Le traitement par électrochocs est sous-utilisé

Par TPN/Lusa, in Actualités, Santé et environnement · 14-04-2021 10:07:00 · 0 Commentaires

Une étude montre que le Portugal traite peu de personnes atteintes de maladies psychiatriques à l'aide de la thérapie électroconvulsive (ECT), plus connue sous le nom d'électrochocs, malgré des taux de réponse atteignant 80 à 90 % dans les cas de dépression résistant aux antidépresseurs.

La recherche de la Faculté de médecine de Porto (FMUP), de CINTESIS - Centre de recherche sur les technologies et les services de santé et du Centre hospitalier Tâmega e Sousa (CHTS), à laquelle Lusa a eu accès le 14 avril, a évalué, pour la première fois, l'utilisation des électrochocs chez les personnes atteintes de maladies psychiatriques admises dans les hôpitaux publics du pays.

L'étude conclut que le traitement par électrochocs est sous-utilisé au Portugal, bien qu'il se soit avéré "rapide, sûr et efficace" pour un certain nombre de maladies psychiatriques.

Selon l'auteur de l'étude, Manuel Gonçalves-Pinho, médecin, chercheur et professeur à la FMUP, "grâce à l'anesthésie et aux appareils à courant, l'électroconvulsivothérapie sous anesthésie est indolore pour les patients et constitue l'un des traitements les plus sûrs qui existent".

Dans cette étude "sans précédent", publiée dans la revue internationale The Journal of Electroconvulsive Therapy (ECT), 674 patients traités par électrochocs entre 2008 et 2015 dans les hôpitaux publics portugais ont été identifiés.

Au total, 879 hospitalisations ont été enregistrées, la dépression sévère (majeure) étant le principal diagnostic (19,6 %), suivi du trouble bipolaire.

Quant au taux d'utilisation de cette thérapie chez les patients hospitalisés, ce travail indique qu'il n'était que de 0,71 % sur huit ans.

"Ce taux est relativement faible par rapport aux autres pays européens. Il est nécessaire de démystifier certaines idées reçues, non seulement au sein de la population en général, mais aussi au sein de la communauté médicale elle-même", explique Pedro Mota, également auteur de l'étude.

Selon les chercheurs, "il existe une stigmatisation et une peur injustifiée de cette thérapie, motivée par le manque de connaissances sur la technique utilisée et par des rapports historiques dépassés selon lesquels la thérapie serait douloureuse et aurait des effets indésirables importants".

Le traitement par électrochocs consiste à modifier l'activité électrique du cerveau et est réalisé sous anesthésie générale.

Il est actuellement indiqué dans la dépression résistante aux antidépresseurs, la schizophrénie, la maladie bipolaire et l'épilepsie, entre autres maladies.

La procédure nécessite entre six et douze séances pour produire l'effet thérapeutique souhaité.

Inséré dans le projet "1st.IndiQare", ce travail a eu la participation de Manuel Gonçalves-Pinho (FMUP/CINTESIS/CHTS), Pedro Mota, João Pedro Ribeiro et Silvério Macedo (CHTS), Jorge Mota (Société portugaise d'ECT) et Alberto Freitas (FMUP/CINTESIS).

Le projet "1st.IndiQare" est financé par FEDER - Fonds européen de développement régional, par le biais de COMPETE 2020 et de la Fondation pour la science et la technologie (FCT).



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires