Le 30 janvier, les électeurs choisiront les membres du parlement qui les représenteront pour les quatre prochaines années. Ces élections, auxquelles seuls les citoyens portugais de plus de 18 ans peuvent voter, auront lieu plus tôt que prévu, après que le précédent gouvernement dirigé par António Costa, du PS, n'a pas réussi à approuver le budget de l'État pour 2022, provoquant une "crise politique" qui a forcé des élections anticipées.

Malgré les très nombreuses différences entre ces partis, les propositions sont similaires sur plusieurs points, notamment en ce qui concerne les impôts, l'importance de la santé mentale et la valeur de la Santé nationale (SNS) et de l'éducation.

Le Parti socialiste

Formé en 1973, le PS est l'un des principaux partis du Portugal. Il est actuellement le principal parti au Parlement et, par conséquent, celui qui est au gouvernement avec António Costa comme Premier ministre. C'est un parti de centre-gauche aux idéologies progressistes, keynésiennes, pro-européennes et socio-démocrates. En gros, c'est un parti de gauche modérée.

Cette année, en raison de la crise politique, la campagne du PS est axée sur la promotion de la stabilité politique, en faisant appel à une majorité absolue au parlement.

Pour les prochaines élections, le parti socialiste défend la mise en place de jardins d'enfants gratuits jusqu'en 2024 et l'augmentation, de 25 % par rapport à 2017, du nombre d'entreprises exportatrices atteignant un volume de PIB équivalent à 53 % en 2030 et de continuer à miser sur les énergies renouvelables dans la production d'électricité.

En ce qui concerne les règles du travail, le PS veut augmenter le salaire minimum à 900 € et ouvre une fenêtre pour un débat autour d'une semaine de travail de quatre jours, ainsi que des modèles de travail hybrides.

Pour compenser les coûts résultant de l'augmentation du salaire minimum, le PS entend créer un cadre fiscal adéquat pour les entreprises qui "assurent, parallèlement à la création d'emplois nets, des politiques salariales cohérentes en termes de revenus, axées sur la valorisation des ressources".

Le Parti social-démocrate

Fondé en 1974, le PSD est un parti de centre-droit, aux positions économiques conservatrices et libérales, dirigé par Rui Rio. Ce parti est, avec le PS, l'un des principaux partis du Portugal.

Ils axent leur campagne sur la réduction des impôts, notamment pour les entreprises, en faisant passer le taux de l'impôt sur les sociétés (IRC) de 21 à 17 %. En outre, ils entendent également promouvoir une réduction de la TVA dans les restaurants entre juillet 2022 et décembre 2023 afin de les aider à se remettre de l'impact économique de la pandémie.

En matière de santé, ils veulent garantir un médecin pour chaque famille, renforcer le réseau de soins palliatifs et continus, mettre en place un programme de soutien aux personnes âgées dépendantes et reconnaître l'importance des aidants formels et informels. Pour l'environnement, ils prévoient d'augmenter les espaces verts dans les zones urbaines et de protéger la biodiversité.

Bloco de Esquerda

Le Bloco de Esquerda (BE), qui signifie Bloc de gauche en français, est dirigé par Catarina Martins, qui présente un manifeste proposant de permettre aux immigrants légaux au Portugal de voter aux élections parlementaires. Ce parti s'identifie à des idéologies telles que : Le socialisme démocratique ; le progressisme ; le féminisme ; l'éco-socialisme ; la social-démocratie ; l'antiracisme et l'internationalisme.

Bien que le BE n'ait jamais gouverné au sein du gouvernement, il est devenu une force d'opposition qui a mis sur la table diverses questions litigieuses liées aux droits des LGBT, aux droits des femmes, à l'euthanasie, à la procréation médicalement assistée, à la légalisation du cannabis, entre autres.

En outre, pendant quatre ans, ils ont gouverné avec le PS et le parti communiste dans une coalition qui a permis la viabilité des budgets successifs de l'État - cette coalition est connue sous le nom de "gerigonça".

Parmi les propositions de leur manifeste figurent l'amélioration des chemins de fer entre Lisbonne et Porto, la réduction des prix du transport par bus, l'interdiction des voitures dans les zones métropolitaines de Lisbonne et de Porto et la fin des fonds immobiliers. En outre, ils espèrent protéger les personnes âgées contre les expulsions et favoriser l'accès à la Justice, lutter contre la précarité de l'emploi et réduire la TVA sur l'électricité et le gaz naturel, parmi de nombreuses autres propositions sociales.

CDS-PP

Fondé en 1974, ce parti est dirigé par Francisco Rodrigues dos Santos et était traditionnellement (avant Chega et Iniciativa Liberal) le parti le plus à droite au parlement.

Ce parti présente généralement des propositions plus conservatrices que le PSD. En outre, CDS-PP est un parti anti-avortement et anti-euthanasie. Il souhaite également alourdir les peines pour plusieurs délits tels que les incendies, les offenses aux policiers et les délits commis par des politiciens.

Pour ces prochaines élections, ils ont l'intention de promouvoir l'accès gratuit aux médicaments pour les personnes âgées, de fournir au SNS (Service national de santé) des services de santé mentale et de dentisterie. En outre, ils ont l'intention de privatiser la TAP et de réduire les taxes sur les transports, de réduire l'impôt sur les sociétés (IRC) ainsi que d'éliminer toute taxe sur l'achat d'une première propriété.

CDU

La coalition démocratique unitaire est une coalition formée par "Os Verdes", qui signifie "Les Verts" (un parti écologiste) et le parti communiste portugais, qui se présentent toujours ensemble aux élections. Ce parti est le plus ancien du Portugal et son porte-parole est actuellement Jerónimo de Sousa. Il a également fait partie de la coalition politique entre la CDU, le BE et le PS appelée "geringonça" entre 2015 et 2019. Leurs idéologies sont basées sur le marxisme-léninisme, le communisme, le socialisme, l'internationalisme prolétarien, l'antifascisme, l'antiracisme, l'anti-xénophobie et l'anticapitalisme.

L'un des principaux thèmes de ces prochaines élections pour ce parti est la santé. Dans ce sens, ils veulent augmenter le nombre de professionnels de la santé pour garantir plus d'examens, de consultations et de chirurgies et garantir des médecins de famille et des infirmières pour tous et accélérer l'achat d'équipements médicaux. Ils veulent promouvoir l'éducation gratuite dans les universités ainsi que dans les jardins d'enfants. En outre, ils veulent soutenir la culture et aider les petites librairies.

En matière d'emploi, l'une des propositions est de réduire la semaine de travail à 35 heures et d'augmenter les vacances à 25 jours. Pour l'environnement, ils souhaitent la gratuité des transports publics et l'adoption d'un plan énergétique national qui vise l'utilisation durable de l'énergie. En outre, ils veulent promouvoir le logement social et l'efficacité énergétique.

PAN

People-Animals-Nature (PAN), fondé en 2009, compte actuellement quatre membres au Parlement. Il a obtenu sa première représentation parlementaire lors des élections de 2015 en prenant en charge des questions qui n'avaient pas été reprises par les partis traditionnels, comme le bien-être des animaux et la protection de l'environnement et des droits de l'homme.

Le parti PAN est un parti progressiste, écoféministe, animaliste et écologiste qui lutte contre la cruauté envers les animaux, et ne s'identifie ni à la droite ni à la gauche.

En matière de fiscalité, le PAN vise à abaisser le taux d'imposition des sociétés à 17 % d'ici 2026. En ce qui concerne la santé, le parti insiste sur le fait qu'il est essentiel de renforcer le SNS et de valoriser ses professionnels, et admet que les soins de santé privés et publics peuvent travailler ensemble chaque fois que cela est utile. Le PAN souligne également l'importance de garantir un accès égal à la santé pour tous, "par la gratuité des transports" et l'intégration des thérapies alternatives dans les structures de santé.

