Les villes portugaises, du nord au sud du pays, ont annoncé qu'il n'y aurait pas de célébrations du Nouvel An en raison de l'évolution de la pandémie de Covid-19 dans le pays et des mesures de restriction conséquentes qui ont été mises en place.

Le maire de Lisbonne, Carlos Moedas, a été l'un des premiers à annoncer l'annulation des festivités, le programme de Lisbonne ayant été supprimé pour le Nouvel An en raison de l'inquiétude suscitée par des événements entraînant de "grands rassemblements de personnes".

Le maire de Porto, Rui Moreira, a également révélé que les festivités de fin d'année dans la ville n'auront pas lieu, en raison de la situation de pandémie. C'est la deuxième année consécutive que les festivités sont annulées : "Nous avions l'intention d'organiser des feux d'artifice sur la plage à cette époque, mais les circonstances sont ce qu'elles sont, nous devons nous adapter", a expliqué le maire.

Toujours dans le Nord, les feux d'artifice et les concerts ont déjà été annulés dans les municipalités d'Espinho, Matosinhos, Gondomar, Vila Nova de Gaia, Braga et Guimarães. La municipalité d'Espinho a également reporté la traditionnelle course de São Silvestre, initialement prévue le 8 janvier, mais qui a été déplacée au 15 janvier.

De même, les 16 municipalités de l'Algarve ont décidé conjointement d'annuler la tenue des fêtes de fin d'année car les conditions pour respecter les nouvelles mesures Covid-19 n'ont pas pu être réunies selon la Communauté Intermunicipale de l'Algarve (AMAL).

Dans un communiqué, l'AMAL précise que cette décision "a été décidée lors d'une réunion du conseil intercommunal", compte tenu du "contexte de la pandémie que l'on connaît actuellement et de l'évolution épidémiologique récente".

"Même si ces initiatives devaient être réalisées en plein air, elles devraient se conformer à un ensemble de directives de la DGS, dont les maires affirment qu'elles ne remplissent aucune condition, puisqu'elles impliquent une grande concentration de personnes", peut-on lire dans la note.

Certains maires ont décidé de maintenir la tradition des feux d'artifice, "tandis que d'autres ont décidé de ne pas aller de l'avant, car eux aussi peuvent rassembler les gens", raison pour laquelle plusieurs initiatives du programme de Noël en Algarve ont également été annulées.

"Conscients que cette décision pourrait apporter des contraintes aux entreprises et aux commerçants de la région, les maires défendent qu'en ce moment, l'accent doit être mis sur la protection de la santé et du bien-être de la population de l'Algarve", conclut l'AMAL.