Augmentation du prix de l'eau en Algarve à partir de 2026

Par TPN/Lusa, in Actualités, Algarve · 28-04-2021 15:43:00 · 0 Commentaires

Le ministre de l'Environnement a estimé que les consommateurs d'eau de l'Algarve paieront un centime de plus par mètre cube à partir de 2026, en compensation des travaux du plan de relance et de résilience (PRR).

João Pedro Matos Fernandes a fait cette estimation lors d'une audition parlementaire sur la gestion des ressources hydriques de l'Algarve, demandée par le Bloc de gauche (BE), qui, avec le PSD et le PCP, a critiqué l'option de répercuter sur les consommateurs le coût des investissements prévus dans le secteur.

L'enjeu est un investissement de 200 millions d'euros pour améliorer la disponibilité de l'eau en Algarve, une région de plus en plus touchée par la sécheresse et le manque de précipitations, notamment par le captage de l'eau du fleuve Guadiana de Pomarão (Mértola, district de Beja) au barrage d'Odeleite (Castro Marim, district de Faro) et la construction d'une usine de dessalement de l'eau de mer.

Le gouverneur a rappelé que " celui qui va promouvoir ces deux projets est Águas do Algarve ", l'entreprise qui gère le système intercommunal d'approvisionnement en eau de la région, et a souligné que les investissements sont " financés à 100 % " par le PRR que le gouvernement a présenté à l'Union européenne.

Or, "une entreprise, n'importe quel service, doit équilibrer ses comptes entre les recettes et les dépenses", a justifié le ministre de l'Environnement et de l'Action climatique lors de l'audition à la Commission de l'environnement, de l'énergie et de l'aménagement du territoire.

"Si l'on a ces coûts et ceux de toute autre unité du cycle de l'eau urbaine - les coûts énergétiques, par exemple - il est clair que ces coûts doivent être payés par quelqu'un", a-t-il dit, précisant que "ce ne doit pas être les consommateurs urbains, ceux qui ouvrent le robinet en Algarve, qui doivent assumer ces coûts", et que le coût de l'eau a été "estimé" à un "centime supplémentaire par mètre cube, à partir de 2026".

M. Matos Fernandes a souligné qu'étant donné qu'il s'agit d'une "assurance eau pour toutes les activités de l'Algarve", le coût devrait "être réparti équitablement, selon une formule à discuter, entre tous les utilisateurs d'eau" de la région - un avis partagé par le député PS Luís Graça, qui a déclaré qu'il était "prématuré" de parler des coûts maintenant, alors que les investissements sont encore en cours de planification.

Le député BE Algarvian João Vasconcelos a critiqué, dans sa déclaration d'ouverture en tant que demandeur de l'audition, la répercussion des coûts sur les consommateurs d'eau de la région en raison des investissements prévus dans le captage de l'eau du Guadiana et le dessalement, avertissant que ces solutions ont des "coûts environnementaux".

La députée sociale-démocrate Rui Cristina et João Dias, du PCP, se sont également positionnés contre les coûts qui seront imputés aux consommateurs à partir de 2026, et ont mis en garde contre les difficultés que la solution Pomarão peut apporter aux relations avec l'Espagne et à la gestion des ressources hydriques ibériques, puisque, depuis cette zone de la municipalité de Mértola jusqu'à l'embouchure du fleuve, le Guadiana marque la frontière entre les deux pays.

João Pedro Matos Fernandes a reconnu que le gouvernement doit tenir compte des accords avec l'Espagne, mais a défendu que le captage de l'eau "a moins d'impact environnemental" que d'autres solutions, comme la création d'un barrage sur le ruisseau Foupana, au sud de Pomarão et au nord du barrage d'Odeleite.

Le député CDS Pedro Morais Soares a dit comprendre "que quelqu'un doit payer" pour les investissements réalisés, mais a interrogé le ministre pour savoir si d'autres alternatives au captage de l'eau du fleuve vers Odeleite, comme la création d'un déversoir à Foupana, avaient été étudiées, et a voulu savoir si c'était la "meilleure solution" ou "si une alternative avait été évaluée".

La députée PEV Mariana Silva a également critiqué le manque d'adoption des mesures déjà prévues dans le plan national de l'eau pour assurer la résilience et la durabilité de l'approvisionnement en eau, mais qui "restent dans un tiroir".



Articles Liés


Comments:

Soyez le premier laisser vos commentaires
Sujets interactifs, envoyz nous vos avais et commentaires

The Portugal News reserve le droit de reproduire vos commentaires