Le système visuel n'est pas comme on l'entend souvent "un simple œil", il fait partie du système nerveux central qui sert à interpréter le monde extérieur. "L'œil est une structure très complexe qui peut être à l'origine de différentes pathologies dans ses différentes couches, mais aussi dans sa relation avec le système nerveux central", explique l'ophtalmologue.

Parfois, faire une pause de l'écran n'est pas suffisant quand on commence à sentir que quelque chose ne va pas. Comme nous allons le voir dans cet article, il existe de nombreux troubles oculaires différents qui nécessitent un traitement, car ils peuvent apporter beaucoup de désagréments au patient.

Outre les pathologies plus graves et complexes qui interfèrent directement avec la qualité de vie du patient et peuvent constituer une véritable menace pour la vision, comme la cataracte, la pathologie cornéenne et vitréo-rétinienne (comme les membranes épirétiniennes, les trous maculaires ou le décollement de la rétine), il existe plusieurs autres types de troubles de la santé que vous devez connaître.

Vision floue

Il existe trois principales erreurs de réfraction qui peuvent entraîner une perte de vision, également appelée déficience visuelle, à savoir la myopie, l'astigmatisme et l'hypermétropie.

La myopie est une affection dans laquelle les patients ont des difficultés à se concentrer sur des objets éloignés. L'astigmatisme est une affection qui rend la mise au point difficile pour le patient, et l'hypermétropie entraîne une difficulté à voir les objets de près et aussi de loin, en fonction de sa gravité.

Qu'est-ce qu'un défaut de réfraction ? Il s'agit d'un trouble oculaire qui dépend de plusieurs caractéristiques anatomiques (telles que la surface de l'œil, la cornée, le cristallin, la longueur de l'œil et le format du globe oculaire). Il se produit lorsque l'œil ne peut pas faire la mise au point des images, ce qui entraîne une vision floue pouvant entraîner une déficience visuelle, selon le niveau de l'erreur de réfraction.

La sécheresse oculaire et la règle du 20-20-20

Outre les erreurs de réfraction, une pathologie très courante est le syndrome de l'œil sec, qui survient lorsque les larmes ne parviennent pas à assurer une lubrification adéquate des yeux. En d'autres termes, il y a une réduction de la quantité, ou une altération de la qualité de la larme.

Plusieurs facteurs peuvent être à l'origine de ce problème : "La sécheresse oculaire est liée à de nombreux facteurs, comme le climat, non seulement à l'extérieur mais aussi à l'intérieur (par exemple, la climatisation et un environnement sec peuvent endommager la surface de l'œil) ainsi que la lumière du soleil. Pour vous protéger, il suffit parfois de porter un chapeau ou des lunettes de soleil. Ensuite, il y a davantage de facteurs de risque associés à des maladies systémiques, ou à un médicament spécifique que le patient prend", a déclaré le médecin.

Les symptômes les plus courants sont des brûlures, des démangeaisons, des douleurs et une sensation de corps étranger à l'intérieur de l'œil, comme une sensation de sable, des yeux rouges occasionnels, des larmoiements et une vision floue épisodique. En outre, chez un patient atteint du syndrome de l'œil sec, il est plus facile de contracter une conjonctivite.

Passer des heures à regarder un écran sans faire de pause est également un facteur de risque bien connu, "car rester concentré trop longtemps sur l'ordinateur ou la lecture diminue la fréquence des clignements et si nous clignons moins, nos yeux s'assèchent davantage. Tous ces facteurs peuvent contribuer à la sécheresse oculaire", explique le médecin.

Il est de la plus haute importance d'utiliser la lubrification artificielle ("autant que nécessaire") pour tenter de contrôler les symptômes associés à la sécheresse oculaire, comme il est également important d'éliminer/réduire les facteurs causaux qui contribuent à l'agression de la surface oculaire et au syndrome de l'œil sec. Dans ce cas, l'une des stratégies pour améliorer le confort est d'utiliser un filtre bleu intégré aux lunettes du patient, qui est un filtre qui protège contre les effets néfastes de ce qui est communément appelé la lumière bleue (HEV - High Energy Visible), provenant de la lumière artificielle de plus en plus environnante. Cependant, "si quelqu'un passe 12 heures devant l'écran, se sentir fatigué est normal, nous devons respecter nos limites."

Le médecin recommande donc : "Pour 20 minutes passées devant l'écran, regardez un objet à 20 m de distance pendant au moins 20 secondes pour reposer un peu vos yeux et faire des pauses".

Les troubles oculaires touchent de plus en plus d'enfants

A quand remonte la dernière fois que vous avez emmené vos enfants pour un examen de la vue ? Dès le premier jour d'école, les enfants doivent se soumettre à un dépistage oculaire, même s'ils ne révèlent pas de symptômes, ils doivent tout de même être examinés.

"Bien que, par exemple, le strabisme soit clairement visible, il existe de nombreux autres troubles qui ne sont pas perceptibles sans dépistage, mais qui doivent être identifiés tôt, car jusqu'à l'âge de 12 ans, c'est généralement le moment où une partie importante du développement de la vision cesse. Il est donc essentiel de s'assurer que l'enfant a la meilleure vision possible, avec ou sans lunettes, pour éviter par exemple unœil paresseux", a-t-il déclaré à The Portugal News.

Selon le médecin : "L'œil paresseux peut se produire lorsqu'il existe une asymétrie entre les yeux (lorsqu'un œil n'offre pas au cerveau une vision aussi bonne que l'autre) et, pour cette raison, la vision de l'œil qui n'offre pas la meilleure qualité d'image ne se développera jamais, même à un stade ultérieur, si nous n'identifions pas ce problème dès le début de la vie".

Le vieillissement comme facteur de risque

Le médecin a expliqué qu'à partir de 40/42 ans et jusqu'à 56/58 ans, l'œil subit une altération normale qui se traduit par une perte de la capacité à voir de près, en développant ce qu'on appelle la presbytie, un phénomène naturel et physiologique, souvent gênant, du vieillissement.

Vous vous demandez peut-être : que pouvons-nous faire pour éviter que cela ne se produise ? Malheureusement, la réponse est : rien !

"Tous les adultes passent par là. Il arrive un moment dans la vie où tout le monde aura besoin de quelque chose d'extérieur (lunettes) pour minimiser l'impact de la déficience visuelle. Cependant, il y a des personnes qui en auront besoin plus et plus tôt et d'autres qui en auront moins besoin", a-t-il expliqué.


Glaucome

Le glaucome est un trouble de l'œil qui endommage le nerf optique, de manière silencieuse. En termes généraux, il y a une déficience entre la production et le drainage du liquide que l'œil produit, ce qui se traduit généralement par une augmentation de la pression intraoculaire. Plusieurs facteurs de risque sont associés à cette affection, dont les plus courants sont l'anatomie des yeux, le vieillissement et les facteurs héréditaires.

En ce qui concerne le traitement, "l'objectif est d'empêcher la maladie de progresser, en fait ce que nous voulons c'est stabiliser la maladie et cela se fait par le contrôle du principal facteur de risque - la pression élevée dans l'œil, que nous essayons de réduire par des gouttes oculaires qui réduisent la pression intraoculaire".

Pour de nombreuses raisons, faites effectuer régulièrement des contrôles oculaires. Au HPA Health Group, toute la communauté médicale est très heureuse de prendre soin de votre système visuel et de vous accueillir dans ses installations médicales.