Les résultats du référendum de lundi sont connus, et la proposition de donner des pouvoirs dictatoriaux au président usurpateur de la Tunisie, Kais Saied, a obtenu 94,7% de "oui".

Il est vrai que seul un tiers des personnes autorisées à voter l'ont fait, et que la plupart des partis d'opposition ont appelé au boycott. Mais personne n'a été empêché de voter : si l'opposition a appelé ses partisans à s'abstenir, c'est parce qu'elle savait à quel point elle allait perdre.

Comment en est-on arrivé là ? Il y a onze ans, la Tunisie était le berceau du "printemps arabe", une vague de révolutions démocratiques, pour la plupart non violentes, dans le monde arabe. Certaines ont été noyées dans le sang (Bahreïn, Égypte), d'autres se sont transformées en guerres civiles de longue durée (Libye, Syrie, Yémen), et d'autres encore se sont tout simplement éteintes (Algérie, Maroc). Mais la révolution tunisienne a survécu.

Cependant, elle n'a pas prospéré. La Tunisie a connu dix gouvernements au cours des onze dernières années, tous paralysés par le fait que le plus grand parti, avec plus d'un tiers des sièges au parlement, était un parti islamique appelé Ennahda (Renaissance).

Ce groupe lié aux Frères musulmans était "modéré", comme on dit dans les milieux islamiques, mais ses dirigeants vivaient en exil jusqu'au renversement du dictateur Zine al-Abidine Ben Ali en 2011. Il s'est rapidement emparé d'un tiers des voix (principalement des personnes âgées), et est devenu le noyau indispensable de toute coalition espérant obtenir une majorité parlementaire.

Malgré son caractère modéré, les priorités islamiques d'Ennahda ont fait de la collaboration avec les partis politiques laïques une lutte incessante, de sorte que les coalitions n'ont jamais survécu longtemps et que très peu de choses ont été réalisées. L'économie a vacillé, le chômage a grimpé en flèche, et ce n'est pas seulement le parti islamique mais la démocratie en général qui a été blâmée.

Le même processus s'est produit en Égypte, mais beaucoup plus rapidement. La révolution démocratique a réussi, le dictateur Hussein Moubarak a été renversé en 2011 - et la première élection libre a porté au pouvoir un parti islamique.

Malheureusement, les principes du "Parti de la liberté et de la justice" des Frères musulmans rendaient impossible toute coopération avec les forces démocratiques laïques, si bien que l'armée a conclu une alliance avec les démocrates laïques et l'a renversé en 2013. L'armée a donc conclu une alliance avec les démocrates laïques et l'a renversé en 2013. Elle a ensuite trahi les démocrates laïques crédules et le général Abdel Fatah el-Sisi règne sans partage depuis lors.

En Tunisie en 2022, le dictateur en herbe est un ancien professeur de droit, Kais Saied. Élu président il y a trois ans lors d'une élection libre, il a régné jusqu'en 2021 en tant que chef de l'exécutif légitime et respectueux des lois. Mais alors que la colère populaire contre le parlement dans l'impasse grandissait, il a repéré une opportunité.

En juillet dernier, il a limogé le Premier ministre, suspendu le Parlement et commencé à gouverner par décret. Il y a deux mois, il s'est donné le pouvoir de licencier les juges à volonté, et a rapidement renvoyé 57 d'entre eux. Et ce mois-ci, il a organisé le référendum constitutionnel qui rend tous ces changements permanents.

Les formes et les rituels de la démocratie sont respectés, mais la nouvelle réalité est celle d'un dirigeant autocratique qui peut probablement organiser sa propre réélection indéfiniment - bien que, pour s'assurer qu'il n'y ait pas de résistance populaire, il devra finalement recréer l'ancien État policier également.

La triste vérité est que Kais Saied, un ancien professeur de droit, a le soutien de la grande majorité des onze millions de Tunisiens pour le moment. Un récent sondage d'opinion a révélé que 81% des Tunisiens préfèrent un dirigeant fort, et 77% se moquent que ce dirigeant soit élu ou non, tant que l'économie crée des emplois et assure un niveau de vie décent.

Le même sondage, réalisé par "Arab Barometer", un réseau de recherche basé à l'université de Princeton, a révélé que des majorités similaires en faveur d'un dirigeant fort existent dans presque tous les autres pays arabes. Dans un seul pays arabophone, le Maroc, la plupart des gens ne sont pas d'accord avec l'affirmation selon laquelle un pays a besoin d'un dirigeant qui peut "contourner les règles" pour faire avancer les choses.

Le monde arabe est la région la moins démocratique du monde parce que les Arabes en sont venus à croire que l'économie est faible dans une démocratie. C'est une croyance bizarre, puisque presque tous les pays les plus riches du monde sont des démocraties, mais elle semble juste aux Arabes, car leurs démocraties ne fonctionnent pas du tout bien.

La vérité est qu'elles ne fonctionnent pas bien pour les ARABES, car les démocraties arabes sont généralement sabotées et souvent paralysées par la compétition à somme nulle entre deux mouvements révolutionnaires rivaux, démocratique et islamiste. Il n'y a pas de solution à court terme à cela.