Cette dernière éventualité n'est pas plausible, mais il existe un effort bipartite aux États-Unis pour la rendre plus probable. Jusqu'à il y a quelques semaines, il était largement admis qu'une administration Biden agirait rapidement pour réparer les dommages causés par Donald Trump en se retirant du traité de 2015 dans lequel l'Iran promettait de ne pas travailler sur des armes nucléaires pendant quinze ans, mais ce n'est pas nécessairement le cas.

Pourquoi Donald Trump s'est-il retiré en premier lieu ? Par pure méchanceté, en fait.

Toutes les agences de renseignement du monde, y compris les agences américaines, étaient d'accord pour dire que l'Iran respectait méticuleusement les termes du traité de l'ère Obama, mais Trump détruisait systématiquement toutes les réalisations de "l'imposteur noir et étranger" qui l'avait précédé à la Maison Blanche. Si Obama avait accordé aux Américains la vie éternelle, Trump aurait tenté de la défaire.

L'Iran ne demande même pas d'excuses, bien qu'il en mérite certainement une. Il veut juste que les Etats-Unis révoquent les sanctions internationales auxquelles le traité de 2015 a mis fin, mais que Trump a unilatéralement réimposé, contre la volonté de toutes les autres grandes puissances (Grande-Bretagne, Chine, France, Allemagne, Union européenne et Russie), en 2018.

Cela pourrait se faire en un jour, et dès que ce sera fait, a promis le président iranien Hassan Rouhan, l'Iran se conformera à nouveau en quelques heures. Le "retour", parce que pour motiver tous les autres signataires à faire pression sur les États-Unis pour qu'ils reviennent au traité, l'Iran lui-même a commencé à la mi-2019 une lente série de dérogations aux termes du traité.

L'Iran ne s'est pas précipité dans les représailles. Il a d'abord attendu un an, disant aux puissances européennes qu'il continuerait à respecter la lettre du traité si elles autorisaient les banques et les compagnies pétrolières iraniennes à continuer à faire du commerce avec elles. Les Européens n'ont pas osé, sachant que Trump punirait les banques et les compagnies européennes si elles le faisaient, et l'Iran a donc été laissé à lui-même.

Lorsque l'Iran a commencé à enfreindre les dispositions du traité, il l'a fait lentement et avec beaucoup d'avertissements, une disposition à la fois, laissant les inspecteurs surveiller ce qu'ils faisaient à chaque étape : d'abord en augmentant le niveau d'enrichissement de l'uranium de 3,67 % à 4,5 % en novembre 2019, puis en le faisant passer à 5 % un an plus tard.

Cependant, lorsque les États-Unis et Israël ont repris leur campagne d'assassinats contre de hauts responsables militaires et scientifiques iraniens l'année dernière - le général Qassem Soleimani en janvier et le meilleur scientifique nucléaire du pays, Mohsen Fakhrizadeh, en novembre - le parlement iranien a pris la main.

L'Iran est un pays partiellement démocratique, et le parlement est actuellement dominé par des conservateurs qui en ont assez de la longue patience du président Rouhani sur cette question. Il y a trois mois, ils ont légiféré une série de délais dans lesquels l'Iran devra enfreindre des aspects plus graves du traité si les États-Unis ne le réintégré pas.

La première de ces échéances, celle où le gouvernement Rouhani sera obligé de bloquer les inspections à court terme de l'Agence internationale de l'énergie atomique, n'est plus qu'à une semaine, le 21 février. L'administration Biden pourrait l'éviter en déclarant simplement qu'elle reviendra au traité sans conditions, mais il semble que la stupidité de Trump soit contagieuse.

"Les Etats-Unis lèveront-ils d'abord les sanctions afin de ramener l'Iran à la table des négociations", il y a une semaine CBS a demandé à Joe Biden . "Non", a-t-il répondu, et le porte-parole du Département d'Etat américain Ned Price a ensuite précisé : "Nous continuons à demander à Téhéran de se conformer à nouveau pleinement à l'accord nucléaire... parce que cela ouvrirait la voie à la diplomatie."

Trump a peut-être disparu, mais le réalisme n'a pas encore trouvé son chemin vers Washington. Lorsque les États-Unis rompent un traité sans raison valable et plongent des dizaines de millions d'Iraniens dans la pauvreté, il n'incombe pas à la victime d'annuler d'abord toutes ses contre-mesures pour prouver sa bonne foi.

Il serait facile de chorégraphier une danse dans laquelle l'Iran et les États-Unis déferleraient pas à pas cette confrontation à l'unisson, sauvant ainsi la face de l'Amérique en ne mentionnant jamais qui en est la cause. Mais insister pour que les Iraniens bougent en premier, comme s'ils étaient les coupables, est un non : ils n'ont peut-être pas deux ans, mais ils ont leur fierté. Ils n'ont pas non plus atteint l'âge adulte.

Ce que Biden ne doit pas faire, c'est exiger que l'Iran fasse plus de concessions au-delà du traité de 2015 avant d'accepter de mettre fin aux sanctions. C'était le jeu de Trump, et avec tous ces discours sur "l'ouverture de la voie de la diplomatie", Biden s'en rapproche dangereusement.