Une étude révèle 3 variantes du covid-19 au Portugal

Par TPN/Lusa, in Actualités · 23-12-2020 13:57:00 · 0 Commentaires

Une étude sur la diversité génétique du coronavirus SRAS-CoV-2 a permis de détecter trois nouvelles variantes du virus circulant dans la deuxième vague de la pandémie de covid-19 au Portugal, a déclaré le chercheur de l'Institut national (INSA), Ricardo Jorge à l'agence de presse Lusa.

L'une des trois variantes représente environ 70 % des génomes viraux analysés dans l'étude et qui se caractérise par "une mutation très spécifique" qui affecte les régions où les anticorps sont liés.

"Nous avons maintenant vérifié dans cette étude, réalisée en collaboration avec l'Institut Gulbenkian des Sciences [IGC], que les variants qui caractérisent cette deuxième vague au Portugal ont des mutations qui n'ont pas été décrites pendant toute la première vague", a déclaré João Paulo Gomes, responsable de l'unité de bioinformatique du département des maladies infectieuses de l'INSA.

Les trois variantes les plus fréquentes, chacune reconnue par une modification différente de la protéine Spike (A222V, S477N ou S98F), ont été détectées dans toutes les régions du Portugal continental, ce qui suggère qu'elles sont les principales responsables de la deuxième vague épidémique.

Le coordinateur de l'"Étude de la diversité génétique du nouveau coronavirus SARS-CoV-2 (COVID-19) au Portugal" a expliqué que cette situation résulte d'"un processus d'adaptation du virus à l'homme".

"Il est normal que cela se produise, cela fait un an que le virus est apparu pour infecter les humains, donc c'est parfaitement normal", a-t-il déclaré, en précisant que "la variante britannique qui est apparue maintenant en est une de plus et ne sera malheureusement pas la dernière", ce qui est préoccupant.

En ce qui concerne les mutations observées dans le pays, le chercheur a déclaré que certaines "sont assez intéressantes", mais ne sont pas exclusives au Portugal, soulignant que "l'une des mutations caractérise une variante apparue en Espagne il y a quelques mois et qui s'est répandue dans le reste de l'Europe à une vitesse étonnante" et qui a maintenant été observée au Portugal.

A la question de savoir si cette variante est plus létale et si elle peut expliquer l'augmentation des cas lors de la deuxième vague, le chercheur a répondu qu'en termes cliniques, il n'y a aucune preuve de cela.

L'augmentation des cas peut être justifiée par l'existence de variantes génétiques ayant une plus grande capacité de transmission, mais le chercheur considère que le comportement social est à la base du plus grand nombre de cas de la deuxième vague.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires