"Nous devons agir sur la question de l'orientation des patients vers les services d'urgence et je fais ici référence à la question des cas bleus et verts [où des bracelets sont attribués]. C'est un sujet qui est discuté dans de nombreux endroits, mais qui est toujours reporté parce que c'est un sujet impopulaire", a déclaré le directeur exécutif du SNS, Fernando Araújo, lors de l'ouverture de la première édition du "Sommet du SNS", qui se déroule dans l'Aula Magna de l'hôpital Santa Maria de Lisbonne.

Il a toutefois assuré que le conseil d'administration du SNS "se penchera sur cette question, qui doit être abordée. C'est un sujet qui sera certainement discuté. C'est un sujet qui ne peut plus être reporté".

S'adressant à un auditoire composé de directeurs de cliniques, de médecins et d'infirmières, entre autres, Fernando Araújo a souligné qu'il s'agit d'un domaine qui sera approfondi et que la direction exécutive "prendra les mesures qui s'imposent pour pouvoir changer ce système".

Selon le fonctionnaire, le Portugal a "une consommation exagérée" de soins de santé en termes de maladies aiguës, et il est nécessaire de "pouvoir influencer et changer ce processus et de même donner une formation et une formation sur la gestion des parcours de santé."

"La porte des urgences ne peut pas être le premier endroit où les gens pensent aller lorsqu'ils ont une pathologie aiguë en termes cliniques et que la responsabilité nous incombe", a-t-il déclaré.

Selon lui, il est nécessaire de trouver "d'autres portes avant les urgences" pour répondre à des situations moins urgentes, les soins de santé primaires étant fondamentaux.

"Nous avons, heureusement, des équipes de professionnels, médecins, infirmières, mais aussi nutritionnistes, psychologues et autres, qui sont des équipes exceptionnelles, avec une capacité énorme, et nous devons être capables de nous organiser pour donner une réponse aux maladies aiguës moins graves d'une manière différente", a-t-il déclaré.

D'un autre côté, il a affirmé qu'il y avait aussi "un chemin à parcourir" en termes de gestion des lits d'hôpitaux et de la durée moyenne du séjour à l'hôpital.

"Il n'est pas possible pour nous de continuer à avoir des patients dans le couloir des urgences avec des lits vides à l'intérieur de l'hôpital. C'est un changement qui doit être réalisé", a-t-il déclaré.

Le directeur exécutif a indiqué qu'une équipe de la Commission européenne, qui aide le Portugal à planifier la situation, a calculé que si le délai moyen d'hospitalisation était similaire à celui du meilleur hôpital de chaque groupe, il y aurait plus de 2 000 lits par jour dans le pays.

La spécialité de médecine d'urgence, qui n'a pas été approuvée par l'Ordre des médecins, a également été défendue par Fernando Araújo, qui considère qu'il s'agit d'une "mesure importante" et que le Conseil exécutif "poursuivra certainement" ses efforts afin de créer les conditions nécessaires à sa mise en œuvre.

Faisant allusion aux urgences métropolitaines, il a déclaré qu'il s'agissait d'une mesure mise en œuvre dans le pays, "parfois avec des difficultés, des limites, mais avec des résultats concrets", et qu'il s'agissait d'une voie qui serait suivie, selon lui.

Dans un message vidéo, la présidente de l'Ordre des infirmiers, Ana Rita Cavaco, a défendu le fait que "le modèle actuel d'accès centré sur l'hôpital est profondément erroné ou dépassé".

"Et si cela est vrai en termes théoriques, c'est encore plus évident dans la vie quotidienne d'un pays avec des clivages sociaux évidents et des asymétries régionales évidentes. Cela signifie, entre autres, qu'il est essentiel de mettre en œuvre une véritable réforme des soins de santé primaires et à domicile qui valorise le travail d'équipe de tous les professionnels impliqués, en détruisant les fermes et les cours", a déclaré Ana Rita Cavaco.

Toujours dans un message vidéo, le président de l'Ordre des médecins, Carlos Cortes, a centré son intervention sur la sortie des patients qui ont souvent déjà résolu leur problème clinique et qui attendent une réponse de soins, considérant qu'il s'agit de l'un des principaux défis qu'ils doivent relever pour résoudre les problèmes des urgences.

"Il est important de ne pas oublier qu'au milieu de tous ces changements, au milieu de toutes ces difficultés, nous devons penser et toujours concentrer notre attention sur la personne", a-t-il déclaré.


Author
TPN/Lusa