La proposition de loi 44 / XIV, qui a suscité beaucoup de controverses dans le secteur, est en cours de discussion et de vote depuis le 16 octobre au sein de la commission parlementaire de la culture et de la communication, ainsi que des amendements proposés, quelques semaines auparavant, par les groupes parlementaires du PS, du PSD, du CDS-PP, du Bloc de gauche et du PCP.

Cependant, depuis le 16 octobre, le PS a introduit un nouveau changement concernant spécifiquement l'exploitation des "services audiovisuels à la demande par abonnement", c'est-à-dire les services dits de VOD (vidéo à la demande), tels que Netflix, HBO et Disney +.

Selon la proposition socialiste, ces opérateurs devraient désormais être soumis au "paiement d'une taxe annuelle correspondant à 1 % du montant des revenus pertinents de ces opérateurs", sans préciser comment ces revenus seront déterminés.

"S'il n'est pas possible de déterminer la valeur des revenus pertinents" de ces opérateurs, "on suppose que la taxe annuelle est de 1 million d'euros", lit-on dans la proposition.

La proposition de loi 44 / XIV transpose au Portugal une directive européenne de 2018, qui réglemente, parmi tous les États membres, l'offre de services de médias audiovisuels, qui comprend des chaînes de télévision par abonnement, des plateformes de partage de vidéos et des services audiovisuels.