, auteur de l'indice de maîtrise de l'anglais EF.

"L'IEP EF est basé sur les résultats du test EF Standard English Test (EF SET), le premier test d'anglais standardisé gratuit au monde. L'EF SET a été utilisé dans le monde entier par des écoles, des entreprises et des gouvernements pour des tests à grande échelle", selon une note envoyée à The Portugal News.

Les hommes meilleurs que les femmes en anglais

En outre, pour la première fois, l'étude révèle que, dans le monde entier, les hommes parlent mieux l'anglais que les femmes. À l'exception de l'Asie et de l'Afrique, où les femmes sont encore meilleures que les hommes, toutes les régions du monde suivent la même tendance : l'anglais des femmes reste le même alors que celui des hommes s'améliore.

Au Portugal, les hommes ont réussi à obtenir un meilleur classement que les femmes. Malgré cela, les Portugaises ont déjà cette année un excellent niveau d'anglais avec 621 points, une valeur supérieure à celle de l'année dernière et bien au-dessus de la moyenne des hommes dans le monde (508 points).

En ce qui concerne les groupes d'âge, les jeunes Portugais âgés de 21 à 25 ans continuent d'être ceux qui ont les meilleures compétences en anglais, selon le rapport (EPI) qui montre la relation entre la maîtrise de l'anglais et le pouvoir d'achat, la qualité de vie et l'innovation.

Cependant, malgré cette corrélation positive entre la maîtrise de l'anglais et le pouvoir d'achat, le Portugal est l'un des rares pays à avoir un niveau "très élevé" de maîtrise de l'anglais, mais en dessous de la ligne de corrélation avec le pouvoir d'achat.

L'anglais au travail

Dans le monde entier, dans la plupart des emplois, les gens ont un niveau d'anglais moyen inférieur à celui dont ils auraient besoin pour être plus performants dans leur travail. Selon l'étude, cela se traduit par une perte de temps, un manque de communication et un partage inefficace des connaissances.

En moyenne, les trois secteurs où l'anglais est mieux parlé sont les suivants : le conseil, avec un niveau d'anglais modéré, suivi des technologies de l'information (modéré) et de l'ingénierie (modéré).

Viennent ensuite les biens de consommation (modéré), l'alimentation (faible), la logistique (faible), l'hôtellerie (faible), l'aviation (faible), la vente au détail (faible), la construction (faible), les produits pharmaceutiques (faible), les télécommunications (faible), l'automobile (faible), l'exploitation minière et l'énergie (faible), la banque et la finance (faible), les produits électroniques (faible), les produits chimiques (faible), l'industrie manufacturière (très faible), les assurances (très faible) et l'éducation (très faible). Pour terminer la liste, l'industrie de la santé et le secteur gouvernemental affichent également un niveau très faible.

Selon la note : "Les professionnels du marketing sont généralement ceux qui parlent le mieux l'anglais, mais ne dépassent pas un niveau moyen, il en va de même pour le droit, les ressources humaines et les technologies de l'information".

Avec un niveau d'anglais très faible, on trouve généralement des professionnels qui travaillent dans les domaines des services, de l'administration et de la maintenance : "Lorsque les professionnels ne disposent pas de l'anglais nécessaire pour s'impliquer dans de nouveaux rôles, le développement de leur carrière est compromis", conclut le rapport.