Le dessalement n'est "pas une solution" pour l'Algarve

in Algarve, Actualités, Renouvelable · 28-02-2021 01:00:00 · 1 Commentaires

La Plate-forme pour l'eau durable (PAS) s'oppose au captage de l'eau du fleuve Guadiana et au dessalement pour résoudre les problèmes de pénurie d'eau en Algarve et a appelé la population à contester ces solutions.

Dans une déclaration, le PAS, qui regroupe des associations de protection de l'environnement et du patrimoine, a montré son "désaccord avec les informations selon lesquelles le transfert d'eau de Pomarão et la construction d'une (ou plusieurs) usine de dessalement sont des solutions au problème de l'eau de l'Algarve".

Le captage de l'eau du fleuve Guadiana à Pomarão, dans la municipalité de Mértola, district de Beja, et la construction d'usines de dessalement sont inclus dans le Plan de résilience et de récupération (PRR) présenté par le gouvernement, mais la plateforme considère que ces projets ne serviront qu'à alimenter l'agriculture irriguée et à augmenter le coût de l'eau pour la population.

La plateforme a appelé la population à contester ces solutions lors de la consultation publique du PRR, qui est en cours jusqu'à la fin du mois de février, et a considéré que bien que le manque d'eau dans la région soit "structurel", il existe des alternatives qui permettent d'assurer son nécessaire approvisionnement "jusqu'à la fin du siècle".

Dans la même note, la plateforme a reconnu que l'Algarve connaît une "diminution de la pluviométrie générale et par conséquent de ses réserves d'eau" et a critiqué l'augmentation de l'agriculture irriguée, comme les avocats, qui sont déjà les seconds de la région après les agrumes.

Le PRR alloue une somme de 200 millions d'euros pour la mise en œuvre du Plan régional d'efficacité de l'eau de l'Algarve, qui prévoit des plans pour réduire les pertes d'eau dans le secteur urbain, augmenter l'efficacité du secteur agricole et la capacité disponible des réservoirs, promouvoir l'utilisation des eaux usées traitées et le dessalement de l'eau de mer.

Le PAS a rappelé que le Plan intercommunal d'adaptation au changement climatique (PIAAC) de la Communauté Intermunicipale de l'Algarve (AMAL) établit déjà "plusieurs scénarios et propose le suivi des ressources en eau et l'adoption de solutions en fonction de l'évolution de la situation".

Parmi ces mesures, il illustre l'amélioration des infrastructures, la lutte contre les pertes de réseau et la réduction des besoins en eau dans les espaces verts urbains, mais aussi l'investissement dans les "techniques de rétention de l'eau", comme les lacs artificiels, les barrages, les bassins de rétention ou les réservoirs, ou la réutilisation des eaux usées.

"Si le scénario climatique s'avère le moins grave, ces mesures seront suffisantes pour maintenir la disponibilité actuelle de l'eau jusqu'à la fin du siècle", a déclaré la plate-forme.

Le PAS a également critiqué le gouvernement pour avoir avancé avec deux solutions qui "ignoraient" la société civile et le PIAAC, arguant que le captage de l'eau à Pomarão serait un projet "financé par l'argent public" et "destiné à un usage agricole privé", finissant par être "commercialisé moins cher que celui obtenu par le dessalement".

"Quant au dessalement, qui sera mis en œuvre par des entreprises privées, il rendra le mètre cube d'eau disponible pour la consommation domestique à un prix plus élevé, malgré le fait que l'eau soit un bien indispensable à la vie et donc un droit garanti par l'État à ses citoyens", a-t-il critiqué.

C'est pourquoi le PAS a appelé la société civile à contester les deux projets qui sont inclus dans le PRR, l'instrument de planification que le gouvernement emmènera à Bruxelles pour obtenir un financement de l'Union européenne pour la reprise économique après la pandémie de Covid-19.

La plateforme est composée des associations et mouvements A Rocha, Água é Vida, Almargem, Associação Faro 1540, Civis, Glocal Faro, Quercus Algarve et Regenerar-te.

Le plan de relance et de résilience du Portugal, pour accéder aux fonds européens Covid-19 d'après-crise, prévoit 36 réformes et 77 investissements dans les domaines social, climatique et de la numérisation, pour un total de 13,9 milliards d'euros de subventions.

Après un projet présenté à la Commission européenne en octobre dernier, et un processus de discussions avec Bruxelles, le gouvernement portugais a mis en consultation publique la semaine dernière la version préliminaire et résumée du plan de relance et de résilience.



Articles Liés


Comments:

L'article résume très bien la problématique.
Je vis à côté d'un petit barrage qui diminue maintenant drastiquement en été du aux avocatiers entre autre planter plus bas. A côté il y a un éleveur traditionnel qui s'est trouvé à court d'eau et c'est les pompiers qui ont apportés de l'eau pour ses bêtes. Les paysages arides changent et les grandes friches sont maintenant des champs d'agriculture intensive entretenue par des migrants essentiellement des femmes.

Par Michèle from Algarve on 01-03-2021 07:25
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires