Pourtant, l'Organisation mondiale de la santé (OMS) vient de déclarer la variole du singe comme une urgence sanitaire mondiale, ce qui n'est pas rien. Les seules autres maladies infectieuses entrant dans cette catégorie sont le Covid-19, qui a déjà tué 6,4 millions de personnes, et la polio (qui tente de faire son retour). Cibler la variole du singe semble disproportionné, mais il y a une raison.

"Le Covid-19 est largement considéré comme une pandémie "unique dans une vie" ou "unique dans un siècle". Des travaux de modélisation basés sur des données historiques montrent que ce n'est pas nécessairement le cas", a rapporté l'an dernier la start-up épidémiologique Metabiota. En effet, "la fréquence des maladies infectieuses de type "spill-over" comme le Covid est en constante augmentation".

Elle augmente parce que les maladies pandémiques mortelles n'ont commencé à se développer dans les sociétés humaines que lorsque nous avons commencé à vivre ensemble en grand nombre. Les virus et bactéries mortels ont probablement toujours "débordé" dans les populations humaines de temps à autre, mais s'ils infectaient de petits groupes de chasseurs-cueilleurs de 50 ou 100 personnes, ils disparaissaient avec les victimes.

Le foyer naturel de ces maladies était les oiseaux et les animaux qui vivaient en grands troupeaux : beaucoup de victimes potentielles pour entretenir la transmission. Mais lorsque les êtres humains ont commencé à vivre dans de grandes civilisations et à domestiquer certains de ces animaux, les maladies pandémiques se sont joyeusement transmises et ont prospéré parmi nous aussi.

Pendant la majeure partie de l'histoire de la civilisation, les transferts réussis n'ont pas été très fréquents : les nouvelles pandémies meurtrières n'apparaissaient que tous les cinq cents ans environ. Mais aujourd'hui, avec huit milliards d'habitants et des millions de personnes qui sillonnent la planète chaque jour, les vecteurs de maladies ont plus d'occasions de se propager et se déplacent beaucoup plus rapidement.

À l'heure actuelle, selon les calculs de Metabiota, il y a même des chances que nous ayons une nouvelle pandémie de l'ampleur de celle de Covid-19 dans les 25 prochaines années. Plus précisément, ils estiment que la probabilité d'une autre pandémie mondiale aussi meurtrière que Covid se situe entre 2,5 et 3,3 % chaque année. Elle pourrait même arriver l'année prochaine.

La variole du singe n'est pas cette maladie. Malgré sa propagation rapide dans de nombreux pays, elle se transmet principalement entre hommes ayant des rapports sexuels avec des hommes. Il existe un vaccin parfaitement efficace contre cette maladie (le même que celui qui a permis d'éradiquer la variole, qui n'existe plus à l'état sauvage). Et presque personne n'en meurt.

Le directeur général de l'OMS, le Dr Tedros Adhanom Ghebreyesus, a donc dû s'expliquer lorsqu'il a mis fin à une impasse au sein de son "comité d'urgence" et décrété que la variole du singe était une urgence mondiale.

Il a expliqué qu'il s'agissait d'accélérer la recherche sur "les nouveaux modes de transmission qui ont permis sa propagation", et de presser les pays d'utiliser des vaccins et d'autres mesures pour limiter le nombre de personnes infectées. Ces mesures sont toutes sensées, mais elles ne justifient pas la déclaration d'une urgence sanitaire mondiale.

Ce qu'il a soigneusement évité de dire, c'est qu'il entend vraiment faire de cette déclaration un rappel de notre péril et une incitation à l'action. L'ensemble du système de réponse aux pandémies a besoin d'un exercice qui intègre toutes les leçons tirées de notre réponse bancale au Covid, et la variole du singe nous fournit une excuse pour le faire.

Ghebreyesus manipule le système dans une tentative bien intentionnée de persuader le monde de mettre en place de meilleurs systèmes pour contenir les maladies émergentes dangereuses en général, et il risque d'être sérieusement critiqué pour cela.

Mais vous pouvez comprendre son point de vue car nous n'avons pas suffisamment appris de notre expérience douloureuse avec le Covid. Les vaccins ont été développés plus rapidement que lors de toute pandémie précédente, et les deux tiers de la population mondiale ont été entièrement vaccinés en seize mois environ, mais le taux d'immunité dans les pays les plus pauvres est abyssal.

Il reste donc des réservoirs de forte infection qui servent de terreau à de nouvelles variantes du virus, dont certaines peuvent échapper aux vaccins. Il s'agit d'une question de distribution et d'organisation, et non d'une question médicale, et le fait de le faire à plus petite échelle pour la variole du singe pourrait améliorer le système la prochaine fois que quelque chose de vraiment dangereux apparaîtra.

Il en va de même pour les phases initiales de détection et de confinement, qui ont été très malmenées avec le Covid. Il y aura des pandémies bien pires à l'avenir - elles seront, et non pas "peuvent être" - et le monde doit être mieux préparé.

En dépensant un centième de ce que le monde a dépensé pour lutter contre Covid afin d'améliorer la préparation mondiale à la prochaine pandémie - en construisant des installations locales de production de vaccins, des laboratoires régionaux dotés de bonnes capacités d'analyse et des réseaux de notification plus solides - nous pourrions nous épargner encore deux ans de misère et de pertes comme ce fut le cas avec cette pandémie.

Si tel est le véritable objectif de Ghebreyesus dans cette affaire de variole du singe, je n'y vois aucun inconvénient.