"Nous avons le sentiment que, progressivement, il y a eu un peu plus de progrès, mais il n'y a rien à annoncer à ce stade", a déclaré Farhan Haq, porte-parole du secrétaire général des Nations unies, António Guterres.

Ce pourrait être une bonne nouvelle, mais malheureusement pas celle d'un cessez-le-feu en Ukraine. Les deux hommes parlaient d'un accord permettant aux navires d'évacuer les 25 millions de tonnes de céréales qui sont bloquées dans les ports ukrainiens par le blocus russe.

Il n'y aura pas de danse dans les rues de Kiev à ce sujet, mais il pourrait y avoir de la danse dans les dizaines de pays du Moyen-Orient et d'Afrique qui sont confrontés à la menace d'une famine de masse, voire d'une famine dans certains cas.

L'Égypte, par exemple, est le plus grand importateur de blé au monde. Elle cultive moins de la moitié de la nourriture qu'elle consomme, et environ 80 % des céréales qu'elle importe pour couvrir le déficit proviennent d'Ukraine et de Russie. Or, cela fait maintenant cinq mois que les céréales ukrainiennes ne sortent plus, et le prix du pain en Égypte grimpe rapidement.

C'est aussi un problème politique grave : il y a douze ans, les prix élevés des denrées alimentaires ont déclenché les émeutes contre le régime qui ont conduit au "printemps arabe", au renversement de la dictature de Moubarak en Égypte et à divers effets secondaires comme la guerre civile en Syrie. Mais l'impact le plus important de la fermeture de la mer Noire aux exportations de céréales ukrainiennes est humanitaire.

Normalement, les ports ukrainiens de la mer Noire exportent cinq à six millions de tonnes de céréales par mois, mais la plupart sont désormais sous occupation russe et le plus grand, Odesa, est bloqué par la marine russe depuis cinq mois.

"Avant la guerre, plus de 90 % des exportations agroalimentaires ukrainiennes étaient réalisées par voie maritime", a déclaré Mariia Didukh, directrice du Forum agraire national ukrainien. L'Ukraine essaie de faire sortir une partie des céréales par le rail et la route, mais "par le rail ou les camions, c'est très cher, c'est plus long, et les capacités sont très, très petites."

En fait, l'Ukraine ne parvient à faire sortir qu'un cinquième de la quantité mensuelle normale. Elle ne peut pas étendre la voie ferrée car le système ferroviaire du pays utilise un écartement légèrement plus large que celui de ses voisins occidentaux, la Roumanie et la Pologne. Il faudrait 9 000 camions par jour pour faire le travail, et les céréales qu'ils livreraient seraient très, très chères.

La réouverture de la mer Noire aux navires transportant des céréales ukrainiennes n'est donc pas seulement une question locale, c'est une priorité internationale. En partant de l'hypothèse raisonnable que la guerre ne va pas s'arrêter de sitôt, quelles sont les conditions nécessaires à l'ouverture d'un corridor sûr à travers la mer Noire, depuis la côte ukrainienne jusqu'au détroit turc et à la Méditerranée ouverte ?

Il faudrait environ 500 gros navires de marchandises en vrac pour acheminer ces 25 millions de tonnes de céréales bloquées vers leurs destinations. Les derniers ports contrôlés par l'Ukraine - Odesa, Yuzhne et Chornomorsk - pourraient à peu près le faire, mais il faudrait au moins un mois pour amener ces navires en mer Noire et lancer l'opération.

Il faudrait au moins autant de temps pour déminer les ports ukrainiens et établir des couloirs "protégés" à travers la mer Noire. (La marine turque assurerait vraisemblablement la protection, mais les Russes voudraient vérifier que les navires entrants ne livrent pas d'armes clandestines).

Il faudrait également prévoir une "assurance de guerre" spéciale pour ces 500 navires - et il faudrait que l'opération soit continue et à fort volume, car la prochaine récolte de céréales ukrainienne commence à la fin du mois prochain et les silos à grains sont encore pleins de la récolte de l'année dernière.

La récolte de cette année a diminué de 35 % (la partie orientale de la ceinture de blé ukrainienne est à portée de l'artillerie et des roquettes russes), mais si les silos ne sont pas vidés rapidement, une partie importante de la récolte va pourrir dans les champs.

C'est pourquoi "toutes les questions n'ont pas encore été résolues", comme l'a déclaré M. Poutine mardi, mais il semble vouloir faire en sorte que cela fonctionne. C'est également le cas du président turc Recep Tayyip Erdoğan. Aucun des deux hommes n'est connu pour son engagement en faveur des valeurs humanitaires, mais aucun ne veut être blâmé pour avoir laissé des millions de personnes mourir de faim.

C'est vraiment aussi grave que cela. Arif Husain, économiste en chef du Programme alimentaire mondial des Nations unies, affirme que la guerre a plus que doublé le nombre de personnes en "crise alimentaire", qui atteint 345 millions, dont 50 millions sont "à un pas de la famine."

Ce n'est pas encore chose faite, mais le ministre turc de la défense Hulusi Akar a déclaré mardi que la Russie, l'Ukraine, la Turquie et les Nations unies allaient signer cette semaine un accord établissant un corridor d'exportation de céréales à travers la mer Noire et créant un centre de coordination à Istanbul. Cela pourrait bien se produire.