Le Parlement approuve la loi sur l'insémination "post-mortem".

Par TPN/Lusa, in Actualités, Santé · 01-04-2021 18:00:00 · 0 Commentaires

Une femme qui a actuellement l'intention de tomber enceinte en utilisant le sperme d'un mari décédé qui avait laissé du sperme en réserve, a désormais trois ans pour le faire, selon le nouveau projet de loi approuvé le 25 mars.

Le projet de légalisation de l'insémination "post mortem" dans la loi sur la procréation médicalement assistée (PMA) est né d'une initiative législative citoyenne, lancée par une femme qui souhaitait tomber enceinte de son mari, mais qui était déjà décédé.

La loi autorise l'insémination dans le cas de couples dans lesquels l'homme peut signer une déclaration pour l'utilisation de son sperme après sa mort. La loi s'applique aux partenaires mariés et non mariés.

L'insémination post-mortem peut avoir lieu si l'homme a donné des instructions claires à cet effet ou si la femme présente des preuves de "l'existence d'un projet parental clairement convenu et établi", selon le texte de loi approuvé par les parties au Parlement.

La loi stipule en outre que toute personne qui ne respecte pas la loi - "dans l'intention d'obtenir son propre gain ou de causer un préjudice à quelqu'un" - peut être "punie d'une peine de prison allant jusqu'à deux ans ou d'une amende de 240 jours".

Les enfants nés d'une insémination "post mortem" sont considérés comme les enfants du défunt.

La proposition de l'initiative législative citoyenne (ILC) - qui a recueilli plus de 20 mille signatures et qui a été promue par Ângela Ferreira, qui a l'intention de tomber enceinte de son mari décédé - et des projets BE, PS, PCP et PAN approuvés en général le jour 23 octobre 2020 ont été discutés dans la spécialité par un groupe de travail créé à cet effet.

Entendu le 18 mars par le groupe de travail, le juge Eurico Reis, de la Commission représentative de la CDI, a considéré le travail effectué comme "très fructueux" et a déclaré que la commission de poursuite abdiquait sa proposition en faveur du texte commun, qui envisage "toutes les questions soulevées" par l'initiative citoyenne.

Lors du vote global final, le projet de loi a obtenu les voix favorables du PS, du Bloco de Esquerda, du PCP, du PAN et de Verdes, de l'Initiative libérale et des deux députés non inscrits Joacine Katar Moreira (ex-Livre) et Cristina Rodrigues (ex-PAN). Le PSD, le CDS-PP et Chega ont voté contre. Cinq députés du PS se sont abstenus.



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires