La grande nouvelle est que le taux de fécondité de l'Inde est désormais inférieur au seuil de remplacement : il est de 2,0 par femme.

Cela ne signifie pas que la population de l'Inde va commencer à baisser tout de suite. L'Inde dépassera encore la Chine et deviendra le pays le plus peuplé du monde dans le courant de cette décennie, avec environ 1,45 milliard d'habitants, mais en temps voulu, elle cessera de croître et commencera à diminuer.

Ce retard s'explique par le fait que les êtres humains ne sont pas des saumons : ils ne frayent pas et ne meurent pas. Au lieu de cela, ils vivent encore trente, quarante ou même cinquante ans après la naissance de leurs enfants, de sorte qu'il reste encore un peu de croissance dans la plupart des pays asiatiques.

Laissez-moi vous expliquer, en utilisant le clan Dyer. J'étais l'aîné de cinq enfants, ce qui était une famille de taille moyenne à Terre-Neuve à l'époque. Nous avons tous vécu pour grandir et, en moyenne, nous avons eu exactement 2,0 enfants chacun - juste en dessous du niveau de remplacement.

Ces enfants ont tous vécu pour grandir aussi, et il semble qu'ils finiront aussi avec une moyenne de 2,0 enfants chacun - mais moi et mes frères et sœurs sommes TOUS EN VIE.

Nous sommes trois générations, et là où il y avait dix personnes dans ma génération (en comptant les conjoints), il y en a maintenant trente.

Le baby-boom s'arrête là, car lorsque ma génération s'éteindra, nous serons remplacés par les arrière-petits-enfants. À ce moment-là, le clan Dyer aura enfin atteint l'équilibre - ou même commencé à diminuer un peu, si certains des petits-enfants réduisent leur nombre d'enfants. Il faut beaucoup de temps pour se stabiliser si l'on reste à 2.0.

Or, les populations asiatiques ne s'arrêtent pas à 2,0. Le phénomène est plus extrême en Asie de l'Est, où la population de chaque pays est déjà en forte baisse.

En Corée du Sud, où le taux de fécondité est étonnamment de 0,86 (moins d'un enfant par femme, en moyenne), la population est en chute libre. À ce rythme, elle diminuera de moitié d'ici la fin du siècle.

Idem pour la Chine, où les statistiques officielles prévoient que la femme moyenne n'aura que 1,3 enfant au cours de sa vie. À ce rythme, la Chine passera de 1,41 milliard d'habitants actuellement à 700 millions en 2100, soit moins de deux fois la population des États-Unis à cette époque.

Même ce chiffre est peut-être trop optimiste. L'expert en fécondité Fuxian Yi, chercheur principal au département d'obstétrique et de gynécologie de l'université du Wisconsin, a récemment estimé que la population de la Chine en 2020 serait en réalité de 1,28 milliard d'habitants, et non de 1,41 milliard comme l'indique le recensement, et que le taux de fécondité réel de la Chine est bien inférieur à 1,3.

L'écart s'explique, selon lui, par le fait qu'un grand nombre des enfants recensés n'existent pas. Les gouvernements locaux surévaluent leur population afin d'obtenir davantage de subventions du gouvernement central, notamment pour les frais d'éducation, et certaines familles achètent des certificats de naissance supplémentaires au marché noir, car plus de 20 avantages sociaux sont liés à l'enregistrement d'une naissance.

Si le Dr Yi a raison, alors les États-Unis, malgré un taux de croissance assez faible (443 millions en 2100), pourraient avoir à peu près la même population que la Chine à la fin du siècle. Le taux de fécondité du Japon est de 1,35, mais cela signifie tout de même que sa population passera de 125 millions aujourd'hui à 75 millions à la fin du siècle.

La plupart des pays d'Asie du Sud et du Sud-Est sont déjà en dessous du seuil de remplacement (Vietnam 2,0, Bangladesh 1,9, Thaïlande 1,5). Les autres y sont presque (Indonésie 2,2, Myanmar 2,15, Sri Lanka 2,15). En dehors des pays musulmans du Grand Moyen-Orient (du Pakistan à la Syrie), le seul grand pays d'Asie qui connaît encore une croissance rapide est les Philippines (2,5).

En Europe, les populations sont stables ou en légère baisse, et dans les Amériques, presque tous les pays ont un taux de croissance inférieur à 1%. Les seules régions du monde qui connaissent encore une croissance rapide sont le Moyen-Orient et l'Afrique, où les taux de croissance démographique se situent entre 1,5 et 3 %.

Si l'on projette ces chiffres jusqu'en 2100, même en tenant compte d'une baisse progressive des taux de fécondité au Moyen-Orient et en Afrique (ce qui n'est pas du tout le cas actuellement), ces deux régions contiendront à elles seules la moitié de la population de la planète à la fin du siècle : plus de quatre milliards de personnes.

À l'exception des États pétroliers arabes et de quelques pays à revenu intermédiaire comme l'Afrique du Sud et l'Iran, aucun de ces pays n'a malheureusement un PIB par habitant supérieur à 5 000 dollars par an, et leurs revenus suivent à peine la croissance démographique. Le monde sera très divisé.