Les cadavres se sont accumulés en grand nombre - jusqu'à des dizaines de milliers, en fait. Au cours des cinq mois allant de novembre 2020 à mars 2021, Covid a tué 86 049 citoyens britanniques, dont la plupart auraient probablement survécu si le gouvernement de Johnson avait adopté une approche moins capricieuse des fermetures.

Sans se décourager, il recommence. Lundi, alors que les nouveaux cas de Covid dépassent les 50 000 par jour et doublent actuellement toutes les deux semaines, Johnson a annoncé la fin de toutes les restrictions liées à la pandémie. Vous pouvez aller où vous voulez, porter un masque ou non, vous entasser par six au bar, faire des câlins ou même éternuer sur les gens si vous en avez envie, à l'intérieur, à l'extérieur, partout et à tout moment.

Les autres gouvernements regardent, effarés mais fascinés. Il serait vraiment intéressant de savoir combien de morts il faut pour obtenir une "immunité collective" dans une population qui a déjà été fortement vaccinée, et voici un type qui est prêt à lancer les dés avec son propre peuple. Regardez attentivement et prenez des notes.

La population britannique est plutôt en tête pour les vaccinations : 88 % des adultes ont reçu leur premier vaccin et 68 % ont reçu les deux doses. Peut-être sont-ils déjà au bord de l'immunité collective, dont on pense généralement qu'elle se manifeste autour de 60 % de la population vaccinée contre la version originale du virus Covid, mais qui pourrait atteindre 80 % ou plus pour les variantes plus récentes et plus infectieuses.

Ou peut-être les variantes récentes sont-elles si infectieuses que l'immunité collective est totalement inaccessible (90 % ou plus) pour tout programme de vaccination. Ce serait bien de le savoir, mais pas au risque de répandre la mort et le Covid parmi notre propre peuple. Mais regardez ! Voici le gentil M. Johnson, et il est prêt à utiliser les Britanniques comme cobayes.

On peut facilement imaginer que de telles pensées ont traversé l'esprit des dirigeants français, américains ou coréens, mais il est assez peu probable qu'elles aient traversé l'esprit de Johnson lui-même. Ce n'est pas un homme de détails, et il est plus probable qu'il se soit retrouvé dans cette position par inattention et en prenant ses désirs pour des réalités.

Tout d'abord, en mars ou avril, alors que les vaccins commençaient à faire effet et que les choses allaient mieux, il a promis que le "jour de la liberté", où toutes les restrictions seraient levées, aurait lieu à la mi-juin. Puis la variante Delta est apparue et a fait des ravages en Inde.

Cela a suggéré a) que les voyageurs en provenance de l'Inde devraient être exclus du Royaume-Uni ou au moins mis en quarantaine à l'arrivée, et b) que ce n'était peut-être pas le moment d'expérimenter courageusement l'abandon de toutes les restrictions en cas de pandémie. Mais le blond à la tête ébouriffée a continué, car il avait prévu une visite fin avril au premier ministre indien pour négocier le premier grand accord commercial post-Brexit.

Il pouvait difficilement se rendre en Inde s'il ne laissait pas les Indiens se rendre en Grande-Bretagne. Il a donc gardé les portes ouvertes pendant dix-sept jours après avoir interdit les voyages en provenance du Pakistan et du Bangladesh (où les taux d'infection étaient bien plus faibles). C'est pourquoi presque toutes les nouvelles infections à Covid au Royaume-Uni sont la variante ultra-infectieuse Delta, alors qu'ailleurs en Europe, Delta est encore relativement rare.

À la mi-avril, Johnson a fermé les portes aux voyageurs indiens et reporté d'un mois la "journée de la liberté". Mais il s'est obstiné à respecter cette date, malgré l'horrible exemple des Pays-Bas, qui ont mis fin à toutes les restrictions à la fin du mois de juin, avant de les réimposer la semaine dernière lorsque de nouvelles infections ont éclaté. Et maintenant, la "journée de la liberté" est arrivée en Angleterre.

Le nouveau secrétaire britannique à la santé, Sajid Javid (qui vient d'attraper le Covid), prédit allègrement qu'il pourrait y avoir 100 000 nouvelles infections par jour d'ici quelques semaines. Cependant, il ne faut pas s'inquiéter car "le lien entre l'infection et l'hospitalisation ou le décès a été rompu".

Non, ce n'est pas le cas, bien que ce lien soit clairement affaibli par le niveau des vaccinations au Royaume-Uni. Aucun vaccin ne confère une immunité totale, et si les infections quotidiennes grimpent à six chiffres, même un taux d'hospitalisation de un sur mille peut signifier des centaines par jour. Johnson joue avec la vie des gens, même s'il n'est pas certain qu'il comprenne vraiment le risque.

D'un autre côté, il va peut-être s'en sortir. La nature même des expériences est que l'on ne connaît pas le résultat à l'avance, et celui-ci est très important. Si le niveau britannique de vaccination permet vraiment à un pays de s'ouvrir complètement, malgré le pire que peuvent faire les nouvelles variantes, c'est une bonne nouvelle pour tout le monde.

Et si cela s'avère ne pas être le cas, ce sont uniquement les Britanniques qui doivent mourir.