M. Budanov a également déclaré que son gouvernement avait demandé à plusieurs pays occidentaux d'envoyer de petits contingents de forces militaires en Ukraine pour montrer leur soutien (et pour se faire tuer et garantir ainsi le soutien militaire de l'OTAN en cas d'invasion russe effective). L'Ukraine a également demandé des armes de défense aérienne, des chasseurs polyvalents et des renforts navals.

Le secrétaire général de l'OTAN, Jens Stoltenberg, a averti que le recours à la force par la Russie contre l'Ukraine "aurait un coût", sans préciser lequel. L'ambassade des États-Unis à Kiev a émis une alerte à l'intention des Américains se trouvant en Ukraine en raison d'informations faisant état d'une "activité militaire russe inhabituelle près des frontières de l'Ukraine et en Crimée occupée".

Et le département d'État américain a fait savoir de la manière habituelle (briefings non attribués) qu'il étudiait ses options pour dissuader le Kremlin, y compris l'envoi de conseillers militaires et de nouvelles armes à Kiev.

Juste à temps pour l'hiver, une nouvelle crise revigorante surgit. Elle a été découverte par les services de renseignement américains, qui ont commencé à signaler que les chars russes se déplaçaient vers l'ouest il y a plusieurs semaines. L'Ukraine a d'abord minimisé ces informations, mais elle demande maintenant de nouvelles armes pour résister à l'attaque prétendument imminente.

C'est reparti. Tous les acteurs connaissent les pas de la danse, et certains y prennent même plaisir. Le but, cependant, est obscur.

Tout d'abord, considérons les chars russes qui "se déplacent vers l'ouest" et menacent les frontières de l'Ukraine. Une force militaire russe importante s'est déplacée vers l'ouest le mois dernier : la 41e armée d'armes combinées, qui a été transférée de Novosibirsk, en Sibérie occidentale, à Yelnya, au sud-ouest de Moscou.

Elle se trouve ainsi à 280 km de la frontière ukrainienne, ce qui n'est pas exactement une manière de harceler les Ukrainiens. Les troupes russes qui se trouvent réellement près des frontières de l'Ukraine à l'est et dans la péninsule de Crimée sont exactement là où elles étaient avant cette "crise".

Alors pourquoi la 41e armée à armes combinées (environ 30 000 soldats) s'est-elle déplacée de près de 4 000 km vers l'ouest le mois dernier ? Voici un indice. Elle se trouve maintenant à 280 km au nord de la frontière ukrainienne, mais à moins de 100 km de la frontière du Belarus.

Le "président" Alexandre Loukachenko, qui s'accroche toujours au pouvoir après avoir truqué les élections l'année dernière et écrasé le mouvement de protestation massif qui a suivi, est un allié de longue date de la Russie. La 41e armée a pour mission de maintenir Lukashenko au pouvoir si elle le peut, et de s'assurer que son successeur est favorable à Moscou s'il tombe.

Cela n'a pas fonctionné pour le président russe Vladimir Poutine dans le cas de l'Ukraine, où non pas un mais deux dirigeants pro-Moscou différents ont été renversés par des révolutions populaires et où les dirigeants actuels veulent rejoindre l'OTAN (qui est essentiellement une alliance anti-russe). Cela pourrait ne pas fonctionner non plus dans le cas du Belarus - mais c'est pourquoi la 41e armée se trouve à la frontière du Belarus.

Il n'y a donc pas d'accumulation menaçante à la frontière de l'Ukraine - et la Russie n'aurait pas de mal à envahir l'Ukraine même si c'était le cas. La Russie est trois fois plus peuplée que l'Ukraine, mais ses forces terrestres ne sont même pas deux fois plus importantes (400 000 contre 255 000). Elle a de nombreuses frontières éloignées à surveiller et la moitié de ses soldats sont des conscrits qui ne servent qu'un an.

Il est vrai que la puissance aérienne russe est bien supérieure à celle de l'Ukraine, de sorte qu'elle pourrait l'emporter à la fin si l'OTAN n'intervenait pas militairement (et l'OTAN ne le ferait pas - personne ne souhaite une guerre nucléaire). Mais il serait colossalement stupide pour Vladimir Poutine d'envahir l'Ukraine, et ce n'est pas un homme stupide.

Il finirait par occuper un pays de 45 millions d'habitants, dont la plupart en veulent tellement à l'occupation russe qu'une longue guérilla serait presque inévitable. Il serait confronté à une OTAN rajeunie qui représente une réelle menace pour la Russie, avec des frontières bien plus proches de Moscou que celles de l'ancienne guerre froide, ainsi qu'à un embargo commercial total paralysant.

Récemment, Moscou a procédé à quelques manœuvres de sabre rhétoriques, mais l'OTAN a également exercé une forte pression sur les Russes : Des navires de guerre américains et britanniques en mer Noire se sont approchés très près de la Crimée occupée par les Russes, des bombardiers américains à capacité nucléaire ont fait de même et des armes occidentales de pointe ont été vendues aux Ukrainiens.

Le Kremlin est tout aussi méfiant et effrayé de l'Occident aujourd'hui qu'il l'était au plus fort de la guerre froide. Cela n'excuse pas le comportement de Poutine à l'égard de l'Ukraine, mais si les "médias occidentaux" se contentent de publier les aides, tout semblera être sous contrôle jusqu'à ce qu'un jour, quelqu'un fasse un sérieux faux pas dans la danse et que tout se passe très mal.