La probabilité d'une invasion chinoise de Taïwan augmente, et la perspective d'un soutien militaire américain direct dans ce cas diminue. Ces deux tendances s'expliquent par l'évolution de l'équilibre stratégique dans le Pacifique occidental, où la Chine s'approche du statut d'"adversaire proche", capable de défier les opérations navales et aériennes américaines autour de Taïwan avec une certaine chance de succès.

Pelosi n'est pas un stratège militaire, mais elle n'a pas pu ne pas remarquer le changement de ton des briefings militaires qu'elle reçoit à ce sujet de la part de la marine et de l'armée de l'air américaines. Elles ne peuvent plus garantir qu'elles l'emporteraient dans une guerre menée à 12 000 km de chez elles pour contrecarrer une invasion chinoise de Taïwan.

La stratégie officielle des États-Unis reste l'"ambiguïté stratégique" : ils ne diront pas s'ils sont prêts ou non à combattre la Chine pour protéger Taïwan.

Il s'agissait auparavant d'un simple artifice pour contourner la contradiction gênante entre la reconnaissance du régime communiste de Pékin et la protection de l'existence séparée de l'État insulaire de Taïwan - mais tout le monde supposait que les États-Unis se battraient pour cela si nécessaire.

Aujourd'hui, l'ambiguïté stratégique est surtout un moyen de dissimuler le fait que Washington n'interviendrait probablement pas directement pour empêcher une invasion chinoise de Taïwan.

La Chine a accumulé tant de missiles balistiques et de croisière le long de sa côte est que la marine américaine hésite à risquer ses porte-avions dans ces eaux en temps de guerre, et une seule base aérienne à portée de Taïwan est disponible pour les avions de frappe de l'USAF.


Au-delà de ces considérations tactiques et opérationnelles, il y a l'immense fait stratégique que ni la Chine ni les États-Unis ne veulent risquer une guerre nucléaire. Toutefois, la Chine pourrait être en mesure de conquérir Taïwan sans recourir aux armes nucléaires.

D'où la confiance croissante de la Chine et l'inquiétude tardive de Taïwan (une augmentation de 8 milliards de dollars des dépenses de défense en janvier dernier), et les tentatives du président Joe Biden de rassurer Taïwan en faisant des déclarations impromptues selon lesquelles les États-Unis se battraient effectivement pour Taïwan (qui sont rapidement retirées par le personnel de Biden).

Mais la réalité est claire si l'on en croit la réponse ultraprudente de Joe Biden à l'invasion de l'Ukraine par la Russie : livraisons d'armes lentes et sélectives, pas de troupes de l'OTAN sur le terrain, pas même de zone d'exclusion aérienne au-dessus de l'Ukraine. Il est très prudent et mesuré car il ne veut pas d'une guerre nucléaire.

S'il est aussi prudent avec la Russie, à quel point le serait-il si Taïwan était envahi par la Chine, un pays dix fois plus peuplé et vingt fois plus riche que la Russie ? Eh bien, si les Taïwanais sont toujours debout après trois semaines et que l'armée chinoise s'avère être un autre tigre de papier, peut-être enverra-t-il de l'aide.

La politique américaine de longue date d'"ambiguïté stratégique" a perdu toute crédibilité en tant que moyen de dissuasion, et Taïwan est désormais vraiment livrée à elle-même. Cela ne signifie pas qu'elle est condamnée, mais sa liberté de mouvement est terminée.

Taïwan est une île située à 180 km de la Chine, ce qui signifie qu'elle peut théoriquement se défendre contre tout sauf contre les armes nucléaires chinoises. (Il est peu probable que Pékin utilise des armes nucléaires contre des compatriotes chinois).

L'arrivée de troupes chinoises en nombre suffisant sur l'île par des débarquements maritimes et des parachutages serait une opération militaire très risquée, et des forces armées taïwanaises parfaitement préparées pourraient vraisemblablement la vaincre. Toutefois, elles ne sont pas du tout préparées à cela à l'heure actuelle.

Les dépenses de défense de Taïwan ont progressivement diminué, passant d'un pic de plus de 7 % du PIB à la fin des années 1970 à seulement 1,9 % l'année dernière, et le service militaire obligatoire a été ramené à quatre mois seulement.

Avec l'arrivée de la froide réalité à Taïwan l'année dernière, ce long déclin s'est inversé, mais il faudrait une demi-douzaine d'années de dépenses de défense à 5 ou 6 % du PIB pour acquérir les armes et les capacités qui pourraient permettre au pays de se défendre sans aide.


Il est peu probable que ce soit le message que Nancy Pelosi ait apporté à Taïwan ; elle veut simplement montrer sa solidarité avec leur lutte pour rester libre. M. Biden a même estimé que sa visite tombait mal, étant donné le couronnement imminent de Xi comme dictateur à vie lors du congrès d'octobre du Parti communiste chinois. Il ne faudrait pas gâcher sa fête.

Mais d'autres responsables américains ont sans doute annoncé la mauvaise nouvelle au gouvernement taïwanais aussi gentiment que possible. Les cinq prochaines années seront très délicates même sil'administration de la présidente Tsai Ing-wen fait des pieds et des mains en matière de défense.