La proximité de la fin de la période de transition à "Brexit" et l'absence de progrès dans les négociations entre Londres et Bruxelles constituent "une alerte pour le gouvernement", notamment pour une "attention renouvelée aux citoyens", a déclaré Ana Paula Zacarias, la secrétaire d'État aux affaires européennes.

"Nous pouvons voir combien de citoyens ne se sont pas encore inscrits, combien auraient dû le faire et ne l'ont pas fait, pourquoi ne l'ont-ils pas fait ? Nous devons maintenant être plus objectifs et aller à la recherche d'un plus grand nombre de ces citoyens qui sont en dehors du système normal", a-t-elle ajouté.

Ana Paula Zacarias a répondu au député Carlos Gonçalves (PSD), qui s'est dit préoccupé par "une frange de Portugais", correspondant à "près de 100 000", qui ne se sont pas encore enregistrés et par l'absence de réponse du consulat portugais concernant la nécessité que les documents portugais soient "à jour".

Carlos Gonçalves et Isabel Oneto (PS) ont tous deux interrogé le secrétaire d'État sur la révision du plan d'urgence pour le départ du Royaume-Uni de l'Union européenne, annoncée par Ana Paula Zacarias le 16 septembre.

La fonctionnaire a répondu qu'il s'agissait d'une "mise à jour du plan", "désormais révisé au vu de la situation actuelle", et a souligné la nécessité notamment pour les entreprises de se préparer, avec ou sans accord, dans le domaine des droits de douane.

"Les entreprises qui exportent des produits frais vers le Royaume-Uni doivent se préparer, car il est plausible qu'il y ait des perturbations ici ou là sur le marché et dans les transports", a-t-elle averti, soulignant que, avec ou sans accord, "il doit toujours y avoir une adaptation [...] des entreprises exportatrices portugaises au Royaume-Uni".