Cette histoire a commencé lorsqu'un groupe d'habitants a découvert un plan de construction à Matos da Picota, Loulé, qui, selon les habitants, consiste en une décharge à proximité de propriétés privées - dans certains cas, à seulement 400 mètres des maisons.

En outre, il s'agit d'une zone où de nombreux touristes passent chaque jour. "En fait, tous ceux qui viennent de la Via do Infante (autoroute A22) passent par la zone pour aller à Boliqueime ou Vilamoura et ce n'est pas attrayant pour une région qui veut être une destination de choix", a déclaré Nuno Alexandre, l'un des résidents qui vit près de l'endroit où le projet est prévu.

"Les résidents et les touristes qui visitent l'Algarve chaque année veulent trouver une région sans déchets et sans contamination, afin que les gens puissent venir ici de manière saine", a déclaré Nuno Alexandre.

En décembre, Nuno Alexandre et d'autres résidents qui partagent le même objectif d'arrêter le projet, ont formé une association à but non lucratif appelée Associação de Moradores e Amigos da Picota (Association des résidents et des amis de Picota) et ont recueilli des signatures pour une pétition visant à arrêter le projet.

"Cela n'a aucun sens d'avoir des décharges à la porte des gens car cela affectera forcément la santé publique. De plus, il y a également un cours d'eau qui va à Quarteira, ce qui constitue un autre problème au niveau du sous-sol", a-t-il déclaré.

Ce groupe de citoyens a rencontré plusieurs entités telles que la Comissão de Coordenação e Desenvolvimento Regional (CCDR), des associations environnementales et le conseil municipal de Loulé. En outre, ils ont participé aux assemblées municipales pour exprimer leurs craintes et tenter d'obtenir des réponses, ce qu'ils ont réussi à faire.

En fait, tous les partis ont soutenu la cause et même le maire de Loulé, Vítor Aleixo, s'est personnellement prononcé contre. Cependant, jusqu'à présent, aucune mesure n'a été prise pour arrêter le projet.

Selon l'AMAP, l'une des mesures qui peuvent être prises est la suspension du PDM (plan de gestion municipal). "Notre rôle est aussi de trouver quelles sont les armes pour empêcher que cela se produise", a déclaré le membre de l'association.

Un avis contraire

Cependant, l'entité responsable du projet, Blueotter, a déclaré à The Portugal News qu'il y avait eu un malentendu autour de ce sujet. "Le projet consiste en une unité visant à recycler et à récupérer les résidus de valeur, principalement le plastique et le carton. Il disposera également d'une zone logistique pour les camions, les conteneurs, le stockage et le tri des déchets pour le transport", a déclaré l'entreprise.

Par ailleurs, la société indique qu'il existe une certaine confusion quant à l'emplacement du futur projet, car "il ne s'agit pas d'une ancienne carrière. Le terrain que Blueotter a acquis est un ancien complexe industriel inutilisé qui a été vandalisé, utilisé comme site pour des activités illégales et pour le déversement et l'abandon de déchets, et qui entre-temps a été nettoyé et entretenu par Blueotter, notamment par la fermeture de l'accès et la surveillance."

Ils ajoutent : "Blueotter développera un projet d'excellence, qui comprendra des clôtures. Nous pensons que l'intégration paysagère sera de grande qualité, contribuant à la récupération d'un site très dégradé et abandonné".

Quant aux déchets médicaux, l'entreprise a garanti qu'"il n'y a pas de projet de déchets médicaux. Le groupe Blueotter n'exerce pas cette activité et n'a pas l'intention de l'exercer". De même, le conseil municipal de Loulé a déjà déclaré qu'il n'était pas question de déchets médicaux dans le processus.

En outre, l'entreprise affirme avoir été surprise par la situation, "notamment en raison de la crainte d'un projet de recyclage, qui contribue aux objectifs de durabilité et de recyclage de l'Algarve."

Les citoyens n'abandonnent pas

Avec ce projet, l'opérateur de déchets, Blueotter "a l'intention de se développer dans cette zone et s'installer dans une zone plus grande signifie aussi développer l'activité. Cette installation traitera probablement des déchets provenant de tout le pays ainsi que d'Espagne et d'Italie, car le traitement des déchets est une activité très rentable et il est évident que cette entreprise a l'intention de traiter des résidus apparemment plus rentables, y compris des déchets dangereux", a déclaré Nuno Alexandre de l'AMAP.

L'AMAP continuera à lutter pour les intérêts de la population et à jouer un rôle actif, y compris dans d'autres causes environnementales et sociales, ont-ils ajouté.

"Nous appelons tous les habitants à rejoindre l'association". Si vous souhaitez suivre l'AMAP, veuillez consulter la page Facebook à l'adresse https://m.facebook.com/AMAP-Associa%C3%A7%C3%A3o-de-Moradores-e-Amigos-da-Picota-de-Loul%C3%A9-110024408221335/.