Nouvelle décision de confinement potentiel "pas avant vendredi".

Par TPN/Lusa, in Actualités · 04-11-2020 18:04:00 · 0 Commentaires

L'Assemblée de la République a décidé, "par consensus général", de tenir une session plénière pour débattre et voter sur une éventuelle déclaration de l'état d'urgence, dont la date dépend de l'envoi du texte par le Président de la République.

"Mais ce ne sera pas avant vendredi" a déclaré la porte-parole de la conférence des dirigeants parlementaires, Maria da Luz Rosinha, à la fin de la réunion.

Selon la porte-parole, la désignation spécifique de la plénière pour discuter du nouvel état d'urgence sera faite "immédiatement" par le président de l'Assemblée de la République lorsque le chef de l'Etat proposera un décret.

"Nous espérons que ce sera cette semaine", a déclaré Maria da Luz Rosinha, qui a ajouté que le président de l'Assemblée de la République, Ferro Rodrigues, veillera également à ce que le document soit analysé par les députés avant leur vote.

Lundi dernier, le Premier ministre, António Costa, a demandé au Président de la République de déclarer l'état d'urgence, de manière "préventive", pour contribuer à atténuer les effets de la pandémie de Covid-19 et éliminer les doutes juridiques quant à l'action du gouvernement.

Selon la Constitution, la déclaration de l'état d'urgence sur tout ou partie du territoire national est une compétence du Président de la République, mais dépend de l'audition du gouvernement et de l'autorisation du Parlement.

La conférence des dirigeants d'aujourd'hui a été très courte, puisqu'elle n'avait pour but que de débattre de la manière dont le Parlement - dont les séances plénières sont suspendues en raison de la période de discussion dans la spécialité du budget de l'État - doit analyser et voter le nouvel état d'urgence.

Lundi, dans une interview à la RTP, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré qu'il y a une majorité d'au moins deux tiers pour approuver un état d'urgence "très limité", après avoir entendu les partis ayant une représentation parlementaire pendant la journée, et a dit qu'il "réfléchissait" à ce scénario.

Le chef de l'Etat a souligné qu'un état d'urgence "très limité, principalement préventif" est en jeu, plutôt que de "viser un verrouillage total ou quasi total" comme celui qui a été imposé en mars et avril.

L'état d'urgence était en vigueur au Portugal au début de cette épidémie, entre le 19 mars et le 2 mai, lors de la première vague de la pandémie.

Selon la Constitution, la déclaration de l'état d'urgence peut déterminer la suspension de certains des droits, libertés et garanties, pour une période maximale de 15 jours.

Lundi, le Premier ministre a proposé au Président de décréter un état d'urgence "à caractère préventif" pour "éliminer les doutes" sur l'action du gouvernement en matière de protection des citoyens face à la pandémie de Covid-19 dans quatre domaines .

Les quatre dimensions dans lesquelles l'exécutif souhaite un cadre juridique plus solide sont les restrictions de circulation à certaines heures de la journée ou en semaine, voire entre les municipalités ; la possibilité de demander des ressources aux secteurs privé et social de la santé ; l'ouverture à la réquisition des travailleurs (publics ou privés), éventuellement en changeant leurs fonctions, pour aider dans les missions jugées urgentes dans la lutte contre la pandémie ; et la légalité de la collecte des températures, que ce soit dans l'accès au lieu de travail ou dans l'accès à tout autre espace public.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires