Dans une adresse à la nation, Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré qu'il ne proposerait pas le renouvellement de l'état d'urgence qui prend officiellement fin le 30 avril à 23h59.

"Après avoir entendu les experts (...) le gouvernement, tout bien considéré, a décidé de ne pas renouveler l'état d'urgence", a déclaré Marcelo Rebelo de Sousa.

La période actuelle d'état d'urgence - la 15e décrétée par le Président dans le contexte actuel de la pandémie - a débuté le 16 avril.

Ce cadre juridique, qui a permis l'adoption de mesures restrictives des droits et libertés pour contenir la propagation du Covid-19 au Portugal, est en vigueur avec des renouvellements successifs depuis le 9 novembre après avoir déjà été appliqué entre mars et mai de l'année dernière.

Marcelo Rebelo de Sousa avait déjà déclaré qu'il espérait que l'état d'urgence ne serait pas décrété au-delà du mois d'avril et qu'une "bonne vague" pourrait être enregistrée au mois de mai, ce qui dépendait toutefois des dernières données.
. Si la sortie de l'état d'urgence a été saluée comme une avancée positive, le président a également déclaré qu'il n'hésiterait pas à le ramener si nécessaire.

Marcelo Rebelo de Sousa a déclaré que, même "sans l'état d'urgence, comme le gouvernement et le Premier ministre l'ont clairement indiqué dans leurs interventions, il est nécessaire de maintenir ou d'adopter toutes les mesures jugées indispensables pour éviter les revers".

"Et j'ajoute que, si nécessaire, je n'hésiterai pas à aller de l'avant avec un nouvel état d'urgence, si le pas actuel ne répond pas ou ne peut pas répondre à la réponse basée sur la confiance essentielle pour nous tous".

Le président a également pris le temps de remercier le peuple portugais "pour cette année et ces deux mois de résistance courageuse et, comme je l'ai dit, disciplinée", mais a noté que "chaque ouverture implique plus de responsabilité et que les temps à venir seront encore très exigeants".

Citant les experts, le Président de la République a souligné que le Portugal n'est pas "exempt de Covid, exempt de virus" et que la population doit être vigilante.

"Le pas que je fais aujourd'hui est basé sur la confiance, sur une confiance qui doit être observée par chacun d'entre nous", a-t-il dit.

"Je crois en votre sagesse et en votre solidarité, en un combat qui appartient à tous, et dans ce combat nous devons pouvoir compter sur chacun d'entre nous", a-t-il renforcé.

Le 15 mars, le processus d'assouplissement du confinement a commencé, avec la réouverture progressive des établissements scolaires et commerciaux, divisée en quatre étapes, qui se sont poursuivies le 5 avril et à nouveau le 19 avril, bien que certaines municipalités ayant un taux d'incidence plus élevé ne soient pas passées à la phase suivante.

La dernière étape du plan gouvernemental d'assouplissement du confinement est prévue pour le 3 mai.