Afin de répondre à cette question, l'Association des Psychologues Portugais (OPP ) a donné les conseils suivants à tous ceux qui accueillent ou envisagent d'accueillir une famille de réfugiés.

Bienvenue !

Selon l'OPP, le jour de leur arrivée, "vous devez les accueillir avec le sourire, leur montrer la maison et leur dire où ils peuvent ranger leurs affaires personnelles".

Il peut leur falloir du temps pour s'habituer à leur nouvel espace. "Leur offrir quelque chose à manger peut être une bonne idée, mais s'ils ne veulent pas, il faut comprendre. Après ce long voyage, il est naturel que certaines personnes aient envie de dormir et de se détendre. Ils peuvent se sentir très stressés et épuisés et avoir besoin de dormir plus longtemps", a déclaré l'OPP.

Avez-vous des enfants ?

Si vous avez des enfants, ils devront s'habituer à partager leur espace avec des inconnus. Ils peuvent ressentir de la peur ou de l'enthousiasme. Quels que soient leurs sentiments, vous devriez essayer de parler à votre enfant avant et de l'impliquer dans le processus. Par exemple, vous pouvez établir de nouvelles règles avec votre enfant concernant l'utilisation des jouets.

"Les enfants peuvent être heureux d'aider, mais aussi avoir peur de perdre l'attention de leurs parents. De l'autre côté, les enfants réfugiés peuvent arriver avec des craintes, des insécurités et de la timidité et leur famille et leurs amis leur manquent beaucoup. Passer du temps avec d'autres enfants aide à soulager la tension et l'anxiété et à exprimer ses émotions", ont-ils souligné.

Les règles sont importantes

Il est important de fixer des règles pour favoriser un bon environnement de vie. Selon l'association psychologique : "fixer des règles peut être plus efficace pour gérer l'anxiété d'un réfugié que de lui dire simplement de se sentir chez lui" !

"Par exemple, quelles sont les zones accessibles, quand ils peuvent utiliser chaque zone, comment et quand ils peuvent aider à nettoyer la maison et s'ils sont autorisés à fumer ou à boire de l'alcool à l'intérieur. Il peut être judicieux de séparer le réfrigérateur et de fixer des règles pour le nettoyage après l'utilisation de la cuisine."

L'intimité est importante, "on devrait garder des moments de solitude". De même, si vous travaillez à domicile, vous pouvez leur faire connaître les heures auxquelles vous travaillez pour éviter les interruptions.

Possibilité d'exprimer

Même s'ils ne parlent pas anglais, il existe d'autres moyens d'entrer en contact et de partager nos expériences, comme dessiner, faire du sport ensemble ou même cuisiner, selon l'OPP.

Invitez, ne demandez pas

Au lieu de faire pression sur eux pour qu'ils fassent des choses qu'ils ne veulent peut-être pas faire ou auxquelles ils ne sont peut-être pas encore préparés, il est préférable de leur lancer des invitations. Par exemple : "Voulez-vous dîner avec nous ?" (au lieu de "Nous dînerons tous ensemble ce soir") ou "Nous allons jouer au football, aimerais-tu venir avec nous ?" (au lieu de "allons jouer au football"), explique l'OPP.

Permettez-leur d'être connectés

"La plupart des réfugiés n'ont pas de date de retour chez eux - et cela peut être très difficile à gérer. Nous pouvons améliorer leur sentiment d'appartenance en apprenant à connaître leur culture et leurs traditions, en étant disponibles et intéressés à entendre leurs histoires et leurs expériences."

En outre, "nous pouvons aider les réfugiés en facilitant les contacts avec leur famille et leurs amis - via les plateformes de médias sociaux ou par téléphone."

Promouvoir leur santé mentale

Il y a certains signes à surveiller car ils peuvent signifier que vous devez demander une aide professionnelle. Par exemple, lorsqu'ils ne parviennent pas à dormir ou à satisfaire leurs besoins fondamentaux, ainsi qu'un comportement agressif, des sautes d'humeur, une anxiété constante ou une consommation problématique d'alcool. Dans ces cas, appelez le service psychologique sur la ligne SNS24.