J'imagine que dans ce pays, presque tout le monde aura un parasol dans son jardin ou sur un balcon ensoleillé, comme élément essentiel de son mobilier de jardin, un autre pour la plage peut-être, et même un parasol dans le coffre de la voiture pour les golfeurs ou pour la course folle sous la pluie entre la voiture et le restaurant, afin d'éviter que les vêtements ou les cheveux ne soient trempés quand la pluie arrive.

L'histoire du parapluie remonte à l'Égypte ancienne, et des sculptures de l'époque ont été conservées, montrant un modeste esclave portant un parasol pour protéger un roi ou un autre dignitaire du soleil brûlant ; ces parasols étaient fabriqués à partir de feuilles de palmier, de plumes ou de papyrus tendu. Au Japon, les aristocrates de la famille impériale s'en servaient pour se protéger à la fois des mauvais esprits et du soleil. Ils étaient parfois appelés "wagasa" et étaient traditionnellement fabriqués à partir de matériaux renouvelables tels que le papier huilé, la ficelle et le bambou. Mais la véritable différence réside dans le nombre de baleines : le wagasa compte entre 30 et 70 baleines, alors que le parapluie occidental en compte normalement 8.

Dans la Grèce antique, les servantes portaient des ombrelles pour les dames de l'aristocratie, non seulement pour avoir de l'ombre, mais aussi comme accessoire de mode ! On raconte même que de l'huile était appliquée sur des parasols en papier pour les rendre imperméables. Le lien entre l'ombrelle et les femmes était tel que la masculinité des hommes grecs était remise en question s'ils étaient vus en train d'en porter une, et les Romains ont poursuivi cette tendance, estimant que les hommes portant une ombrelle étaient efféminés.

L'Angleterre avait la même opinion archaïque selon laquelle porter un parapluie était un peu "féminin", jusqu'à ce que Jonas Hanway, un philanthrope, commence à en porter un en 1750. Ce monsieur a un lien avec le Portugal, alors lisez la suite. Il a eu une vie très intéressante, qui vaut la peine d'être étudiée si vous avez le temps. En 1728, à l'âge avancé de 16 ans, il a commencé à se former à la comptabilité et à d'autres compétences commerciales alors qu'il vivait avec son oncle à Oxford Street, à Londres, afin de se préparer à une carrière de commerçant. Pendant 12 ans, il a ensuite vécu et travaillé à Lisbonne dans la "fabrique anglaise", un centre d'affaires important car le port de Lisbonne était très utilisé par les navires britanniques. Il a sans aucun doute acquis une expérience commerciale précieuse et a certainement été influencé par la longue tradition de philanthropie de Lisbonne, qui remonte à l'époque médiévale et à l'hospitalité accordée aux pèlerins.

Hanway lui-même avait l'habitude de porter un parapluie partout (malgré les moqueries des hommes qui pensaient que quiconque avait de l'argent pouvait simplement prendre une diligence s'il pleuvait), ce qui a fini par être accepté par le public à la fin du 18e siècle, et sa réputation était telle qu'un parapluie porté par un homme était appelé "Hanway".

Un gentleman du nom de Samuel Fox, industriel et homme d'affaires, a inventé le parapluie à baleines en acier en 1852, ce qui a permis de réduire le poids du parapluie tout en renforçant la structure. Les gentlemen "fortunés" ont également commencé à commander des parapluies personnalisés avec des poignées dotées de compartiments secrets pouvant être utilisés pour cacher n'importe quoi, de la gourde au poignard, et les parapluies sont devenus un élément essentiel de l'ensemble d'un gentleman au début du siècle. Dans les années 1960, le nylon est devenu le matériau de prédilection pour les toiles de parapluie, ce qui a permis de fabriquer des parapluies plus résistants à la pluie et séchant plus rapidement, tout en ouvrant la voie à de nouvelles couleurs et de nouveaux designs.

L'innovation suivante pour les parapluies a été le développement du parapluie de poche télescopique par un évaluateur minier allemand appelé Hans Haupt en 1928. Il utilisait également une canne et il lui était difficile de porter un parapluie. Il a donc eu l'idée d'un parapluie qu'il pouvait plier et mettre dans sa poche. Il l'a appelé "knirps", mot allemand signifiant "petit enfant", et Knirps est devenu la marque synonyme de petits parapluies pliables. Les Chinois de l'Antiquité ont également fait état de l'utilisation de parapluies pliables, des textes datant de 2 400 ans faisant référence à des parapluies qui pouvaient glisser et se fermer.

Quel que soit le temps, qu'il pleuve ou qu'il vente, cette invention vous couvre !