URock a été créé en 2010 et leur premier album a été produit par le légendaire ingénieur du son Alan Parsons qui a produit de la musique pour les Beatles, Pink Floyd et le projet Alan Parsons ainsi que par le parrain du grunge, Jack Endino qui est l'ancien producteur de Nirvana et Soundgarden. URock propose un mélange éclectique de rock alternatif britannique et de punk, en s'inspirant de Deep Purple, ACDC, Led Zeppelin, pour n'en citer que quelques-uns. Ils ont donné plus de 100 concerts internationaux et ont terminé leur deuxième album qui sortira l'année prochaine.

TPN : Pouvez-vous présenter votre groupe URock ?

Umberto Sulpasso : "URock est assez unique dans le sens où ce n'est pas vraiment un groupe, c'est une communauté de musiciens. Il y a un guitariste, Alastair Greene, qui nous a rejoint depuis l'Amérique, nous avons des Italiens, des Anglais et un bassiste du Portugal. Nous sommes une combinaison hétéroclite et au fil des ans, il arrive que notre guitariste doive travailler et ne puisse pas faire une tournée ou un concert, alors nous appelons quelqu'un d'autre, mais nous sommes toujours restés en contact et il y a beaucoup d'amitié. Notre siège social est au Portugal car notre batteur, Vieri et moi-même vivons au Portugal maintenant. Nous sommes une communauté de personnes qui aiment faire de la musique sans tenir compte de ce qui se passe sur le marché, nous faisons la musique que nous aimons."

TPN : Pouvez-vous nous parler de votre lien avec le Portugal ?

US : "J'ai une petite amie afro-portugaise et il y a quelques années, je suis venu au Portugal et j'ai absolument adoré. Je suis arrivé à la gare de Santa Apolonia, je suis venu en train d'Italie et on m'a volé mon argent et ce n'était pas un bon voyage mais je suis arrivé à Lisbonne et j'ai ressenti la paix. Ensuite, je suis venu en Algarve et j'ai commencé à l'apprécier de plus en plus, surtout parce que Lisbonne est devenue surpeuplée ces dernières années, alors j'ai trouvé beaucoup de paix en Algarve et vivre près de l'océan est fantastique. Je pense que ça pourrait être la Californie européenne, je crois vraiment beaucoup en cette région et grâce à cette région, j'ai pu rencontrer Ian Gillan donc c'est le destin d'être ici ! C'est un endroit magnifique et je l'apprécie de plus en plus chaque jour, il est difficile de m'extraire de l'Algarve ces jours-ci !".

TPN : Comment êtes-vous entré dans la musique et d'où est venu cet intérêt pour le rock ?

US : "C'est un peu un mystère, personne dans ma famille n'est musicien ou ne chante, mais ils adorent écouter de la musique, alors j'ai eu la chance d'écouter de bonnes choses. C'est vraiment étrange, depuis que je suis enfant, la musique a un effet très spécial sur moi, si j'écoute quelque chose, ça me donne la chair de poule et c'est quelque chose qui me touche à l'intérieur avec une intensité qui n'est pas commune pour les autres personnes. J'ai l'impression que mon âme est complètement impliquée. La magie, l'enchantement que la musique exerce sur moi est difficile à définir de manière rationnelle, c'est quelque chose de si fort que je devais suivre. Créer de la musique et travailler avec un groupe est ce qu'il y a de plus beau au monde. Je suis né à Los Angeles, qui est une ville de rock and roll, donc je pense que cela a eu une influence et ma mère me chantait aussi beaucoup de chansons des Beatles et de Bob Dylan. Je pense que le moment décisif a été lorsque j'étais au lycée et qu'un de mes amis m'a invité aux répétitions de son groupe de métal. Quand je suis entré dans la pièce, ce mélange de batterie, de guitare électrique et de basse a touché mon âme. Ce n'était pas la musique, c'était la sensation de rock and roll que procurent les guitares, la batterie et la basse lorsqu'elles vous touchent. Je me retrouvais autour d'une batterie ou d'une guitare électrique et je voulais commencer à chanter, ce qui était horrible au début. Je m'écoutais et je me disais "mec, qu'est-ce que tu fais ?". Cela fait partie de l'apprentissage et ensuite vous commencez à répéter et à apprendre d'autres personnes qui sont meilleures que vous. Je dois dire que j'ai beaucoup appris en écoutant Ian Gillan, c'est un chanteur avec lequel j'avais une connexion spéciale et je pense que cela m'a aidé à devenir un meilleur chanteur".

UROCK

TPN : Pouvez-vous présenter le deuxième album à nos lecteurs ?

US : "Dans le premier disque, il y avait des chansons en italien, espagnol et anglais et ce disque est entièrement en anglais car nous avons des influences différentes. Nous avons été aidés par le fait que deux grands producteurs, Alan Parsons et Jack Endino, qui ont apprécié notre honnêteté, ont produit nos deux disques. Nous allons lancer notre nouveau disque l'année prochaine et les deux producteurs ont été fortement impliqués dans ce processus. C'était un sentiment incroyable, surtout quand on voit les noms avec lesquels Alan Parsons a travaillé, les Beatles, Pink Floyd, The Alan Parsons Project. Il a eu une énorme carrière, et l'avoir sur scène pour jouer à notre spectacle était assez incroyable. Jack Endino est le producteur du mouvement grunge, qui a découvert Nirvana et produit leur premier disque. Ils nous ont aidés à nous développer et à devenir de meilleurs musiciens, nous sommes donc très enthousiastes pour ce prochain disque."

TPN : Que peuvent attendre nos lecteurs de ce nouvel album ?

US : "Je dirais qu'URock parle de liberté dans cet album et la liberté, c'est le rock and roll. C'est un album où nous avons mûri artistiquement depuis le premier album et c'est aussi un album qui a été influencé par les concerts et les concerts à l'étranger. Ce disque fonctionne très bien en live parce que nous l'avons joué et il est aussi né du fait que nous avons tout testé en live, nous allions en studio, nous répétions et écrivions une chanson, puis nous la testions au concert suivant et nous avons vu la réaction et c'était une façon importante de faire. Nous voulons que les gens passent un bon moment et qu'ils divertissent la foule, ce que nous avons pu constater lors de notre dernier concert, qui s'est déroulé à guichets fermés en tant que tête d'affiche au o2 Islington Academy de Londres. C'est un sentiment énorme de divertir un public avec sa propre musique, c'est un sentiment très gratifiant".

TPN : Que pensez-vous de l'idée de faire la première partie de Deep Purple au Campo Pequeno l'année prochaine ?

US : "Nous sommes complètement époustouflés et je le suis tout particulièrement car Ian Gillan a été la plus grande inspiration pour mon chant. Quand j'ai entendu Made in Japan pour la première fois, j'ai pensé "wow, je peux vraiment apprendre de Ian". J'avais du mal à trouver ma voie et quand je l'ai entendu, j'ai pensé que je devais commencer par là. Je n'ai pas honte de dire que, comme tout le monde, j'ai eu des moments difficiles dans ma vie et Deep Purple a été un facteur important pour surmonter ces moments et trouver la force. L'autre grande leçon que Deep Purple représente en tant que groupe est exactement ce dont nous parlons, c'est qu'ils sont probablement le plus grand groupe de scène, leur disque le plus célèbre est un disque live, Made in Japan, et quand vous les voyez sur scène, ils donnent tout et il y a tellement d'amour pour la musique en faisant cela, ce n'est pas seulement le concert, c'est quelque chose de beaucoup plus intense. Cela a été une énorme leçon dans ma croissance en tant que musicien, les voir en live est un moment vraiment spécial. C'est un rêve qui se réalise et un tel honneur et nous ferons de notre mieux, ils ont été très généreux de nous donner cette opportunité."