L'Allemagne à trente ans

Par Gwynne Dyer, in Opinion · 09-10-2020 01:00:00 · 0 Commentaires

L'OPINION POLITIQUE MONDIALE

Je viens de passer deux semaines à parcourir l'Allemagne en voiture pour interviewer des gens (surtout des climatologues, puisque vous le demandez), et j'en suis venu à la conclusion que c'est le pays le mieux géré - et peut-être même le meilleur - du monde à l'heure actuelle.

Certains petits pays sont des joyaux absolus, bien sûr, mais c'est plus facile si vous êtes petit. Les grandes puissances font plus de guerres, contiennent plus de divisions, souffrent d'illusions de grandeur plus méchantes et plus ridicules. Mais si vous ne considérez que les pays de plus de 50 millions d'habitants, alors l'Allemagne est aujourd'hui le pays le plus juste, le moins conflictuel, le plus pacifique, en fait le plus beau des grands pays de la planète.

Ce n'était pas vrai il y a trente ans, et ce ne le sera peut-être plus dans trente ans, mais cela vaut la peine d'être noté car ce mois-ci marque le trentième anniversaire de l'unification de l'Allemagne en 1990, un an seulement après la chute du mur de Berlin. Par rapport à ce qui s'est passé après la première fois où elle a été unifiée, tout s'est plutôt bien passé.

La première unification de l'Allemagne, en 1871, a été réalisée par la guerre et a conduit à des guerres plus nombreuses et beaucoup plus importantes - pas entièrement la faute de l'Allemagne, bien sûr, mais certainement la conséquence de l'apparition soudaine d'une nouvelle grande puissance hautement nationaliste au cœur de l'Europe.

Après la Seconde Guerre mondiale, l'Allemagne a été divisée en trois. Le tiers oriental a été vidé des Allemands et donné à la Pologne (en compensation du tiers oriental de la Pologne d'avant-guerre, qui était conservé par l'Union soviétique). La partie centrale, également sous occupation soviétique, est devenue l'"Allemagne de l'Est" sous régime communiste, tandis que le reste, avec la majeure partie de la population, est devenu l'"Allemagne de l'Ouest".

Les "deux Allemagnes" sont devenues le cockpit de la guerre froide, avec d'énormes armées de chars prêtes à partir et des armes nucléaires non loin derrière elles. Beaucoup de gens ont compris que cela ne pouvait pas durer éternellement, qu'un jour le pays devrait être réunifié - mais ils étaient terrifiés par cette perspective. Ils craignaient que le processus de réunification ne déclenche une guerre, et ils craignaient aussi une Allemagne réunifiée.

Lord Ismay, le général britannique qui devint le premier secrétaire général de l'alliance de l'OTAN (qui comprenait l'Allemagne de l'Ouest), l'a dit sans ambages : "L'OTAN existe pour empêcher les Russes d'entrer, les Américains de sortir et les Allemands de rentrer" ; le journaliste et poète français François Mauriac l'a dit plus élégamment : "J'aime tellement l'Allemagne que je suis heureux qu'il y en ait deux".

Si la gâchette pour mettre fin au régime communiste est-allemand avait été entre les mains des Britanniques, des Français et des Américains, elle n'aurait peut-être jamais été pressée. Mais elle était en fait entre les mains des Allemands de l'Est eux-mêmes, et en 1989, ils ont fait tomber leurs oppresseurs sans qu'un coup de feu ne soit tiré. Tous les autres États communistes d'Europe de l'Est ont suivi le mouvement.

La joie était grande dans les deux parties de l'Allemagne - la fête de rue qui a suivi la chute du mur de Berlin a probablement été la meilleure et certainement la plus longue à laquelle j'ai jamais participé - mais l'inquiétude était grande ailleurs. Cependant, Mikhaïl Gorbatchev, le leader réformateur soviétique, a rassuré tout le monde en déclarant que Moscou n'avait aucune objection à la réunification de l'Allemagne, et que l'acte avait été fait il y a trente ans.

Cela a très bien fonctionné. Il y a des gens tristes et même des gens méchants en Allemagne, comme partout ailleurs, mais en tant que société, elle rayonne de contentement. Une compétence sans faille lubrifiée par un ton général de bonne volonté rend les petites transactions quotidiennes moins pénibles, et le nationalisme strident qui défigure aujourd'hui tant d'autres pays brille par son absence.

Au lieu de cela, les Allemands se consacrent au projet européen : comme "Amens" dans une église, des invocations à l'"Europe" ponctuent les conversations politiques. Et si vous dites qu'il s'agit d'une réaction défensive contre la terrible histoire de l'Allemagne dans les deux générations précédant 1945, je serais probablement d'accord - mais quel mal y a-t-il à cela ?

Même le contraste économique entre l'Est, autrefois sous domination communiste, et le reste du pays, au grand désavantage des premiers, s'effrite progressivement : les revenus moyens des "Ossis" (Est) atteignent aujourd'hui près de 90% des revenus des "Wessi". Toutes les villes les plus "cool", les aimants qui attirent les jeunes, se trouvent dans l'ancien Est : Berlin, Dresde, et maintenant Leipzig.

Ce n'est pas le paradis, mais quand on le compare au populisme incompétent et belliqueux qui prévaut dans des pays formellement démocratiques comme les États-Unis, le Royaume-Uni, le Brésil et l'Inde, cela paraît plutôt bien. Wir schaffen das" (Nous pouvons y arriver), a déclaré la chancelière Angela Merkel lorsque plus d'un million de réfugiés, musulmans pour la plupart, sont arrivés en Allemagne en 2016, et quatre ans plus tard, il semble qu'elle ait eu raison.

Mutti" (maman), comme l'appellent les Allemands, a été chancelière pendant la moitié des trente dernières années, il y aura donc une retenue collective lorsqu'elle prendra sa retraite l'année prochaine. Mais le monde serait meilleur et plus sûr s'il y avait plus de pays comme l'Allemagne.

De plus, il n'y a aucune limitation de vitesse sur les autoroutes. Où d'autre peut-on conduire à 160 km/h et se faire dépasser sans cesse par des voitures ?


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires