Quarante-six pays (à l'exception de la Chine, du Japon, de l'Inde, du Mexique et de l'Australie) ont promis d'éliminer progressivement l'énergie au charbon d'ici les années 2030 "ou dès que possible par la suite".

Les plus grands et troisièmes émetteurs de dioxyde de carbone au monde, la Chine et l'Inde, se sont engagés à atteindre des émissions "nettes zéro" d'ici 2060 et 2070 respectivement, même si le train en marche pourrait avoir quitté la gare d'ici là. (Les engagements "Net Zéro" de la plupart des pays portent sur 2050).

Une alliance de plus de 90 nations, représentant les deux tiers de l'économie mondiale, s'est engagée à réduire les émissions de méthane d'au moins 30 % par rapport aux niveaux actuels d'ici 2030.

Avec seulement douze ans de retard, les pays riches ont déclaré que, dans quelques années, ils tiendront enfin leur promesse de fournir 100 milliards de dollars par an aux pays pauvres afin qu'ils puissent eux aussi jouer leur rôle dans la réduction des émissions.

Et plus d'une centaine de dirigeants ont accepté de mettre fin à la déforestation d'ici à 2030. Ils ont même débloqué 19,2 milliards de dollars pour aider les pays en développement comme le Brésil et l'Indonésie à respecter leurs engagements en matière de protection des forêts tropicales, ou de ce qu'il en reste.

Il est vrai qu'il s'agit d'accords volontaires entre des partenaires bien disposés. Il ne s'agit pas d'accords unanimes entre toutes les parties souveraines présentes à la COP26. Ils ne feront donc partie d'aucun traité officiel et il n'existe aucun moyen de les faire respecter.

Ce n'est pas génial, mais c'est mieux qu'un coup de bâton dans l'œil. L'Agence internationale de l'énergie calcule que si toutes les promesses et tous les engagements sont tenus intégralement et dans les délais, il y a une chance sur deux pour que le réchauffement soit limité à 1,8 °C de plus que la température moyenne de la planète.

C'est bien en deçà de l'objectif déclaré de +1,5°C, et trop près pour être confortable du niveau de +2,0°C à ne jamais dépasser en aucune circonstance. Toutefois, les engagements pris avant la conférence étaient pratiquement garantis pour aboutir à une augmentation de 2,7°C. Il s'agit donc d'un meilleur résultat que celui auquel la plupart des gens s'attendaient.

Voilà pour les bonnes nouvelles. Voici la mauvaise nouvelle.

Nature, l'une des revues scientifiques les plus respectées au monde, a réalisé une enquête anonyme auprès des 233 climatologues qui ont rédigé l'imposant "Sixième rapport d'évaluation", qui fournit les données scientifiques auxquelles cette conférence répond. Soixante pour cent d'entre eux ont déclaré qu'ils s'attendaient à ce que le monde se réchauffe d'au moins 3°C d'ici la fin du siècle.

Seuls 20 % des scientifiques ont déclaré s'attendre à ce que les nations limitent le réchauffement de la planète à +2°C. À peine 4 % ont déclaré qu'ils pensaient que le monde parviendrait à arrêter le réchauffement à +1,5 °C. Enfin, 82 % des scientifiques qui ont répondu ont déclaré qu'ils s'attendaient à voir des effets catastrophiques du changement climatique au cours de leur vie.

Je ne suis pas le moins du monde surpris par ces réponses, car depuis un an, j'interroge des climatologues pour un nouveau livre et une mini-série télévisée sur lesquels je travaille. En fait, j'ai parlé à au moins une douzaine des mêmes personnes que celles interrogées par "Nature", et j'entends les mêmes choses.

Ils essaient de rester positifs, et ils travaillent très dur. Notre compréhension de la façon dont le climat a fonctionné dans le passé lointain et de la façon dont il fonctionne aujourd'hui a connu un développement extraordinaire. Il existe une cascade de nouvelles technologies permettant de créer des sources d'énergie neutres en carbone, de décarboniser le système alimentaire et même de rejeter le dioxyde de carbone et le méthane dans l'atmosphère.

Mais ils se souviennent aussi qu'à aucune autre occasion, toutes les promesses et tous les engagements pris lors de ces conférences n'ont été tenus intégralement et dans les délais. Ils savent qu'il existe encore de nombreuses inconnues "non linéaires" qui pourraient soudainement aggraver la situation.

Et ils savent que plus de la moitié du dioxyde de carbone "anthropique" que la race humaine a rejeté dans l'air a été émis DEPUIS que nous avons tous appris que nous provoquions un réchauffement dangereux en 1990. Je n'achèterais même pas une voiture d'occasion à cette espèce, sans parler de leur confier une planète.

Ainsi, les scientifiques, et le reste d'entre nous aussi, marchent sur une fine ligne entre l'espoir et le désespoir, avec de temps en temps des éclats de rage silencieuse. Mais c'est la condition humaine.