CHEGA

Fondé en 2019 par André Ventura - son dirigeant actuel - le CHEGA est un parti d'extrême droite, nationaliste et de conservatisme social qui défend la réduction de l'intervention de l'État dans l'économie. Le parti appelle à une moindre intervention de l'État dans l'économie, en réduisant les avantages de ceux "qui ne veulent pas travailler et sont dépendants des prestations sociales". Il soutient la prison à vie pour les meurtres et la castration chimique pour les abuseurs d'enfants et est contre l'avortement et l'euthanasie.

Le CHEGA veut reconnaître la chasse et la tauromachie comme des activités traditionnelles pertinentes et valoriser la famille comme le pilier central de la société, en défendant la moralité sociale.

En outre, il vise à réduire les impôts, à savoir l'IRC et veut mettre en place un impôt forfaitaire dans l'IRS (impôt sur le revenu des personnes physiques). En termes de logement, ils veulent faciliter le logement en facilitant le permis de construire des maisons sur les terres rurales.

Aussi, ils veulent révoquer toute loi qui vise à protéger une minorité, nuisant à la majorité et défendre le système d'épargne retraite privé.

Iniciativa Liberal

Ce parti récent, fondé en 2017, dirigé par João Cotrim Figueiredo, est la première force politique libérale au Portugal. Le pays n'a pas de culture libérale en politique, ce qui rend cette vision politique nouvelle dans le pays. Ils promeuvent le respect de la liberté des personnes non seulement en matière économique, mais aussi en politique et dans les questions sociales. Ce qui les distingue des autres partis de droite, c'est qu'ils votent souvent en faveur de questions litigieuses comme l'euthanasie et l'avortement, etc.

Dans cette campagne, le parti se concentre sur la croissance économique, la réduction des impôts et le soutien à un impôt sur le revenu uniforme. Ce parti croit également en un système de prêts pour soutenir les étudiants universitaires, au lieu du système actuel de bourses d'études qui existe au Portugal, car ils rejettent les prestations sociales dans la plupart des cas.

En ce qui concerne le logement, ils défendent une réduction de la TVA sur la construction immobilière pour le logement à 6 pour cent, la fin de certaines taxes sur l'achat de votre propre logement et la réduction du taux d'imposition appliqué à la location à 15 pour cent. Ils défendent également la privatisation d'entreprises publiques telles que la compagnie aérienne TAP et la radio-télévision RTP.

Livre

Ce parti, dont le nom en français signifie liberté, est un parti récent, fondé en 2014. Livre est un parti politique éco-socialiste avec des principes tels que : l'universalisme, la liberté, la solidarité, le socialisme, l'écologie et l'européanisme, qui a eu son premier siège parlementaire en 2019.

L'un des principaux points du manifeste de ce parti est le revenu de base universel, dans lequel chaque citoyen adulte recevrait une somme d'argent fixe - l'objectif est d'éliminer la pauvreté.

En plus d'augmenter le salaire minimum national à 1 000 € et de soutenir le travail à distance en donnant la possibilité d'étendre le droit de travailler à distance à ceux qui ont des enfants de moins de 12 ans, aux travailleuses enceintes, aux travailleurs ayant des problèmes de santé ou aux aidants, ce parti vise à soutenir les micro-entreprises.

Livre promeut également un Green New Deal pour le Portugal - un plan d'investissement à moyen et long terme écologiquement responsable (par le biais du nouveau cadre de soutien communautaire - Portugal 2030).

Pour le bien-être des animaux, ils espèrent réduire la TVA de 23 % à 6 % sur les vétérinaires et les aliments pour animaux et interdire les activités de tauromachie au Portugal. Livre est favorable à la légalisation de la consommation de cannabis et souhaite renforcer le SNS.