Le 28 janvier, la secrétaire d'État adjointe américaine Wendy Sherman a déclaré que les États-Unis voyaient "tout indique que (le président russe Vladimir Poutine) va recourir à la force militaire, peut-être d'ici à la mi-février".

Et dimanche dernier (6 février), Jake Sullivan, conseiller du président Biden pour la sécurité nationale, a déclaré à l'émission "This Week" sur ABC : "Nous pensons qu'il est tout à fait possible que Vladimir Poutine ordonne une attaque contre l'Ukraine..... Cela pourrait se produire dès demain, ou prendre encore quelques semaines."

C'est comme prédire la fin du monde. Il faut être précis et cohérent sur la date, mais il faut aussi se laisser une marge de manœuvre au cas où l'Apocalypse n'arriverait pas à temps. Ainsi, la date de "mi-février" a tranquillement glissé en aval, et celle de "quelques semaines" prolonge la mascarade de manière plausible jusqu'à début mars.

Il n'est pas certain qu'un de ces responsables croie réellement à ces prédictions sinistres, car il existe d'autres raisons plausibles pour lesquelles ils pourraient les formuler : pour faire rentrer les alliés européens de l'OTAN dans le rang, ou simplement pour redorer la réputation de Joe Biden en tant que leader déterminé défendant la "liberté", après sa performance peu reluisante dans la débâcle afghane d'août dernier.

Mais même si les Américains croient vraiment ce qu'ils disent, les victimes potentielles de l'invasion russe "imminente", les dirigeants ukrainiens, eux, n'y croient manifestement pas.

Le président ukrainien Volodymyr Zelensky, répondant à l'avertissement lancé le 27 janvier par le secrétaire général de l'OTAN
, Jens Stoltenberg, selon lequel les mouvements actuels de troupes russes pourraient conduire à une "invasion russe à part entière", a déclaré : "Je ne considère pas que la situation actuelle soit plus tendue qu'auparavant".

"Il y a un sentiment à l'étranger qu'il y a une guerre ici. Ce n'est pas le cas. Je ne dis pas qu'une escalade n'est pas possible... (mais) nous n'avons pas besoin de la panique" Et le ministre ukrainien des Affaires étrangères, Dmytro Kuleba, a ajouté le 2 février que les troupes russes près de la frontière ukrainienne sont "insuffisantes pour une opération militaire de grande envergure."

Mais comment toutes ces coûteuses agences de renseignement américaines (et britanniques) ont-elles pu se tromper à ce point ? Eh bien, elles se sont trompées sur les prétendues "armes de destruction massive" de l'Irak en 2003, n'est-ce pas ? En fait, elles ont trafiqué les preuves à l'époque pour justifier le désir de leurs maîtres d'envahir l'Irak. Ils n'hésitent pas à retourner dans la cuisine pour servir les besoins de leurs maîtres actuels.

Ou peut-être qu'ils ne sont tout simplement pas très intelligents. La semaine dernière, l'histoire d'un prétendu complot russe visant à tourner une fausse vidéo "très graphique" d'une attaque ukrainienne, avec des cadavres, des dégâts dus à l'explosion, du matériel militaire ukrainien, y compris des drones de fabrication turque, et des acteurs jouant des personnes en deuil parlant russe, tout cela pour "justifier" une invasion russe de l'Ukraine, était indigne.

Même les journalistes américains, qui ne sont pas toujours hypercritiques lorsqu'on leur présente des données officielles du "renseignement", ont contesté ce tas d'abats, et le porte-parole du département d'État, Ned Price, a dû se contenter de mettre en doute leur patriotisme pour faire cesser les questions.

Derrière toutes ces absurdités, cependant, de véritables stratégies sont à l'œuvre. L'objectif de Poutine est de neutraliser autant que possible la présence militaire de l'OTAN près des frontières de la Russie, et au minimum de neutraliser l'Ukraine. Celui de Biden est de repousser à tout prix l'objectif plus large de la Russie et de protéger l'Ukraine autant que possible sans entrer en guerre.

Les deux hommes ont donc une forte motivation pour exagérer la menace de guerre, mais aucune pour la mener.

L'OTAN a déjà pour politique de ne pas se battre pour l'Ukraine, bien qu'elle menace de sanctions si la Russie l'envahit. Et si Moscou tire profit de sa menace tacite d'envahir l'Ukraine, le faire réellement paralyserait la Russie sur le plan économique et pourrait même mettre fin au règne de Poutine, car les Ukrainiens se battraient et l'occupation serait un cauchemar.

Sachant tout cela, les Ukrainiens sont relativement détendus face à la "crise". Poutine n'en fait jamais trop dans ce genre de situation (pensez à la Géorgie en 2006, à la Crimée et au Donbas en 2014, à la Syrie en 2015), il finira donc par accepter tout ce qu'il peut obtenir en termes de concessions sur les dispositions de l'OTAN en Europe de l'Est (si tant est qu'il en obtienne) et mettra fin à la crise.

Et l'OTAN ne perd que si elle perd son sang-froid. Il n'est pas illégitime pour les pays d'Europe de l'Est qui ont passé un demi-siècle sous ce qui équivalait à une occupation militaire soviétique de chercher à se rassurer en rejoignant l'alliance rivale une fois qu'ils sont libres, d'autant plus que cela ne crée aucune menace militaire significative pour leurs anciens maîtres.

Les obsessions historiques de la Russie concernant les invasions de l'Ouest (Napoléon et Hitler) ne justifient pas de limiter la souveraineté de la Pologne ou de l'Estonie aujourd'hui. Les forces militaires actuelles de l'OTAN seraient totalement incapables d'envahir la Russie même si les armes nucléaires n'existaient pas.

Le jeune George Bush a fait une grosse erreur en invitant l'Ukraine à rejoindre l'OTAN en 2008, mais les autres membres n'allaient jamais vraiment la laisser entrer : trop à l'est, trop près de Moscou. Attendez que cette "crise" se termine et elle finira par disparaître.