Tout d'abord, pour tout électeur britannique, il est pratiquement impossible d'apparaître comme totalement impartial sur cette question encore épineuse. Après tout, soit nous avons voté pour le départ, soit nous avons voté pour le maintien. Peut-être que la position la plus proche de l'impartialité serait de s'abstenir et de ne pas voter du tout lors du référendum sur le Brexit ? Franchement, je ne blâme pas ceux qui n'ont pas voté parce qu'il y a eu beaucoup de flimflam et de bruit général, mais pas grand-chose d'authentique pendant toute la campagne. Tout était très tendu et peu de sujets liés au Brexit ont été discutés de manière sereine. Tout cela était plutôt désagréable.

Alors, comment ai-je voté ? Eh bien. J'ai voté pour la sortie. Est-ce que je le regrette ? À certains égards, oui, mais à d'autres, non. Est-ce que je pense que la vie s'est améliorée après le Brexit ? Pas vraiment, mais soyons francs, le monde entier a dû faire face à des problèmes bien plus importants que la sortie de la Grande-Bretagne d'un bloc commercial. Est-ce que je pense que les choses ont empiré après le Brexit ? Eh bien, la combinaison de la pandémie et des méfaits de Poutine a certainement contribué à rendre la vie beaucoup plus difficile - et pas seulement au Royaume-Uni. Le Brexit a été relégué au second plan. Les nouvelles d'hier.

Backburner

Beaucoup choisiraient d'identifier le Brexit comme la cause première de tous nos malheurs actuels, mais ce n'est clairement pas le cas. Les regards politiques ont définitivement été détournés de la balle au lendemain du Brexit, comme l'a fait Covid. Nombreux sont ceux qui se désolent de voir que le Parlement britannique continue de se disputer pour savoir qui a "illégalement" bu de la bière et mangé du gâteau d'anniversaire pendant l'arrêt de la pandémie, au lieu de voir nos personnalités politiques s'occuper de choses importantes comme la gestion du pays. Je trouve cela tout à fait bizarre. Je suis convaincu que nous n'avons pas le bon groupe de personnes au Parlement (toutes couleurs confondues), point final ! Si c'est là la qualité du discours, je suis vraiment désespéré.

Je passe une bonne partie de mon temps au Portugal et je dois avouer qu'il m'est difficile d'y trouver trop de partisans du Brexit. Après tout, les expatriés ont choisi de vivre dans un État membre de l'UE, et cette allégeance à Bruxelles ne me surprend pas vraiment. Ce qui me surprend parfois, c'est la force du sentiment que certains expatriés ont encore contre le Brexit, probablement parce que le Brexit leur a apporté un certain nombre d'obstacles (et de coûts) supplémentaires qui n'existaient pas auparavant. Je peux comprendre que le Brexit ait bouleversé quelques charrettes de pommes en cours de route.

Une bonne chose pour le Portugal

Je suppose que, d'une certaine manière, le Brexit a été une bonne chose pour le Portugal. Il a certainement poussé un certain nombre d'expatriés à demander officiellement leur résidence plutôt que de se retrouver face à la redoutable règle des 90 jours. Avant le Brexit, je me souviens que de nombreux "résidents" de bonne foi trouvaient cela un peu injuste une fois qu'ils s'étaient engagés à mener une vie stable au Portugal, tandis que d'autres faisaient des allers-retours (en jouant le système) et évitaient de faire le "grand saut" et d'accepter les divers engagements qui accompagnent un déménagement dans un autre pays. Je suppose donc que le Brexit va régler cette question, presque par la loi des conséquences involontaires ?

Je crois fermement au vieil adage "Si ce n'est pas cassé, ne le réparez pas" et j'admets que, pour autant que je puisse voir, le Royaume-Uni était fermement installé dans un arrangement à long terme dans le cadre de la CEE/UE. Les choses allaient bon train et, dans l'ensemble, le Royaume-Uni semblait relativement en paix avec lui-même. Il n'y avait pas de "Remainer" ou de "Leaver" et aucun d'entre nous n'a jugé bon de cracher son venin sur des questions qui ne concernaient pas vraiment la grande majorité de la population.

Les Tories de Cameron

Mais (et c'est un gros mais) les Tories de Cameron ont remporté haut la main les élections générales de 2015. C'était une victoire assez convaincante sur le parti travailliste d'Ed Milliband. Pendant la campagne, David Cameron avait fait la promesse d'accorder au pays la possibilité de choisir, une fois pour toutes, si nous souhaitions continuer à faire partie de l'UE ou si nous préférions la quitter. Milliband n'aurait pas accordé ce référendum, aussi une victoire convaincante des Tories a-t-elle été considérée comme un mandat pour qu'un référendum sur le Brexit ait enfin lieu. Le Parlement a ensuite voté en conséquence et le référendum a donc été accordé.

De manière controversée, les Tories victorieux ont dépensé 9 millions de livres sterling de l'argent des contribuables pour envoyer un dépliant à chaque foyer britannique, dans lequel il était ardemment recommandé de voter pour rester dans une relation nouvellement modifiée avec l'UE (modifications qui n'ont pas abouti, ayant été rejetées par l'UE). Il était également précisé, très clairement, que quel que soit le choix de la majorité lors du référendum (indépendamment des marges), le résultat final serait respecté. Nous allions en effet être soit dans l'UE, soit hors de l'UE. Il n'y avait pas de choix intermédiaire. Remain ou Leave. C'est tout.

Un choix simple

Donc. Quelle que soit l'importance de la propagande politique ou du nombre de mensonges racontés par l'un ou l'autre camp (ce qui est courant dans la plupart des élections), il s'agissait d'un choix binaire simple. Un choix que nous serions tous libres de faire. Oui, les questions étaient complexes, mais le choix de la manière dont le Royaume-Uni serait gouverné ne l'était pas. Soit nous choisissions "plus d'Europe", soit nous choisissions de faire confiance à nos propres autorités pour assumer TOUTES les responsabilités de la gouvernance, sans exception.

Aucune de leurs fonctions ne serait ensuite déléguée ou externalisée si le Brexit était choisi.

Nombreux sont ceux qui n'ont pas été surpris de voir autant de parlementaires se montrer aussi ouvertement pro-Bruxelles. Il semble qu'une grande partie de leur charge de travail ait déjà été expédiée là-bas depuis longtemps. Certains ont également constaté qu'un nombre croissant de politiciens à la retraite (ou moins accomplis) étaient nommés à des postes de haut niveau dans l'UE, avec des salaires généreux et des pensions encore plus généreuses. Il n'est donc pas étonnant que plus de 80 % des "élites" de Westminster soient favorables à une allégeance à Bruxelles. Il n'est pas étonnant qu'il y ait eu une telle résistance palpable au Brexit, notamment de la part du Président Bercow avec l'autocollant Lib Dem "b*!cks to Brexit" de sa femme, totalement impartial et grossier !

"Si ce n'est pas cassé, ne le répare pas".

Mais quand tout est dit et fait, j'avoue toujours avoir envie de ces temps pré-Brexit, pré-pandémie, pré-guerre d'Ukraine. Qui ne le ferait pas ? Je suis toujours dans le camp du "si ce n'est pas cassé, ne le répare pas". Mais cela dit, on nous a donné un choix et un choix a été fait. Il serait agréable de ne pas entendre ceux qui, dans les camps opposés, traitent encore leurs homologues de menteurs, d'ignorants et de fous qui ont été contraints ou endoctrinés pour voter ou même penser d'une manière différente de leurs propres positions. Je savais pour quoi je votais, alors pourquoi moi ou qui que ce soit d'autre supposerait il une seconde que les autres ne sont pas tout aussi qualifiés pour arriver à leurs propres conclusions personnelles. Nous devons certainement avoir dépassé le stade de l'amertume et de l'offense, maintenant ?