Préserver la culture portugaise grâce aux tatouages

Par Kimberley Lestieux, in Mode de Vie, Art, Lisbonne · 23-04-2021 01:00:00 · 0 Commentaires

Quand on pense au Portugal, on pense au vin de Porto, aux petits trams jaunes et bien sûr... aux azulejos.

Ces carreaux de céramique émaillés à l'étain, qui décorent les rues du pays, existent en différentes tailles, motifs et couleurs, allant du noir au bleu, au vert et au jaune doré. Tout comme le bacalhau ou la musique fado, les azulejos sont profondément ancrés dans la culture et l'histoire du Portugal.

Ces mosaïques remontent au 13e siècle, lorsque les Maures ont envahi l'Espagne et le Portugal. Ce n'est qu'au XVIe siècle que le roi Manuel Ier, de retour d'un voyage à Séville, a véritablement adopté ces "petites pierres polies" (c'est le sens arabe du mot azulejos) dans la culture portugaise.

Autrefois utilisées pour recouvrir les parties vierges des murs gothiques du Portugal, ces œuvres d'art se retrouvent aujourd'hui partout au Portugal, que ce soit sur les trottoirs, les murs, les restaurants, les bars ou les stations de métro. Vous les verrez peut-être même sur des corps. Si c'est le cas, il s'agit probablement de tatouages de Fabiano Bernardo.

Ironiquement, pas très loin du Musée national des azulejos, se trouve le magasin de tatouage et de piercing Route Lisbon, qui appartient à Fabiano Bernardo. Un peu caché dans les rues du quartier de Cais do Sodré à Lisbonne, vous pouvez voir un magasin inspiré du thème du rock and roll avec la moto de l'artiste garée devant. En raison des restrictions imposées par le Covid-19, la boutique n'a rouvert que le 15 mars, en même temps que des coiffeurs et des barbiers, mais elle est présente dans la ville depuis sept ans maintenant.

Fabiano Bernardo, tatoueur brésilien de 45 ans et propriétaire de Route Lisbon, conçoit et tatoue des azulejos depuis cinq ans : "J'ai toujours aimé les azulejos, je les trouve très beaux", me dit-il alors qu'il prépare tout le matériel dont il a besoin pour son prochain rendez-vous. Il a été surpris quand, il y a quelques années, un client a demandé à ce que le célèbre carreau portugais soit tatoué sur son épaule.

Après ce tatouage, la demande est montée en flèche et on retrouve souvent le motif encré sur la peau des gens. Fabiano a été le premier à lancer cette tendance, en innovant même les motifs : "Parfois, les gens demandent une sardine ou un galo de Barcelo, qui sont des symboles portugais courants, avec un motif azulejo". Aujourd'hui, d'autres tatoueurs sautent dans le train de la décoration azulejo.

"Un morceau du pays" sur votre peau, Tiffany a récemment quitté la France pour s'installer à Lisbonne afin de travailler dans un centre d'appels pendant un an. Sa devise est "un pays, un tatouage". Tiffany voulait se faire un tatouage "lié à la culture portugaise". Alors quand elle est tombée sur la page Instagram de Fabiano, elle est tombée amoureuse de ses motifs azulejo : "le tatouage parfait". De nombreux expatriés et touristes viennent se faire encrer ces carreaux sur la peau car "les gens veulent avoir un morceau du pays" avec eux, explique Fabiano.

Ce symbole de la culture portugaise est très important pour lui, et le préserver est la raison pour laquelle il a commencé à faire ces tatouages. "J'ai remarqué que personne ne se souciait des azulejos, souvent cassés ou volés pour être revendus dans les foires et les marchés", raconte l'artiste aux cheveux coiffés comme un Elvis poivre et sel des temps modernes. "L'idée était de préserver cette partie de la culture portugaise et de rappeler aux gens la beauté des azulejos", souvent pris pour acquis dans le pays. Il voulait que les gens respectent davantage les œuvres d'art.

Du nom de la boutique à ses célèbres tatouages "galos de Barcelos", en passant par ses dessins d'azulejo, son travail est un hommage évident à la culture portugaise. Son encre et son aiguille sont ses armes pour la défendre. Fabiano Bernardo raconte qu'à un moment donné, "les gens ont tout simplement abandonné l'idée de fabriquer et de prendre soin des azulejos". Après avoir vécu dans le pays pendant 20 ans, il a remarqué que la tendance s'est soudainement inversée, et que les gens ont commencé à réaliser à quel point ils étaient précieux pour la culture, et à quel point cette œuvre d'art est extraordinairement belle et unique. Un peu comme dans l'industrie du tatouage.

Cependant, la gérante de son magasin, la réceptionniste et ma traductrice pour la journée, Sara, est née et a grandi au Portugal, dans la province de Ribatejo. Elle, en revanche, n'appréciait pas du tout la beauté des azulejos auparavant : "Je ne les ai jamais vraiment aimés, je n'avais aucun lien avec eux", me dit-elle. Mais c'était avant qu'elle ne commence à travailler pour Fabiano Bernardo. Aujourd'hui, son opinion à leur sujet "a complètement changé". C'est l'effet Fabiano Bernardo. À travers sa passion, son art, il tente de préserver ce symbole de la culture portugaise, autrefois peu apprécié. Il rappelle à tous, locaux ou étrangers, que les azulejos méritent qu'on en prenne soin, qu'on les admire.

De temps en temps, il hoche la tête ou tape du pied au rythme de la musique country qui passe en fond sonore pendant qu'il tatoue Tiffany : "Il prend son temps et on voit bien qu'il aime ce qu'il fait. Il est très doux, c'est presque apaisant". Le tatouage terminé, Tiffany est émerveillée : "Je l'adore ! C'est encore mieux que le dessin. On ne peut pas le voir avec mon masque, mais je souris", dit-elle. Sara, amusée que quelqu'un puisse être si excité par les azulejos, se contente de glousser.


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires