Le tourisme devrait connaître une croissance de 30 % en 2021

Par TPN/Lusa, in Actualités, Économie, Tourisme · 01-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Le gouvernement est optimiste quant à l'industrie du tourisme au Portugal cette année, espérant des augmentations alors que les entreprises touristiques luttent pour rester à flot.

La secrétaire d'État au Tourisme, Rita Marques, a déclaré que les " meilleures estimations " pour le tourisme national à la fin de 2021 font état d'une " croissance de 20 à 30 % ", par rapport à 2020.

"La plupart des organisations internationales disent que si le programme de vaccination continue à se développer à un rythme raisonnable en Europe, nous terminerons probablement l'année 2021 avec une croissance de 20 à 30 % par rapport à 2020", a-t-elle déclaré.
En ce qui concerne le passeport sanitaire numérique proposé par la Commission européenne, la secrétaire d'État a souligné que "nous pouvons aujourd'hui voyager sans aucun certificat".

En effet, l'objectif du certificat "est juste de s'assurer que les pays européens harmonisent leurs stratégies, afin qu'il n'y ait pas de quarantaine ou de tests à effectuer", a-t-elle ajouté.

En ce sens, la ministre a rappelé que "certains États membres disposent déjà de solutions technologiques tout à fait conformes au certificat de santé numérique" et a donné l'exemple de l'île de Madère, au Portugal.

"Nous avons une solution totalement opérationnelle à Madère. Si nous voyageons là-bas, on nous demande de présenter, avant le voyage, un certificat disant que nous avons un test négatif, que nous sommes immunisés ou que nous avons été vaccinés", a-t-elle déclaré.

Comme "nous ne pouvons pas attendre que la documentation de la Commission soit complète pour commencer à travailler, ce que le Portugal a défendu, c'est que chaque État membre commence à travailler immédiatement" pour disposer d'une solution technologique alternative alors que la proposition de la Commission n'est pas encore prête.

Dès que les règlements de la Commission européenne "seront prêts et pleinement connus", Rita Marques appelle les États membres à "aligner et adapter autant que possible" les solutions en cours dans leurs pays avec les "finalités proposées" par Bruxelles.

"Par conséquent, nous ne pouvons pas attendre le mois de juin. Nous devons travailler le plus tôt possible", a insisté la fonctionnaire.

Entre-temps, les professionnels du tourisme se sont exprimés sur les problèmes auxquels ils sont confrontés, notamment dans la région de l'Algarve.

José Matias, du groupe Pestana, a déclaré à l'agence de presse Lusa : "En Algarve, nous sommes dans une très mauvaise situation, car nous ne survivons en tant qu'entreprise que grâce aux touristes golfeurs, il y a très peu de résidents qui jouent au golf dans la région. Rien que pour les trois premiers mois de l'année 2021, il y a plus de 300 000 parties de golf qui n'ont pas été jouées".

Il ajoute que l'Algarve a déjà raté "deux hautes saisons de golf sans touristes", puisque durant le mois d'octobre de l'année dernière, l'autre période de pointe de l'année, "il y a également eu un confinement".

Les cinq terrains de golf que le groupe gère dans la région représentent 60 000 parcours non joués en 2021, ce qui équivaut à des pertes de 2 millions d'euros, selon José Matias.

"Notre mois d'août, c'est maintenant. La haute saison du golf est en hiver, nous sommes dans notre très haute saison".

"Le golf est joué par des personnes individuelles, en plein air et rien n'est partagé avec les autres joueurs, y compris les balles et les clubs. Il est donc difficile de comprendre pourquoi nos cours sont fermés alors que d'autres activités sont ouvertes", a-t-il ajouté.

Toutefois, il y a de l'espoir pour l'avenir, car Matias a révélé que le groupe continue de "recevoir et de reprogrammer des réservations" d'Anglais, d'Irlandais, d'Écossais, d'Allemands et de Suédois, qui sont tous "impatients de venir jouer au golf en Algarve", a-t-il souligné.

Les problèmes ne sont pas réservés aux seuls terrains de golf de l'Algarve, les entreprises touristiques maritimes se trouvant dans une "situation très critique", après un été "très court", sans le marché britannique qui soutiendrait habituellement la basse saison, selon Carlos Viegas.

"Il y a des entreprises qui ont actuellement des bateaux à vendre, car elles connaissent des difficultés et le soutien qui leur est offert n'est pas suffisant", a déclaré à Lusa Carlos Viegas, qui fait partie du conseil d'administration de l'Association portugaise des entreprises de congrès, d'animation touristique et d'événements (APECATE).

L'espoir maintenant est que le "passeport de vaccination" puisse permettre l'ouverture des couloirs aériens et justifier la reprise de l'activité, dit-il, en prévenant que cet été "va être très court".



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires