"Le cancer de la prostate a été un peu ignoré en termes de dépistage. C'est pour cela que le taux de mortalité du cancer de la prostate n'a pas baissé, comme cela a été le cas, par exemple, pour le cancer colorectal. Avec ces chiffres, le cancer de la prostate est une pathologie importante qui mérite toute notre attention", a déclaré le Dr Tiago Rodrigues, urologue au HPA Health Group.

Après le cancer du poumon, le cancer de la prostate est la deuxième cause de décès par cancer. En Europe, il est diagnostiqué chez environ 400 000 hommes par an et provoque le décès d'environ 90 000 à 95 000 hommes par an.

Malgré les efforts déployés pour promouvoir le dépistage du cancer de la prostate, notamment la célèbre campagne Movember, de nombreux hommes meurent encore de cette maladie dans le monde et la seule façon de lutter contre cette tendance est le dépistage précoce.

"Le cancer de la prostate est un problème qui était sur la table avant le début de la pandémie, il y avait même des comités de lobbying au sein de l'UE" pour promouvoir le dépistage. Cependant, le chemin à parcourir est encore long.

En outre, dans les populations qui ont moins de connaissances en matière de santé, "beaucoup de gens pensent encore que lorsqu'un homme va chez l'urologue pour un examen rectal, il perd sa virilité ou risque de souffrir d'incontinence, mais rien de tout cela n'est vrai", a déclaré le médecin.

Pour combattre ce malentendu général, le Dr Tiago pense que le message doit venir d'en haut - des décideurs. Mais cela n'a pas été fait car, même dans la communauté médicale, les médecins ne parlent pas d'une seule voix lorsqu'il s'agit du dépistage du cancer de la prostate.

Par exemple, en 2012, un groupe de travail a été créé aux États-Unis pour évaluer l'impact du dépistage de l'antigène spécifique de la prostate (PSA). Cette décision s'explique par le fait qu'à l'époque, de nombreux patients subissaient des interventions chirurgicales qui provoquaient des effets secondaires chez des patients qui n'auraient jamais de problèmes de cancer de la prostate, car ce cancer met 15 ou 20 ans à devenir une source de lutte : "Si le patient a 85 ans et se trouve à un stade précoce de la maladie, il est probable qu'il ne mourra pas du cancer", a-t-il expliqué.

Cependant, cette décision des États-Unis a eu de graves conséquences à l'époque, puisque les taux de mortalité ont grimpé en flèche. "C'était une recommandation extrême et ce qui s'est passé, c'est que dans les années suivantes, pour la première fois dans l'histoire depuis le début du PSA et du dépistage précoce du cancer de la prostate, la courbe de mortalité a commencé à augmenter aux États-Unis."

Cependant, on ne peut pas lutter contre le surtraitement avec moins de diagnostics, car les médecins ne peuvent "faire un bon choix que s'ils disposent de toutes les informations sur l'état clinique du patient".

Programmer un dépistage du cancer de la prostate

Le diagnostic du cancer de la prostate se fait par le biais d'un dépistage par le PSA et le rectum et est recommandé pour tous les hommes de plus de 50 ans. Toutefois, en cas de risque accru, comme chez les hommes noirs ou les parents au premier degré atteints de cancer, le dépistage doit être effectué après 40 ans.

La possibilité de développer un cancer de la prostate augmente avec l'âge et, dans la plupart des cas, les cancers de la prostate apparaissent à partir de 65 ans. Les symptômes sont des problèmes urinaires, tels que : des difficultés à uriner ou des difficultés à commencer ou arrêter l'écoulement de l'urine, un besoin fréquent d'uriner, surtout la nuit. Il ne faut cependant pas le confondre avec d'autres maladies de la prostate dont les symptômes peuvent être similaires dans certains cas.

S'il vous plaît, en ce mois de novembre, n'ignorez pas l'importance de vous faire dépister ! Au HPA Health Group, vous pouvez prendre rendez-vous avec les meilleurs experts qui vous guideront dans la démarche qui vous convient le mieux.