"Nous avons eu deux années d'infection. Cela nous permet déjà de comprendre que l'infection a une caractéristique saisonnière. Nous avons en fait eu deux vagues la première année, l'hiver et l'été, et nous avons eu deux vagues cette année. Maintenant, la vague d'hiver va commencer", a déclaré le président de l'Institut de santé publique de l'Université de Porto (ISPUP).

Selon le médecin, le virus continue de circuler avec un "caractère saisonnier" en hiver, car c'est une période typique des maladies respiratoires, mais aussi en été, en raison de la grande mobilité à cette époque de l'année.

Malgré cela, Henrique Barros a souligné que, l'hiver prochain, la pandémie "n'atteindra jamais" la situation enregistrée plus tôt cette année, même s'il est prévisible que les infections respiratoires augmenteront de manière significative, "dont une proportion relativement faible sera Covid-19".

"Il existe une relation claire entre les infections dans les différents pays et la proportion de personnes vaccinées. C'est pourquoi le Portugal, dans le groupe des pays européens, est l'un de ceux qui ont le moins de cas et le moins de décès", a ajouté le spécialiste, pour qui le doublement prévisible du nombre d'infections ne signifie pas "doublement du nombre de cas hospitalisés".

Selon le président du Conseil national de la santé, "il vaut la peine de garder certaines mesures de précaution", considérant que la "règle d'or" est de ne pas sortir de chez soi avec des symptômes de Covid-19.

"Je pense qu'une mesure équilibrée est, avec des symptômes, de ne jamais quitter la maison. C'est la première règle d'or", a déclaré l'expert, tout en défendant l'hygiène des mains et l'utilisation de masques dans les espaces fermés présentant un risque accru de contagion.