La population carcérale en baisse de 18%.

Par TPN/Lusa, in Actualités · 05-03-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Au cours des quatre dernières années, la population carcérale est passée de 13 779 personnes à la fin de 2016 à 11 300 à la fin de 2020, ce qui se traduit par une réduction d'environ 18 %.

La ministre de la Justice, Francisca Van Dunem, qui s'exprimait lors d'une cérémonie à Caxias pour marquer le début de ce mois ainsi qu'en mai, des cours pour former davantage de gardiens de prison, a souligné qu'au cours de cette période de quatre ans, plus de 400 personnes ont été introduites dans le système pénitentiaire.

"Si en 2015, nous avions un ratio de 3,4 gardiens de prison, nous aurons maintenant un ratio inférieur à 3, soit environ 2,7", a noté le ministre.

Quant aux nouveaux stagiaires qui commencent maintenant le cours, Francisca Van Dunem a déclaré qu'elle espérait que l'intégration correspondrait à "un mouvement de renforcement et de renouvellement systématique des ressources humaines allouées aux services pénitentiaires", dans lequel le ministère de la Justice est "profondément engagé".

La ministre a affirmé qu'être gardien de prison "n'est pas une carrière que l'on traverse de manière transitoire" et "dont on change", arguant qu'il s'agit d'une "carrière pérenne dans laquelle on peut vivre toute une vie".

"Une vie entière à faire la même chose : veiller à la sécurité des espaces pénitentiaires et de ceux que l'État, par le biais des tribunaux, a privés de liberté. Dans notre système, les gardiens de prison sont le premier visage de l'État dans la vie quotidienne des prisonniers", a-t-elle estimé.

Francisca Van Dunem a déclaré que les nouveaux renforts de gardiens de prison sont "censés être fermes et déterminés dans l'action", mais que ce faisant, ils devraient toujours avoir en perspective le respect des droits fondamentaux.

"Et pas seulement parce que notre système pénitentiaire est périodiquement évalué par des organismes nationaux et internationaux. Nous devons le faire par respect pour la Constitution de la République, la Constitution qui affirme la dignité de tous les êtres humains, et en obéissance à la philosophie de resocialisation qui façonne notre système punitif", a-t-il souligné.

Selon lui, l'évolution du système pénitentiaire portugais est "une marque de civilisation".

"Nous sommes arrivés à ce moment à la fin d'une longue histoire. Nous sommes fiers de la tradition humaniste du Portugal, qui a été à l'avant-garde de l'abolition de la peine de mort dans la seconde moitié du XIXe siècle, un fait qui a valu les applaudissements du monde entier", a-t-il également rappelé.

La formation comprendra 154 stagiaires (75 dans la première édition et 79 dans la seconde), dont 125 hommes et 29 femmes, provenant de tout le territoire national (Portugal continental et régions autonomes des Açores et de Madère).
Le CFICGP 2021 durera neuf mois, dont quatre de formation théorico-pratique et les cinq restants dans un contexte de travail réel dans dix prisons (PE) (deux PE féminins et huit PE masculins).



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires